Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 8ème siècle > Cellach Cualann mac Gerthidi

Cellach Cualann mac Gerthidi

jeudi 28 juillet 2022, par ljallamion

Cellach Cualann mac Gerthidi (mort en 715)

Dernier Uí Máil roi de Leinster

Le père de Cellach n’a pas été roi du Leinster [1], mais son cousin germain Fiannamail mac Máele Tuile mort en 680 le fut. Cellach succède à ce dernier comme roi des Uí Máil, lorsque Fiannamail est assassiné par un serviteur nommé Fochsechán, probablement sur ordre de Fínnachta Fledach .

Le royaume de Leinster passe ensuite aux Uí Dúnlainge [2] en la personne de Bran Mut mac Conaill qui meurt en 693, et qui est suivi comme roi par Cellach

Immédiatement après la mort de Bran Mut, les sources mentionnent une bataille entre les Hommes de Leinster et leurs voisins occidentaux le royaume d’Osraige [3], mais Cellach n’est pas associé à cet événement. Cellach est par contre l’un des garants du Cáin Adomnáin [4] promulgué en 697 lors du Synode de Birr [5].

En 704 il combat contre ses voisins du nord les Uí Néill [6] du Clan Cholmáin [7], conduit par Bodbchath mac Diarmata Déin, et ceux du Síl nÁedo Sláine [8], menés par Fogartach mac Néill . La Bataille de Claenath, près de Clane [9] dans l’actuel Comté de Kildare [10], est une victoire pour Cellach, avec la mort de Bodbchath et la fuite de Fogartach. En 707 l’ Ard ri Erenn [11] Uí Néill Congal Cendmagair mène campagne dans le Leinster et contraint Cellach à se soumettre à son autorité.

En 709, aidé par des alliés britonniques sans doute des mercenaires membres des bandes de guerriers exilés des royaumes brittoniques submergés par l’expansionnisme de la Northumbrie [12] il engage une bataille à Serg [13] où ses fils Fiachra et Fiannamail sont tués. La mort de Cellach est relevée elle aussi sans commentaire dans les annales irlandaises [14].

La première épouse de Cellach, Failbe est issue des Uí Bairrche [15]. Sa seconde épouse Mugain est également la mère de ses fils Fiachra et Fianamail tués en 709. La 3ème ou 4ème épouse de Cellach, Bé Fáil, est la fille de l’ Ard ri Erenn Sechnassach .

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Cellach Cualann »

Notes

[1] Le Leinster est une des quatre provinces traditionnelles de l’Irlande. Recouvrant la partie orientale de l’île

[2] Les Uí Dúnlainge appartenaient à une dynastie irlandaise du Leinster, qui faisaient remonter leur lignée jusqu’à Dúnlaing mac Énda Niada. On le disait cousin d’Énnae Cennsalach, ancêtre éponyme de leurs rivaux, les Uí Cheinnselaigh. Leurs prétentions à la royauté du Leinster ne rencontrèrent pas d’opposition après la mort d’Áed mac Colggen à la bataille de Ballyshannon le 19 août 738. La dynastie se divisa alors en trois branches qui se partagèrent la royauté en alternance entre 750 et 1050

[3] Les rois d’Osraige ou Ossory en anglais ; régnèrent sur ce qui fut principalement un État tampon entre le Leinster et le Munster. Les frontières sud de l’Osraige étaient les fleuves côtiers Barrow et Suir, bien qu’à l’origine ce territoire s’étendît jusqu’à la mer, et que ses rois eussent quelque influence sur les rois normands de Waterford. Vers le nord, il se peut qu’il se soit étendu au-delà des montagnes Slieve Bloom et ait atteint le fleuve Shannon, mais, pendant la période historique, il s’arrêtait au sud de ces montagnes, la rivière Nore constituant généralement la frontière. En partant du nord, et en pivotant dans le sens des aiguilles d’une montre, il était bordé par les royaumes ou seigneuries suivantes : Ele, Ui Duach, Loigis, Ui Drona, Uí Cheinnselaigh, Déisi Mumhain, et Eóganachta Caisel. La ville principale et la capitale de cet état était Kilkenny. Le comté actuel de Kilkenny, ainsi que la partie ouest du comté de Laois, constituent le cœur de cet ancien royaume. On dit que le nom d’Osraige vient des Usdaie, une tribu que la carte d’Irlande de Ptolémée place à peu près dans la même zone qu’Osfraige occupa plus tard. Les autres tribus du voisinage étaient les Brigantes et les Cauci. Les Osfraiges se réclamaient descendre des Ivernes. Selon les généalogies traditionnelles le royaume d’Osraige aurait été fondé par Oenghus Oisrithe un descendant du fabuleux Breasal Breac. Ses propres descendants auraient exercé le pouvoir avant d’être renversés à la fin du 5ème siècle par Cucraidh mac Duach Iarleith de la famille des rois de Munster. Ils auraient recouvré leur héritage au 6ème siècle et ce n’est qu’à partir de cette époque que l’on peut donner une liste des rois d’Osraige. Au 11ème siècle la dynastie régnante prit le nom de Mac Gillo Patraic, qui fut plus tard changé en celui de Fitz-Patrick. Après l’invasion des anglo-normands les Mac Gillo Patraic durent se réfugier dans le haut Ossory qu’ils conservèrent jusqu’en 1537 époque à laquelle Brian Og Mac Gillo Patraic mort en 1551 se soumit au roi d’Angleterre.

[4] Loi d’Adomnán

[5] Le synode de Birr, qui s’est tenu à Birr dans l’actuel comté d’Offaly, en Irlande en 697 est une assemblée d’hommes d’Église et de notables séculiers. C’est à cette occasion qu’est promulgué le célèbre Cáin Adomnáin, c’est-à-dire « la Loi des Innocents » ; ce qui a permis de sauvegarder la liste des garants de la loi et de fournir quelques informations sur la tenue du synode.

[6] Les Uí Néill étaient une grande dynastie irlandaise. Il signifiait les « descendants de Niall Noigiallach », et se rapportait à un groupe de parenté irlandais. Les Uí Néill n’étaient ni une tribu, ni une confédération de tribus, mais une dynastie, c’est-à-dire qu’ils étaient composés, dès le 6ème siècle, de quelques douzaines de personnes réparties sur un vaste territoire au nord et au centre de l’Irlande. Ils devinrent à partir de la seconde moitié du 6ème siècle la dynastie dominante de la moitié nord de l’Irlande. Ses diverses branches donnèrent un certain nombre de hauts rois d’Irlande entre les 7ème et 11ème siècles.

[7] Le Clan Cholmáin est le nom de la descendance de Colmán Már mac Diarmato, fils de Diarmait mac Cerbaill. C’est une branche méridionale des Uí Néill. Le clan compte en son sein de nombreux Rois de Mide (Meath). Au 10ème siècle et 11ème siècle leurs successeurs les Uí Máelshechlainn étaient établis à Dun na Sciath près du Lough Ennell ou à Cro-inis sur le lac lui-même

[8] Les Síl nÁedo Sláine est le nom des descendants d’Áed Sláine (Áed Sláine mac Diarmato), fils de Diarmait mac Cerbaill. Faisant partie des Ui Neill du sud, ils étaient les rois de Brega, ils prétendaient descendre de Niall Noigiallach et de son fils Conall Cremthainne. Les sites royaux occupés par le Síl nÁedo Sláine comprennent Oristown (Ráith Airthir) et Lagore (Loch nGabor) et à partir du 9ème siècle la forteresse colline de Knowth (Cnogba). Avec l’exception possible de Óengus mac Colmáin, tous les rois O’Neill descendaient de Diarmait mac Cerbaill, et appartenaient aux Síl nÁedo Sláine jusqu’à la mort de Cinaed en 728.

[9] Clane (Claonadh en irlandais) est une ville du comté de Kildare en République d’Irlande. Elle est située sur le fleuve Liffey, à 33 km de Dublin.

[10] Le comté de Kildare est une circonscription administrative de la République d’Irlande située au sud-ouest de Dublin, dans la province du Leinster.

[11] Le Ard rí Érenn désigne, dans la mythologie celtique et l’histoire médiévale de l’Irlande, le souverain qui règne sur la totalité de l’île. Ard rí signifie « roi suprême » et « Érenn » provient de la déesse Ériu, véritable personnification du pays

[12] La Northumbrie est un royaume médiéval situé dans le nord de l’actuelle Angleterre et constituait l’un des principaux royaumes de l’Heptarchie. Sa notoriété est surtout liée à son rôle dans la propagation du christianisme nicéen dans l’île et à la constitution d’un centre culturel d’importance européenne avec l’archevêché d’York. Le nom de Northumbria désigne à l’origine les terres envahies par les Angles au 6ème siècle situées au nord de la rivière Humber. La Northumbrie en tant que royaume se constitue au début du 7ème siècle par l’union de deux autres entités Angles : celle de Bernicie (Bernicia) au nord et celle de Deirie (Deira) au sud.

[13] Serg reste un lieu non identifié que Whitley Stokes interprète comme la bataille de la Hunt. Les Annales de Tigernach localisent l’endroit quelque part dans le fortuatha du Leinster, c’est-à-dire dans la partie de la province à l’est des montagnes de Wicklow

[14] Les Chroniques d’Irlande est le nom moderne donné à une présumée collection d’annales ecclésiastiques, ayant enregistré les événements en Irlande entre les années 432 et 911. Plusieurs annales anciennes, existant encore maintenant, rapportent les événements dans le même ordre et avec des mots identiques jusqu’en 911, date à partir de laquelle elles poursuivent des narrations différentes.

[15] Uí Bairrche est un sept irlandais qui contrôle initialement le sud de l’ancienne province de Leinster ou « Cóiced Laigen » c’est-à-dire : « le cinquième de Laigin ». Un autre sept du sud Leinster associé au Uí Bairrche est le Fothairt. Le sud du Leinster était dominé par les Uí Cheinnselaigh au 8ème siècle. Le Uí Bairrche détenaient le territoire autour de Carlow, toutefois l’expansion du Uí Cheinnselaigh divise la parenté. Il en résulte qu’un branche des Uí Bairrche se maintient dans la vallée de la Barrow ; et une autre est contrainte de se déplacer vers le sud jusqu’à la côte près de Wexford