Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 6ème siècle > Basin de Thuringe dit Bessin

Basin de Thuringe dit Bessin

mercredi 28 juin 2017

Basin de Thuringe dit Bessin (mort vers 511)

Père des trois derniers rois de Thuringe. La chronologie rend improbable le fait que les deux Basin soient une seule et même personne.

Christian Settipani déduit des récits de Grégoire de Tours et de l’Anonyme de Ravenne [1], qu’il a été un roi important et le fondateur de la Grande Thuringe [2], qui malheureusement ne lui survécut que peu de temps. Sa puissance lui a permis de contracter des alliances avec les Lombards [3] et les Ostrogoths [4]. Il semble être mort vers 511.

“L’Origo Gentis Langobardorum” [5] mentionne que la mère d’Audouin, roi des Lombards fut l’épouse d’un roi nommé Pissae. Certains auteurs identifient ce roi Pissa à Basin, mais l’hypothèse ne fait pas l’unanimité. Certains pensent même que Pissae n’est pas un nom de personne, mais de peuple.

Il est le père de Hermanfred ou Hermanfried qui lui succède

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Christian Settipani, Les Ancêtres de Charlemagne : 2° édition, revue et corrigée, Oxford, P & G, Prosopographia et Genealogica, coll. « Occasional Publications / 16 »,‎ 2014

Notes

[1] L’Anonyme de Ravenne est un géographe du 7ème siècle, auteur d’une Cosmographie. On désigne en effet sous ce nom l’auteur inconnu d’un traité de géographie en cinq livres dont le manuscrit fut trouvé à Ravenne, et qui fut publié pour la première fois à Paris par dom Porcheron sous le titre d’Anonymi Ravennatis de geographia libri V en 1688.

[2] On désigne par ligue des Thuringes un groupe ethnique regroupant les « Germains de la mer du Nord ». Constituée après la mort d’Attila en 453, elle prend les terres d’origines de la confédération des Alamans lorsque cette dernière migre vers le sud. La disparition de l’empire hunnique sur cette zone restitue une autorité propre aux peuples des Warnes et des Angles, qui forment une aristocratie majoritaire parmi les autres (Chauques, Jutes, Frisons et Saxons). Les premiers, dont le nom a été rapproché de celui du Werenofeld entre la Saale et l’Elster et alliés aux seconds, lesquels auraient occupé l’Engilin au sud de l’Unstrut et de la Campagne Frisonne, constituent une forme d’État régi par une coutume propre, la Lex Angliorum et Werinorum hoc est Thuringorum (« Loi des Angles et des Varins c’est-à-dire des Thuringes ») qui servira de base à la chancellerie caroline pour rédiger en 802 et en 803 la Lex Ribuaria et la Lex Saxonum. Le territoire de cet éphémère royaume s’étendait de l’Elbe et la Mulde à l’est jusqu’à la Hesse incluse à l’ouest, de l’Altmark inclus au nord jusqu’au Danube au sud duquel les Ostrogoths ont étendu leur gouvernement. Tant que cet État a bénéficié de l’alliance scellée avec ces derniers sous le règne de Théodoric, il a perduré comme un État tampon face aux Francs. Inévitablement, leur terre portera leur nom de Thuringe par la suite. Compte tenu de la composition de la ligue, ces terres sont vraisemblablement celles du premier duché de Saxe.

[3] Les Lombards étaient un peuple germanique venu de la Baltique, appartenant plus précisément au groupe des Germains de l’Elbe mais originaire de Scandinavie méridionale selon leur propre tradition orale rapportée par leur historien Paul Diacre à la fin du 8ème siècle. Ce peuple, sous la conduite de leur roi Alboïn, envahira l’Italie en 568.

[4] Les Ostrogoths étaient une des deux fractions des Goths, peuple germanique venu des confins de la Baltique et établi au 4ème siècle en Ukraine et en Russie méridionale, au nord de la mer Noire, l’autre fraction étant celle des Wisigoths. Ils jouèrent un rôle considérable dans les événements de la fin de l’Empire romain.

[5] L’Origo gentis Langobardorum est une histoire des Lombards de leur origine jusqu’au milieu du 7ème siècle.