Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Romain 1er Lécapène

samedi 12 novembre 2011

Romain 1er Lécapène (vers 870- 948)

Empereur byzantin de 919 à 944-Stratège de l’île d’Eubée en 911

Constantin VII Porphyrogénète, encouragé par son précepteur, fait appel à l’amiral Romain Lécapène, fils de Théophilacte Abatistos, un paysan arménien qui devint patrice lui-même il devient amiral de la flotte impériale, pour éviter une prise du pouvoir par le général Léon Phocas, appelé par Zoé Carbonopsina, la mère de Constantin. Le jeudi 25 mars 919, il se présente avec sa flotte devant le port de Boukoléon. Le magitros Étienne quitte le palais quant au patriarche Nicolas Mystikos un émissaire de Romain l’invite à se retirer. Romain Lécapène est le maître de la situation.

Romain s’impose, marie sa fille Hélène à Constantin le 27 avril 919, renvoie Zoé au couvent et, le 17 décembre 920, se proclame lui-même basileus. Bien qu’exerçant tout le pouvoir, il respecte la personne de Constantin VII et son titre, le reconnaissant comme co-empereur, mais à la seconde place. Le 6 janvier 921 il couronne sa femme Théodora et le 28 mai 921 son fils aîné Christophe Lécapène. En février 923, Sophie l’épouse de Christophe, est couronné à son tour. A Noël 924, il fait proclamer ses 2 autres fils co-empereurs, plaçant l’aîné, Christophe, à la 2ème place et reléguant Constantin en 3ème position, de telle sorte que l’empire a désormais 5 empereurs associés .

Au-delà des frontières de l’empire, son principal problème demeure les Bulgares. Dès son avènement, il tente de restaurer de bonnes relations avec le roi Siméon, mais celui-ci refuse de négocier avec celui qu’il considère comme un usurpateur et les hostilités continuent. En 922, les Bulgares parviennent au Bosphore puis, en 923, prennent Andrinople.

Malgré cela, Siméon fait une offre de paix qui conduit, le 9 septembre 924, à une rencontre entre les 2 souverains. Un traité de paix est conclu. Les Byzantins s’engagent à donner tous les ans 1000 tuniques de soie richement brodées, en échange de quoi Siméon accepte de se retirer du territoire impérial et de restituer les forteresses qu’il a prises sur la Mer Noire.

Quelque temps après la mort de Siméon, le régent de Bulgarie Georges Soursouboul propose de renforcer l’alliance par le mariage du jeune roi Pierre avec la princesse Marie une fille de Christophe, qui a lieu à Constantinople le 8 novembre 927. Un second traité de paix est signé, par lequel Romain accepte de reconnaître au jeune souverain bulgare le titre de tsar, tandis que le patriarcat bulgare devient indépendant de l’Église de Constantinople.

Cette paix avec les Bulgares permet à Romain de tourner ses forces contre le califat et ses alliées. En effet, il poursuit la politique des 1ers empereurs macédoniens en Asie Mineure, qui tend à contrôler systématiquement les voies d’invasions de l’Asie Mineure. Il reprend pied en Arménie, rappelle pour la première fois depuis Hérakluis que le Basileus est suzerain du roi d’Arménie, qui doit lui payer tribut. Au delà, il profite de la dislocation du Califat en états concurrents, exigeant des tributs, s’appuyant sur les uns contre les autres...

En 941, puis en 944, les Russes tentent d’envahir l’empire. Une ambassade byzantine parvient cependant à rencontrer le prince Igor de Kiev et lui propose un traité politique et commercial. La proposition acceptée, les relations entre la Russie et Byzance demeurent calmes pendant un quart de siècle. L’année 944 voit aussi un assombrissement de la politique intérieure.

Agé, il délaisse les affaires de l’État pour s’enfermer avec des moines et s’enfonce dans une religiosité accrue. À la mort de Christophe, il confirme la deuxième place de Constantin, écartant ses 2 cadets devenus célèbres pour leur immoralité. Le 20 décembre 944, Étienne et Constantin, craignant pour leur avenir, le déposent et l’exilent sur l’île de Proti, où il est tonsuré.

Mais à Constantinople le peuple, légitimiste et resté fidèle à la dynastie macédonienne, rejette les 2 Lécapène et impose Constantin VII, dont le règne commence vraiment. Le 27 janvier 945, les deux Lécapène sont arrêtés, tonsurés et envoyés dans des lieux d’exil distincts. Il meurt le 15 juin 948 et son corps est ramené au monastère de Myrelaion.