Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 6ème siècle > Rhydderch Hael de Strathclyde

Rhydderch Hael de Strathclyde

dimanche 8 mai 2022, par ljallamion

Rhydderch Hael de Strathclyde (mort vers 600)

Roi de Strathclyde vers 570-600

Selon des documents il serait le fils de son prédécesseur Tutagual d’Alt Clut . Il est réputé avoir régné sur le Royaume de Strathclyde [1] à partir de sa capitale Alclut [2].

Rhydderch est généralement considéré comme le véritable vainqueur de la bataille d’Arfderydd [3] en 573 selon les Annales Cambriae [4] qui marque la victoire du christianisme contre les forces païennes du Nord de la Bretagne.

Avec Gwallog ap Lleenog descendant de Ceneu et Morcant , Rhydderch fait ensuite partie des forces coalisées par Urien de Reghed contre les Angles de Bernicie [5] vers 590. Après le meurtre d’Urien par Morcant, Rhydderch reste le plus puissant des rois du Nord.

Selon la vie de saint Colomba, Rhydderch nommé Roderc aurait consulté le saint pour savoir s’il mourrait des mains de ses ennemis. Colomba le rassure en lui prédisant qu’il mourra chez lui dans son lit.

Par ailleurs Rhydderch est aussi un des principaux personnages de la Vie de Kentigern de Glasgow [6]. Dans cet ouvrage, Rhydderch apparait comme le roi Rederech et il est considéré comme le protecteur et le bienfaiteur de saint Kentigern qu’il accueille à son retour dans le Nord de Saint-Asaph et à qui il permet d’établir l’évêché de Glasgow [7] qui devient le centre religieux du royaume de Strathclyde.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Mike Ashley British Kings & Queens Robinson London 1998 (ISBN 1841190969) « Rhydderch Hen (the Old) »

Notes

[1] Le Strathclyde est l’un des royaumes celtes brittoniques qui résista aux Anglo-Saxons, aux Pictes, aux Scots et aux Vikings durant le haut Moyen Âge avant d’être réuni au royaume des Pictes et des Scots vers le milieu du 11ème siècle.

[2] le moderne Rocher de Dumbarton

[3] La Bataille d’Arfderydd, selon les Annales Cambriae, opposa en 573 Gwenddolew ap Ceidio, roi de Caer Guendoleu à une coalition de princes bretons dirigée par le roi d’Ebrauc Peredur mab Eliffer et qui comprenait son frère Gwrgi, le roi Rhydderch Hael de Strathclyde. Gwenddolew ap Ceidio fut vaincu et tué mais Ebrauc fut affaibli et ne put résister aux Angles de Deira et de Bernicie qui le détruisirent sept ans plus tard. La bataille aurait eu lieu à proximité de la petite ville actuelle de Longtown, dans le comté de Cumbria (au nord-ouest de l’Angleterre, près de Carlisle).

[4] Les Annales Cambriae sont un ensemble, compilé à partir de diverses sources, de chroniques galloises, rédigées en latin à St David’s, dans le royaume de Dyfed, au plus tard au 10ème siècle. Malgré leur nom, les Annales Cambriae ne traitent pas seulement du pays de Galles, mais également d’événements survenus en Irlande, en Cornouailles, en Écosse et en Angleterre, voire au-delà.

[5] La Bernicie est un royaume anglo-saxon situé dans le nord de l’Angleterre et le sud de l’Écosse actuelles. Fondé au 6ème siècle, il est uni au royaume voisin de Deira au début du 7ème siècle pour former le royaume de Northumbrie. Son territoire se serait étendu depuis la Tyne vers le nord, atteignant finalement le Firth of Forth. Sa frontière occidentale s’est graduellement étendue, mordant sur les royaumes de langue brittonique de Rheged, Gododdin et Dumbarton. La résidence royale principale est le château de Bamburgh, près de l’île de Lindisfarne.

[6] texte hagiographique du 12ème siècle rédigé par Joceline moine de l’abbaye de Furness

[7] L’archevêque de Glasgow est le chef ecclésiastique de l’archidiocèse de Glasgow, en Écosse. Ce titre, aboli au sein de l’Église d’Écosse en 1689, est rétabli en 1878 au sein de l’Église catholique. Les deux premiers évêques de Glasgow connus, Magsuen et Johannes Scotus, sont attestés au milieu du 11ème siècle. Ils auraient été consacrés par l’archevêque d’York Cynesige. L’évêché est élevé au rang d’archevêché par le pape Innocent VIII en 1492.