Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Eormenred de Kent

jeudi 17 août 2017

Eormenred de Kent (mort avant 664)

Membre de la famille royale du Royaume de Kent [1]. Il n’existe aucune preuve contemporaine pour Eormenred, mais il est mentionné dans des hagiographies [2], et son existence est jugée possible par les chercheurs.

Dans la légende royale Kentish [3], Eormenred est décrit comme un fils de Eadbald, qui était roi de Kent de 616 à 640, et de sa seconde épouse Emma .

Avant la mort de son père, Eormenred épousa Oslava et a eu plusieurs enfants.

Après la mort de son père, il monta vraisemblablement sur le trône avec son frère Eorcenberht. Il est mort avant son frère et s’occupa de ses enfants. Cependant, après la mort de ce dernier, son fils et successeur Ecgberht pris ses dispositions pour faire assassiner les prétendants potentiels au trône, qui ont ensuite été considéré comme saints.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Eormenred of Kent/Traduit par mes soins

Notes

[1] Le Kent est un royaume anglo-saxon fondé au 5ème siècle par les Jutes dans le sud-est de l’Angleterre. Il correspond approximativement au territoire occupé par le peuple celtique des Cantiaci avant la conquête romaine, et à l’actuel comté de Kent. C’est le premier royaume anglo-saxon converti au christianisme, et il atteint son apogée au début du 7ème siècle sous le roi Æthelberht.

[2] L’hagiographie est l’écriture de la vie et / ou de l’œuvre des saints. Pour un texte particulier, on ne parle que rarement d’« une hagiographie » (sauf dans le sens figuré), mais plutôt d’un texte hagiographique ou tout simplement d’une vie de saint. Le texte hagiographique étant destiné à être lu, soit lors de l’office des moines soit en public dans le cadre de la prédication, on lui donne souvent le nom de légende (du latin legenda, « ce qui doit être lu », terme utilisé dans son acception la plus littérale et non dans son sens péjoratif actuel de récit dépourvu de tout enracinement dans l’histoire événementielle). Un texte hagiographique recouvre plusieurs genres littéraires ou artistiques parmi lesquels on compte en premier lieu la vita, c’est-à-dire le récit biographique de la vie du saint. Une fresque à épisode est également une hagiographie, de même qu’une simple notice résumant la vie du bienheureux. Par rapport à une biographie, l’hagiographie est un genre littéraire qui veut mettre en avant le caractère de sainteté du personnage dont on raconte la vie.

[3] Le Kentish Royal Legend est un groupe diversifié de textes médiévaux qui décrivent un large cercle de membres de la famille royale du Kent du 7ème au 8ème siècle. Les éléments clés comprennent les descendants d’ Æthelberht de Kent au cours des quatre prochaines générations ; La création de divers monastères, notamment Minster-in-Thanet ; Et la vie d’un certain nombre de saints anglo-saxons et les voyages subséquents de leurs reliques. Bien qu’il soit décrit comme une légende et qu’il contienne un certain nombre d’épisodes peu plausibles, il est placé dans un contexte historique bien attesté.