Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Rikdag ou Ricdag

samedi 14 avril 2018 (Date de rédaction antérieure : 7 novembre 2011).

Rikdag ou Ricdag (mort en 985)

Il est l’un des chefs de la Marche de Misnie [1] aussi appelée Marche de Thuringe, dans l’actuelle Saxe en Allemagne. De 979 jusqu’à sa mort en 985. En 982, il acquiert les marches de Mersebourg [2] et de Zeitz [3].

En 983, après la défaite de l’empereur Othon II au Cap Colonne [4], les tribus slaves bordant l’est de la Saxe [5] se soulèvent.

Havelberg [6] et Brandenbourg [7] sont détruites, la Marche de Zeitz est dévastée. Rikdag, avec les margraves [8] de Lusace [9] et de la Marche du Nord [10], s’unit alors aux troupes de l’évêque d’Halberstadt [11] et de l’archevêque de Magdebourg [12] dans le but d’écraser les Slaves. Néanmoins, les Allemands doivent se replier à l’ouest de l’Elbe [13].

En 985, il est fait comte de Schwabengau. Il réunit temporairement sous son commandement tout le sud de la marca Geronis. Sa marche faisait face aux tribus slaves des Chutizi et des Dalaminzi.

En 985, avec sa sœur Eilsuit ils fondent le monastère de Gerbstedt [14] dans lequel il est inhumé et dont elle devient la première abbesse.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Rikdag »

Notes

[1] La Marche de Misnie ou Margraviat de Misnie était une principauté médiévale, une marche du Saint Empire romain, qui se trouvait dans la région de l’actuel land de Saxe. La Marche de Misnie fut parfois aussi appelée la Marche de Thuringe. Habituellement, ce nom était plutôt utilisé pour désigner la partie orientale de la Marche de Misnie, les territoires situés à l’est de l’Elbe et de la Saale habités par les Slaves, les Milceni ancêtres des Sorabes. Autrefois, la « Marche de Thuringe » était aussi appelée la Marche Sorabe.

[2] La marca Geronis (« la Marche de Gero ») était une marche géante du milieu du 10ème siècle. Elle fut probablement fondée par Thietmar vers 920. Ses deux fils en ont hérité consécutivement : Siegfried et Gero. À la mort de Gero en 965, elle a été divisée en cinq marches distinctes : la Marche du Nord, la Marche de l’Est, la Marche de Misnie, la Marche de Zeitz et la Marche de Mersebourg. Comme Siegfried et Gero avaient fait de Mersebourg leur capitale, la Marca Geronis a parfois été appelée Marche de Mersebourg.

[3] La Marche de Zeitz est une marche du Saint Empire romain. Elle est née en 965, de la division de la marca Geronis par l’empereur Othon 1er à la suite de la mort de Gero le Grand. Sa capitale était Zeitz. Son unique margrave est Wigger. En 982, la marche de Zeitz est rattachée aux marches de Misnie et de Mersebourg sous Rikdag, ce qui a réunifié temporairement toute la partie méridionale de la marca Geronis, à l’exception de la Marche de l’Est saxonne. En 983, après la défaite de l’empereur Othon II au Cap Colonna, les tribus slaves bordant l’est de la Saxe se soulèvent. Havelberg et Brandenbourg sont détruits, la Marche de Zeitz tombe entre les mains des Sorabes. Néanmoins, la marche de Zeitz réapparaît comme une subdivision de la marche de Misnie sous le règne de l’empereur Henri II.

[4] La bataille du cap Colonne, appelée aussi bataille de Stilo, opposa les armées de l’empereur Otton II et de ses alliés italo-lombards aux forces de l’émir kalbite de Sicile, Abu al-Qasim, le 13 ou le 14 juillet 982 près de Crotone en Calabre.

[5] La Saxe primitive était une région germanique, au cours de l’époque mérovingienne, qui fut intégrée au Saint Empire germanique au début de la période carolingienne. Autrefois à la limite du territoire romain, cette région a connu le passage et l’installation de plusieurs groupes ethniques cousins, globalement appelés les Germains à la fin de l’Antiquité. Sans unité politique, la Saxe était morcelée en plusieurs chefferies ou petits royaumes, avant de susciter l’intérêt de ses voisins occidentaux, les Francs. Ceux-ci, alliés à Rome, mêlent leurs intérêts politiques aux visées évangélisatrices du clergé pour grignoter la zone d’influence saxonne. Ce pays fut définitivement conquis par les Carolingiens en 804, et fut érigé en duché par Louis le Germanique en 843

[6] Havelberg est une ville et un chef-lieu de diocèse allemand situé en Saxe-Anhalt, dans l’arrondissement de Stendal.

[7] Brandenbourg est une section de la commune luxembourgeoise de Tandel située dans le canton de Vianden. Brandenbourg est situé dans la vallée de la Blees.

[8] Le titre de margrave était donné aux chefs militaires des marches (ou mark), dans l’empire carolingien, puis à certains princes du Saint Empire romain germanique. Le titre équivalent en français est marquis. Le margraviat est la juridiction sur laquelle il a autorité.

[9] La Lusace est une région du nord-est de l’Allemagne, aux confins de la Pologne (Silésie) et de la République tchèque (Bohême), à l’est de la Saxe et au sud du Brandebourg. On distingue deux parties : Haute Lusace et Basse Lusace. La Lusace est toujours habitée par la minorité slave des Sorabes dont les ancêtres, le peuple des Milceni s’installèrent sur ce territoire au 9ème siècle. La Lusace fut province hongroise de 1469 à 1490.

[10] La Marche du Nord fut créée en 965, à la suite de la division de la Marca Geronis (« la Marche de Gero ») en plusieurs parties. À l’origine, la Marche du Nord correspondait au tiers septentrional de la Marca Geronis (ce qui correspond à l’actuel Brandebourg), un territoire conquis sur les Wendes. En 983, une révolte slave a fait perdre le contrôle de cette région aux Allemands jusqu’à la création de la Marche de Brandebourg par Albert l’Ours au 12ème siècle.

[11] L’évêché d’Halberstadt est un ancien évêché fondé en 804, diocèse suffragant de la Province ecclésiastique de Mayence, dont le siège a été localisé à Halberstadt en Saxe. Avec le diocèse de Hildesheim, il fut un cœur de l’évangélisation de la région d’Ostphalie dans la Saxe païenne à l’époque carolingienne. Le prince évêché d’Halberstadt, une principauté ecclésiastique historique du Saint Empire romain, a été formé vers l’an 1180. Dans le contexte de la Réforme, des évêques protestants ont été ordonnés à partir de l’année 1566. Après la guerre de Trente ans, en 1648, l’évêché fut sécularisé et la principauté devint alors un fief laïc dirigé par les électeurs de Brandebourg-Prusse.

[12] L’archevêché de Magdebourg est un archevêché aujourd’hui disparu de l’Église catholique à l’intérieur du Saint Empire romain germanique. Il est situé le long de l’Elbe. Sa capitale était Magdebourg. Établi en l’an 968, l’archevêché est gouverné par des princes archevêques et sert aussi de point de départ des missions d’évangélisation vers les terres de l’Est. Il commença à être gouverné par des administrateurs en 1545. Certains d’entre eux furent luthériens. L’archevêché fut sécularisé et hérité par le Brandebourg Prusse en 1680 et remplacé par le duché de Magdebourg.

[13] L’Elbe est un fleuve d’Europe centrale qui prend sa source en République tchèque dans les monts des Géants et, après un parcours situé en majeure partie en Allemagne, se jette dans la mer du Nord par un long estuaire d’une centaine de kilomètres sur lequel se trouve Hambourg, premier port d’Allemagne. La longueur de ce fleuve est de 1 091 kilomètres.

[14] Monastère fondé à Gerbstedt au nord ouest de Halle/Saale avant 985 par le margrave Rigdag de Meissen et sa soeur Eilsvit, 1ère abbesse