Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 6ème siècle > Clodoswinthe (fille de Sigebert 1er)

Clodoswinthe (fille de Sigebert 1er)

vendredi 17 juin 2022, par ljallamion

Clodoswinthe (fille de Sigebert 1er) (571/576- ?)

Princesse franque dans le pays mosellan

La Gaule en 511, après le partage du royaume des Francs entre les fils de Clovis.Fille du roi Franc Sigebert 1er et de la reine Brunehaut.

Alors qu’elle est toute petite, le roi ennemi Chilpéric 1er entre dans Paris. Son frère Childebert II s’enfuit. Clodoswinthe reste à Paris avec sa sœur, Ingonde et sa mère Brunehaut. Quand Chilpéric s’en aperçoit il dépouille Brunehaut du trésor de Sigebert et la conduit sous escorte à Rouen [1]. La petite princesse est alors séparée de sa mère et elle est envoyée à Meaux [2].

Quand sa mère épouse Mérovée en 576, Clodoswinthe et sa sœur retrouvent enfin leur mère.

Clodoswinthe est d’abord fiancée à Authari, roi des Lombards [3], mais Childebert II annule le contrat. Elle est ensuite fiancée à Récarède, roi des Wisigoths [4], mais le mariage ne se fait pas non plus.

On ne sait pas avec certitude si le mariage fut conclu, Grégoire de Tours parle toujours au conditionnel de ce mariage, tandis qu’Isidore de Séville indique que le fils et successeur de Récarède, Liuva II, est né d’une mère non noble.

Elle serait la mère du roi wisigoth Swinthila.

On ne connaît pas la date de sa mort ni les détails de la fin de sa vie.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Roger-Xavier Lantéri, Brunehilde, la première reine de France, Perrin, 1995. (ISBN 2262011257)

Notes

[1] Rouen est une commune du Nord-Ouest de la France traversée par la Seine. Préfecture du département de la Seine-Maritime, elle est le chef-lieu de la Normandie. Dotée d’un prestige hérité principalement de l’ère médiévale et d’un patrimoine composé de nombreux monuments historiques dont des maisons à colombages, Rouen est une capitale culturelle reconnue dont certains musées jouissent d’une renommée certaine. Le grand nombre d’édifices religieux s’y trouvant lui vaut le surnom de « Ville aux cent clochers ». La cathédrale Notre-Dame, bien connue par-delà la région, est l’une des plus hautes du monde.

[2] Meaux fut dès le 10ème siècle la possession des comtes de Champagne qui s’appelaient aussi comtes de Meaux ; elle revint à la couronne sous Louis X. En 1235, le capitulaire de Thibaut IV de Champagne (conservé à la médiathèque de Meaux) mentionne l’existence du canal Cornillon, qui sert à la fois de défense du marché de Meaux qui se tient sur la presqu’île formée par la boucle de la Marne, et aussi de passage pour les bateaux, leur évitant de passer sous le pont encombré par des moulins.

[3] Le royaume lombard succède au royaume ostrogoth en Italie pendant une époque tardive des Grandes invasions européennes. L’arrivée des Lombards en 571, un peuple germanique, est à l’origine du toponyme de la région italienne (Lombardie).

[4] Les Wisigoths entrent en Gaule, ruinée par les invasions des années 407/409. En 416 les Wisigoths et leur roi Wallia continuent leur invasion en Espagne, où ils sont envoyés à la solde de Rome pour combattre d’autres Barbares. Lorsque la paix avec les Romains fut conclue par le fœdus de 418, Honorius accorda aux Wisigoths des terres dans la province Aquitaine seconde. La sédentarisation en Aquitaine a lieu après la mort de Wallia. Les Wisigoths pénétrèrent en Espagne dès 414, comme fédérés de l’Empire romain. Le royaume des Wisigoths eut d’abord Toulouse comme capitale. Lorsque Clovis battit les Wisigoths à la bataille de Vouillé en 507, ces derniers ne conservent que la Septimanie, correspondant au Languedoc et une partie de la Provence avec l’aide des Ostrogoths. Les Wisigoths installèrent alors leur capitale à Tolède pour toute la suite. En 575 ils conquièrent le royaume des Suèves situé dans le nord du Portugal et la Galice. En 711 le royaume est conquis par les musulmans.