Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Zhu Yuanzhang dit Hongwu

Zhu Yuanzhang dit Hongwu

vendredi 17 août 2012, par ljallamion

Zhu Yuanzhang dit Hongwu

Empereur de Chine de 1368 à 1398 et fondateur de la dynastie Ming

Paysan dans la province de l’Anhui, il dut se faire moine pour échapper à la famine qui résulta de l’incapacité à régner de la dynastie chancelante des Yuan. Puis il rejoint à Haozhou les troupes de Guo Zixiang, l’un des chefs du mouvement des Turbans rouges lié à la secte du lotus blanc, qui causera finalement la perte de la dynastie régnante.

Il en vint à combattre les Mongols de l’empereur Shundi. C’était un excellent général et, scrupuleux, il interdit à ses hommes tout pillage, ce qui lui valut le soutien des populations qu’il conquit.

Il eut également la sagesse d’éclipser la plupart des autres chefs rebelles. Puis, quand il arriva à Khanbalik* avec ses troupes, les Mongols avaient déjà fui.

L’année 1368 marqua la fin de la dynastie Yuan en Chine. Il se proclama empereur la même année. Il installa sa capitale à Nankin et s’y fit bâtir un palais et commença même à y faire construire son grandiose mausolée.

C’était un homme particulièrement méfiant, et il était convaincu qu’un complot mettant en scène des fonctionnaires et des eunuques le menaçait.

Ainsi, il en fit exécuter nombre d’entre eux pour écrits subversifs. Il prit tout le pouvoir dans ses mains.

Éliminant tout ce qui pouvait représenter une menace réelle ou supposée pour sa dynastie, il supprima l’immense majorité de ses compagnons de route et imposa un système de surveillance de la population ou chacun devait surveiller son voisin. Il instaura des cartes de résidences interdisant à l’immense majorité du peuple de se déplacer à plus de 50 kilomètres de son domicile.

Il reboisa les endroits qui se déboisaient pour ainsi éviter les glissements de terrains. Il recommença à faire irriguer les terrains agraires. Le but était de renouveler et de faire prospérer une économie ruinée par les Mongols. Finalement, l’économie en revint à prospérer. Malgré l’extrême sévérité de son régime, il ne put contenir la corruption des fonctionnaires et des propriétaires terriens.

Sentant sa fin proche, il élimina l’ensemble de ses généraux et les responsables de ses polices politique. Il mourut à Nankin à 70 ans.