Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Giovanni Pierluigi da Palestrina

Giovanni Pierluigi da Palestrina

mercredi 21 novembre 2012

Giovanni Pierluigi da Palestrina (1525-1594)

Musicien

Giovanni Pierluigi da Palestrina Musicien

Fils aîné de Sante Pierluigi et d’une certaine Palma, il tire son nom de cette petite communauté de la campagne de la Sabine située dans la région du Latium, au centre de l’Italie, Palestrina.

En 1532, le petit Palestrina est “puer cantor” dans sa ville natale. Il a à peine 11 ans lorsqu’il est frappé par le deuil de sa mère. C’est à cette époque que son père le fait admettre comme enfant de chœur dans la basilique de Sainte-Marie-Majeure, à Rome, où il évolue sous la direction du maître de chapelle français Robin Mallapert. En 1540, Mallapert est remplacé par un autre Français, Firmin Le Bel, lequel exercera sur Palestrina une influence déterminante.

En 1544, il est reçu comme organiste de la cathédrale de sa cité natale et occupera ce poste de "organista e maestro di canto" jusqu’en 1551.

Le 7 novembre 1547, il convole en justes noces avec Lucrezia de Goris qui demeurera sa fidèle compagne durant 33 ans. De cette union naîtront trois fils : Rodolfo, Angelo et Iginio. En 1550, l’évêque de Palestrina est élu pape sous le nom de Jules III, il fait venir à Rome en 1551 son ancien organiste et lui confie le poste de maître des enfants de la basilique Saint-Pierre. Palestrina lui dédie son premier livre de messes en 1554 à 4 voix. Ce “Missarum liber primus”. En reconnaissance de cet hommage, le pape le fit entrer à la chapelle Sixtine comme chanteur. Le 9 avril 1555, Marcel II succède à Jules III. Son pontificat ne dure que 22 jours. Puis, c’est le cardinal Pietro Carafa qui devint chef de l’Église romaine sous le nom de Paul IV. Le nouveau pape entend réformer son Église et dicte un retour à l’austérité dans les moeurs. Une de ses premières actions consiste à relever de leurs fonctions tous les musiciens laïques et mariés. Palestrina est donc licencié de la Chapelle pontificale. Il ne se remettra jamais vraiment de cette disgrâce. C’est à ce moment qu’il prend la succession de Paolo Animuccia à la direction de la chorale Saint Jean de Latran une des églises les plus importantes de Rome, il y demeure jusqu’en 1560. Il quittera ce poste en juillet 1560 pour être nommé maître de chapelle à Sainte-Marie-Majeure, puis il prend la direction de l’enseignement musical au Séminaire Romain fondé par le pape Pie IV en 1563 après la conclusion du Concile de Trente.

Durant cette période, il travaille à la préparation de son premier livre de motets et de son second livre de messes qu’il offrira au roi Philippe II.

De 1564 à 1568 il organise les concerts du cardinal Hippolyte II d’Este, fils de Lucrèce Borgia, à la villa Tivoli. Il dédiera son premier recueil de motets au cardinal.

En 1571, il s’établit définitivement à Rome. Il est réintégré comme maître de musique à Saint-Pierre de Rome où il exercera sa fonction jusqu’à sa mort. Il acquiert une demeure non loin de Saint-pierre et ses relations avec Philippe de Néri, le fondateur de l’Oratoire, l’amènent à intégrer le cercle des compositeurs de cette congrégation.

Après la mort de sa femme en 1580, il songe sérieusement à entrer en religion. Le destin en décide autrement et il épouse en 1581 la veuve d’un riche marchand de la cour pontificale. À partir de cette époque, il publiera chaque année, à Rome ou à Venise, un nouveau recueil de ses oeuvres. Il dédie son grand recueil “Hymni totius anni” au pape Sixte V. Ce recueil comprend notamment le célèbre “Vexilla Regis” qui fut chanté sur la place Saint-pierre le 27 septembre 1585, à l’occasion de la procession déployée pour ériger en symbole de la victoire de la religion chrétienne sur le paganisme, le fameux obélisque ramené d’Égypte par Caligula. En 1592, 14 compositeurs contemporains de Palestrina s’unissent pour rendre hommage au "maître de choeur le plus célèbre et le plus glorieux", en publiant en son honneur un recueil de psaumes à 5 voix. Parmi ces musiciens citons, entre autres, les noms de Giovanni Matteo Asola, Constanzo Porta, Giovanni Giacomo Gastoldi et Giovanni Croce.

Le second livre de madrigaux spirituels en 1594 fut la dernière oeuvre de Palestrina. Ce livre fut offert à la grande-duchesse de Toscane le 1er janvier 1594. Il s’éteignait à Rome le 2 février suivant. Il fut inhumé dans la basilique Saint-Pierre. Ami de Philippe de Néri, apprécié des papes Jules III, Marcel II, Grégoire XIII et Grégoire XIV. Il fut reconnu dans toute l’Europe comme le premier compositeur de son temps

Palestrina lègue 103 messes, environ 600 motets ou grandes compositions en style de motet, 42 psaumes, 200 madrigaux spirituels ou profanes et 9 ricercari pour orgue.

GIF - 3.5 ko