Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Ferdinand Gonzalez de Castille

Ferdinand Gonzalez de Castille

jeudi 4 juin 2020, par ljallamion

Ferdinand Gonzalez de Castille (vers 910-970)

Comte de Castille de 920 à 970

Fils de Gonzalo Fernández de Burgos comte de Burgos [1] et comte en Castille [2] et de Munadona de Castille. Il réunit plusieurs comtés pour unifier le comté de Castille qu’il détache du royaume des Asturies [3].

Au début du 10ème siècle la famille des comte de Lara représentée par la comitissa Mumadona et son fils Fernán González parvient à réunir les comtés familiaux de Lara, Burgos avec ceux de Lantarón [4] Cerezo [5] et Alava [6] en 931. Mumadona poursuit également une politique d’implantation religieuses avec les fondations des monastères de Valencerias près de Lerma [7] et de Santa-Maria de Lara en 929.

En 932 Fernando Gonzales se proclame “comes totius Castellae” et épouse la veuve d’ Ordono II de Léon , il devient ainsi le gendre de la reine Toda de Navarre et le beaux frère de deux rois de Léon : Alphonse IV de León et Ramire II de León .

En 939 le roi de Pampelune [8], le comte de Castille et le roi de Léon [9] remportent une importante victoire contre les forces du Calife à Simancas [10] À la suite de laquelle Fernán González s’empare de Sepulveda [11] au sud du Douro [12].

L’instauration par le roi Ramire II de León du comté Monzón [13] entre son royaume et le comté de Castille est considéré par Fernán comme une agression. Malgré l’appui de son gendre le comte de Saldana, Fernán Gonzalez qui a pourtant participé à la bataille de Simancas en 939 se voit privé de son comté par le roi en 943 et jeter en prison l’année suivante.

Ramire II nomme un nouveau comte en Castille Ansur Fernández. Bien que libéré en 945 Fernán ne récupère son comté qu’en 947. Ramire II cherche à s’attacher le comte et leur réconciliation est scellée lors de l’union d’ Urraca de Castille , fille de Fernán avec le futur roi Ordoño III de León .

Après la mort de Ramire II, le comte Fernán intervient dans les querelles dynastiques de la famille royales de Léon et tente d’imposer entre 958 et 961 sur le trône Ordoño IV de León à qui il avait marié sa fille veuve d’Ordoño III de León. Au retour de Sanche 1er de León Fernan Gonzalez est brièvement emprisonné en 960.

Lorsque Fernán González meurt en juin 970 il avait pu transmettre sans problème la Castille à son successeur, son fils García Ier de Castille

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Adeline Rucquoi Histoire médiévale de la Péninsule ibérique. Point Histoire H 180 éditions du Seuil, Paris 1993 (ISBN 2020129353).

Notes

[1] Burgos est une ville du nord de l’Espagne, chef-lieu de la comarca de l’Alfoz de Burgos, dans la Communauté autonome de Castille-et-León, capitale de la province de Burgos. Elle est traversée par la rivière Arlanzón, qui appartient au bassin du Duero. Burgos fut choisie comme capitale du royaume unifié de Castille et León en 1037, titre qu’elle céda à Valladolid en 1492, au moment de la chute de Grenade.

[2] Le comté de Castille (avant le 9ème siècle appelé « Bardulia » à cause de la tribu pre-romaine Bardulos) est l’un des anciens comtés du royaume de León, constitué en 850 au profit de Rodrigue de Castille. Il prit progressivement son autonomie en 932, puis en 1037 le Roi Ferdinand 1er, après sa victoire contre Bermude III de León réunit le comté au León qui devient Royaume de Castille et León.

[3] Le royaume des Asturies fut la première entité politique chrétienne établie sur la Péninsule Ibérique après la chute du Royaume wisigoth (qui suivit la mort du Roi Rodrigue à la Bataille de Guadalete) et la Conquête musulmane de l’Hispanie. Le royaume perdura de 718 à 925, lorsque Fruela II accéda au trône du Royaume de León.

[4] Lantarón est une commune d’Alava, dans la communauté autonome du Pays basque en Espagne.

[5] Cerezo de Río Tirón est une commune d’Espagne dans la communauté autonome de Castille-et-León, province de Burgos. Elle s’étend sur 63,7 km²

[6] L’Alava (officiellement Araba/Álava) est l’une des trois provinces de la communauté autonome du Pays basque, dans le nord de l’Espagne. Sa capitale est la ville de Vitoria-Gasteiz. C’est aussi une des sept provinces historiques du Pays basque.

[7] Lerma est une commune d’Espagne, dans la province de Burgos, communauté autonome de Castille-et-León.

[8] Le royaume de Pampelune, constitué en 905, fut le noyau de celui de Navarre.

[9] Le royaume de León, une des 15 grandes anciennes divisions de l’Espagne et du Portugal, fut un des royaumes médiévaux de la Péninsule Ibérique, successeur du royaume des Asturies, qui eut un rôle dans la Reconquista et la formation des royaumes chrétiens successifs de l’occident péninsulaire.

[10] Simancas est une commune de la province de Valladolid dans la communauté autonome de Castille-et-León en Espagne. En l’an 939, sous les murs de la ville, il y eut une bataille entre les forces chrétiennes de Ramire II et le calife Abd al-Rahman III connue sous le nom de bataille de Simancas.

[11] Sepúlveda est une commune de la province de Ségovie dans la communauté autonome de Castille-et-León en Espagne.

[12] Le Douro est un fleuve qui prend sa source en Espagne à 2 160 m d’altitude, dans la sierra de Urbión appartenant à la cordillère Ibérique, dans la province de Sória. Il serpente à travers la Meseta pendant 612 km. Puis sur 122 km, il marque la frontière entre l’Espagne et le Portugal dans une région accidentée, sa pente s’accentue et son lit se creuse entre de hautes parois granitiques. En aval de Barca d’Alva (Figueira de Castelo Rodrigo), il devient complètement portugais sur les 206 derniers km de son cours et devient navigable avant de se jeter dans l’océan Atlantique entre les villes de Porto et de Vila Nova de Gaia (dans l’estuaire de Porto).

[13] Monzón est une commune d’Espagne, dans la province de Huesca, communauté autonome d’Aragon comarque de Cinca Medio. Au Moyen Age, la région a été occupée par les musulmans puis par les chrétiens. En 1143, Monzón appartenait aux Templiers qui ont cédé leurs droits à la couronne d’Aragon. Au cours de l’Histoire, la cathédrale Santa Maria del Romeral et le château ont accueilli les rois et les nobles.