Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 8ème siècle > Adarnassé 1er Bagration dit Adarnassé 1er de Tao

Adarnassé 1er Bagration dit Adarnassé 1er de Tao

vendredi 11 décembre 2020, par ljallamion

Adarnassé 1er Bagration dit Adarnassé 1er de Tao (mort en 807)

Prince géorgien

Armoiries de la dynastie Bagratides fils de Vasak Bagratouni , un prince de la famille royale d’Arménie qui s’exile en Géorgie lors de l’invasion par les Arabes musulmans de son pays en 772/775. Sa mère quant à elle est une fille de Gouaram III , un prince-primat d’Ibérie [1] de la famille des Gouaramides [2].   À la mort de son père, vers 780, il acquiert les domaines de Tao [3], puis annexe à cette province celle de Klardjéti et devient le premier duc de Tao-Klardjéti [4].   Adarnassé Bagration a épousé une fille de Nersé 1er , Prince-Primat d’Ibérie   En 786, son cousin fils de son oncle maternel Stéphanos III d’Ibérie meurt et il récupère alors ses domaines de Djavakhéti et de Calarzène. Laissant la Tao-Klardjéti à son fils aîné Achot , il passe le restant de sa vie en Djavakhéti où il meurt en 807.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Cyrille Toumanoff, Les dynasties de la Caucasie chrétienne de l’Antiquité jusqu’au xixe siècle : Tables généalogiques et chronologiques, Rome, 1990

Notes

[1] La principauté d’Ibérie est un État géorgien du Caucase du Haut Moyen Âge. Elle fut établie, d’après les sources, entre 588 et 600 par le prince Gouaram, qui est considéré par l’ancienne historiographie géorgienne comme l’ancêtre des Bagratides géorgiens ou bien comme un descendant des anciens rois d’Ibérie. Son histoire de deux siècles est illustrée par les différentes invasions des Sassanides, des Byzantins, des Khazars et des Arabes, mais sa disparition en 891 ouvre le chemin à la lente unification de la Géorgie qui mène à la fondation du royaume de Géorgie en 1010.

[2] Les Gouaramides ou la dynastie des Gouaramides est une branche cadette de l’antique maison royale d’Ibérie connue sous le nom de « Chosroïdes ». D’après Cyrille Toumanoff, les Gouaramides sont donc issus de la lignée de Gouaram ou Gorgénès 1er, petit-fils du roi Vakhtang 1er d’Ibérie par son épouse byzantine, qui aurait obtenu à titre héréditaire les principautés de Djavakhétie et Calarzène. Les Gouaramides règnent ensuite avec le titre de prince primat d’Ibérie pendant trois périodes (588-627, 684-748 et 779/780-786) comme vassaux de l’Empire byzantin ou du Calife arabe. Trois d’entre eux portent également le titre byzantin de curopalate. Les Gouaramides concluent des alliances matrimoniales avec les autres principales familles princières d’Ibérie, les Chosroïdes, les Nersianides et les Bagratides. Dans ce dernier cas, l’union de la fille de Gouaram III d’Ibérie avec le prince arménien Vasak réfugié en Ibérie est à l’origine de la dynastie nationale géorgienne des Bagrations.

[3] Dans les textes relatifs à l’histoire de l’Arménie, le nom Tayk ou Tayk’ est souvent utilisé pour la région nord-ouest de l’Arménie historique, aujourd’hui située dans le nord-est de la Turquie. Dans un sens restreint, le nom se réfère à sa 14ème province selon le géographe arménien du 7ème siècle Anania de Shirak, ultérieurement géorgianisée. Les équivalents géorgiens sont Tao. Ce domaine couvrait une partie des actuelles provinces turques d’Artvin et d’Erzurum.

[4] Les principautés de Tao et de Klarjéthie ont été constituées dans le sud-ouest de l’Ibérie par un rameau de la dynastie des princes bagratides d’Arménie. Ils reçurent de l’empereur de Byzance le titre de Curopalate et jouèrent un rôle prépondérant dans la formation du royaume unifié de Géorgie