Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > Francis Hauksbee l’ancien ou Francis Hawksbee

Francis Hauksbee l’ancien ou Francis Hawksbee

mercredi 21 septembre 2022, par ljallamion

Francis Hauksbee l’ancien ou Francis Hawksbee (1666-1713)

Scientifique britannique

Membre de la Royal Society [1]. Il est surtout connu pour ses travaux sur l’électricité et la répulsion électrostatique.

Vers 1705, Hauksbee découvre que s’il place une petite quantité de mercure dans le verre d’un générateur électrostatique* de Otto von Guericke  [2] modifié par ses soins, et qu’il évacue l’air de celui-ci, lorsque la boule est chargée par frottement de la main, une lueur devient visible en plaçant sa main près de la boule, à l’extérieur. Cette électroluminescence était suffisante pour permettre de lire. Cela semblait être similaire au feu de Saint-Elme [3].

Cet effet est la base de la lampe néon et de la lampe à vapeur de mercure. Il découvre la lumière électrique en même temps que Pierre Polinière .

En 1709, il publie Physico-Mechanical Experiments on Various Subjects [4], ouvrage dans lequel est résumé la majeure partie de son œuvre scientifique.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Francis Hauksbee/ Portail du Royaume-Uni/ Physicien britannique

Notes

[1] La Royal Society, dont le nom officiel est Royal Society of London for the Improvement of Natural Knowledge et que l’on peut traduire littéralement par « Société royale de Londres pour l’amélioration du savoir naturel », est une institution fondée en 1660 siégeant au Carlton House Terrace à Londres et destinée à la promotion des sciences. Cette société savante est l’équivalent de l’Académie des sciences en France.

[2] boule de verre entraînée à grande vitesse à l’aide d’une manivelle et d’un disque démultiplicateur

[3] Le feu de Saint-Elme est un phénomène physique, se produisant dans certaines conditions météorologiques, qui se manifeste par des lueurs apparaissant surtout aux extrémités des mâts des navires et sur les ailes des avions certains soirs. Ce phénomène se crée parfois aussi en très haute altitude, au-dessus des cumulonimbus. Dans ce cas, on parlera de « farfadets ».

[4] Expériences physico-mécaniques sur divers objets