Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Tang Daizong

lundi 22 novembre 2021, par ljallamion

Tang Daizong (727-779)

Empereur de Chine de 762 à 779

Il fut le 8ème empereur de la dynastie Tang [1]. Fils aîné de l’empereur Tang Suzong et lors de la rébellion Anshi [2], il a servi comme général dans l’armée impériale. La rébellion Anshi fut matée en 763.

Toutefois, par la suite, l’État Tang a été menacé par des seigneurs de guerre qui dirigeaient leurs zones d’influence comme des États indépendants. Cette situation s’est avérée désastreuse pour les générations futures car les futurs empereurs Tang furent incapables de supprimer ou de contrôler ses chefs de guerre. Affaiblies, les frontières de l’empire sont à la merci des envahisseurs étrangers.

Sous le règne de Daizong, les forces tibétaines [3] ont occupé pendant 15 jours la capitale Chang’an [4], en 763, même si elles ont été expulsées peu de temps après, la ville a été mise à sac par les cavaliers tibétains.

Daizong devint un pratiquant du bouddhisme tantrique [5]. Daizong ordonna que l’effigie de Manjushri [6] soit placée dans tous les monastères chinois. Le mont Wutai [7] devint le lieu d’implantation des premières écoles tantriques chinoises. Sous son règne, les monastères bouddhistes sont devenus des grands propriétaires terriens. En même temps, la situation politique et économique de l’empire s’est détériorée davantage.

L’empereur est décédé à l’âge de 53 ans le 23 mai 779 et fut enterré dans le Yuanling près de Fuping.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Tang Daizong/ Portail du monde chinois/ Catégories : Empereur de la dynastie Tang

Notes

[1] La dynastie Tang est une dynastie chinoise précédée par la dynastie Sui (581-618) et suivie par la période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes. Elle a été fondée par la famille Li, qui prit le pouvoir durant le déclin et la chute de l’empire Sui. Venant après une longue période de division de la Chine qui dura de 220 à 581, à laquelle l’éphémère dynastie Sui avait mis fin, les premiers empereurs de cette dynastie eurent d’abord pour tâche de stabiliser l’empire récemment réunifié, et de lui redonner la puissance qu’avait eue la Chine à l’époque des Han. Ils firent rapidement mieux que ces derniers dans le domaine des conquêtes extérieures.

[2] La révolte d’An Lushan, aussi appelée Révolte d‘An Shi se déroule en Chine pendant la dynastie des Tang, du 16 décembre 755 au 17 février 763. Ce fut une des plus grandes guerres civiles de l’histoire.

[3] Le Tibet est une région de plateau située au nord de l’Himalaya en Asie, habitée traditionnellement par les Tibétains et d’autres groupes ethniques (Monbas, Qiang et Lhobas) et comportant également une population importante de Hans et de Huis. Le Tibet est le plateau habité le plus élevé de la planète, avec une altitude moyenne de 4 900 m. Au 7ème siècle, le Tibet unifié est fondé par Songtsen Gampo, qui crée par la guerre un vaste et puissant empire, qui, à son apogée, s’étend sur une bonne partie de l’Asie y compris certaines parties de la Chine

[4] Autrefois nommé Hao ou Zongzhou, pendant la dynastie Zhou, elle fut la capitale de la Chine pour la période des Zhou occidentaux. Suite à la folie du roi Zhou Youwang, la ville fut incendiée et pillée par les barbares Rong. Xi’an est l’extrémité est de la route de la soie considérée comme ayant été « ouverte » par le général chinois Zhang Qian au 2ème siècle av. jc. C’était l’une des Quatre Grandes Capitales Anciennes car ce fut la capitale de la Dynastie Qin, des Han, alors connue sous le nom de Chang’an

[5] Le vajrayana est une forme de bouddhisme d’origine indienne, nommée aussi bouddhisme tantrique ou bouddhisme ésotérique, dont certains principes suivent le bouddhisme mahāyāna. Il contient des éléments semblables à l’hindouisme et en particulier au shivaïsme cachemirien. Au Tibet, le vajrayāna et le bön, religion locale, se sont eux aussi influencés réciproquement.

[6] Mañjuśrī est un grand bodhisattva (Bodhisattva Mahasattva), personnification de la sagesse (Prajñāpāramitā), important dans les bouddhismes mahāyāna et vajrayāna. Son nom signifie : Gloire gracieuse.

[7] Le mont Wutai ou Wutai Shan est l’une des quatre montagnes sacrées bouddhiques de Chine. Il culmine à 3 058 m au pic Yedou. Il est situé sur le territoire de la ville préfecture de Xinzhou, dans la province du Shanxi, à seulement quelques dizaines de kilomètres au sud de l’une des cinq montagnes sacrées de Chine : le mont Heng et à moins de 300 km de Pékin.