Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > Marie-Euphrosyne de Deux-Ponts-Cleebourg

Marie-Euphrosyne de Deux-Ponts-Cleebourg

samedi 22 janvier 2022, par ljallamion

Marie-Euphrosyne de Deux-Ponts-Cleebourg (1625-1687),

Comtesse palatine

Cousine de la reine Christine de Suède, et sœur du roi Charles X de Suède . Fille du Comte palatin Jean-Casimir de Deux-Ponts-Cleebourg et de la Princesse Catherine de Suède.

En 1622, sa famille a fui l’Allemagne pendant la Guerre de Trente Ans [1] et s’installa dans le pays de naissance de sa mère, la Suède, où Maria Euphrosyne elle-même était née 3 ans plus tard. Elle a passé ses premières années au château de Stegeborg*, le fief de sa mère.

En 1632, sa mère lui a donné la responsabilité de sa cousine, la reine Christine. À partir de ce moment, elle et ses frères et sœurs sont restés à sa cour, même après la mort de leur mère, en 1638, alors que leur père est resté à Stegeborg. Maria Euphrosyne a donné une très bonne éducation à Christine, mais elle a finalement été écartée, parce que Christine, comme un monarque devait recevoir une autre éducation.

En 1643, elle a reçu une proposition du comte Henri de Nassau-Breda. Selon une lettre de Christine, Henri était un riche et beau prince qui a été apprécié par Marie-Euphrosyne. Elle a laissé la décision à son père, cependant il était incertain quant à savoir si Henri pourrait la soutenir, et en 1645, après que Christine a déclaré qu’elle était pleinement capable d’arranger un mariage de haut rang à l’un de ses proches, en Suède, il a refusé Henri.

Le 15 mars 1645, Marie Euphrosyne a été fiancé avec le favori de la reine, le comte Magnus Gabriel De la Gardie, et le 7 mars 1647, elle l’épouse dans la chapelle royale de Tre Kronor [2] à Stockholm. Le mariage a été arrangé par Christine.

Magnus Gabriel serait, selon ses propres mémoires, tombé amoureux avec elle à l’âge de 18 ans, et grâce aux lettres échangées par eux au cours de leur mariage, au moins Marie Euphrosyne a certainement eu de forts sentiments d’affection pour lui. Le mariage n’a cependant pas été décrit comme heureux.

Lors du mariage, Christine lui a accordé plusieurs possessions, parmi eux la résidence favorite de sa grand-mère, Höjentorp, ainsi qu’une pension, qui a été confirmée plus tard par son frère lors de sa succession.

En 1653, Magnus Gabriel a perdu la faveur de Christine et a été chassé de la cour, et elle a essayé d’agir en tant que médiateur. Maria Euphrosyne eu une relation étroite avec son frère Charles, et a fait ce qu’elle a pu pour soutenir son projet de mariage avec Christine.

Lors du couronnement de son frère le roi Charles X Gustave, en 1654, Marie Euphrosyne a reçu le rang et le statut d’une Princesse Royale de Suède. Cette position a été contestée par certaines parties de la noblesse. Marie Euphrosyne n’a pas utilisé le titre de comtesse, mais elle est généralement désignée comme la princesse.

Elle a rendu visite à son époux en Allemagne et, en 1656, à Riga [3], en Livonie [4], d’où elle a dû fuir à nouveau avec ses courtisans après seulement deux semaines, lorsque les Russes ont mis le feu à la ville. Au cours de la Guerre dano-suédoise de 1658 à 1660, elle et sa belle-sœur Edwige-Éléonore de Holstein-Gottorp ont vécu à Kronborg au Danemark, après qu’elle a été prise par le général suédois Carl Gustaf Wrangel . En 1658, son frère le roi Charles lui a dit qu’il souhaitait faire de son époux le Grand chancelier de Suède, mais elle l’a convaincu de ne pas le faire en disant que Magnus Gabriel n’était plus qualifié pour des postes militaires. En 1660, elle était près du lit de mort de son frère, à Göteborg. Il a promis ses grands domaines au Danemark, la pension pour ses enfants, et lui a dit qu’il avait nommé son époux grand Chancelier de Suède.

Marie Euphrosyne a été très active en tant que médiateur et un porte-parole pour les demandeurs qui souhaitaient parler à son conjoint ou à son frère le roi et, plus tard, son neveu le roi en leur nom. De la même manière, elle a agi comme médiateur entre son époux et la maison royale, surtout quand il était en disgrâce. Au Château de Karlberg [5], elle a reçu des demandeurs dans une chambre avec des peintures de son frère et sa mère, avec une porte ouverte vers la chambre où son frère, le roi avait dormi quand il a été invité dans sa maison.

En 1680, son conjoint est tombé en disgrâce auprès de son neveu, le roi, après la mort de Johan Göransson Gyllenstierna. Elle s’est vue refuser une audience avec son neveu sans témoins et n’a pas réussi à en obtenir une pour son conjoint. Elle a finalement réussi à obtenir une audience privée avec le roi, obtenant que son conjoint soit nommé Sénéchal. Au cours de la grande réduction de son neveu le Roi Charles XI , dans les années 1680, beaucoup de propriété de la famille a été confisqué par la couronne.

Marie Euphrosine n’a pas réussi à éviter la confiscation, malgré son statut de tante du roi, mais en 1685, elle a été autorisée à conserver ses biens personnels son lieu de résidence favori le château d’Höjentorp, sans empêcher la confiscation des biens de son mari. Marie Euphrosyne est devenue veuve en 1686. Le roi a refusé de payer pour les funérailles de son conjoint, et à empêcher les créanciers de faire l’inventaire de ses propres biens personnels et bijoux.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Marie-Euphrosyne de Deux-Ponts-Cleebourg/ Portail de la Suède/ Portail du 17ème siècle/ Catégories : Princesse suédoise

Notes

[1] La guerre de Trente Ans est une série de conflits armés qui a déchiré l’Europe de 1618 à 1648. Les causes en sont multiples mais son déclencheur est la révolte des sujets tchèques protestants de la maison de Habsbourg, la répression qui suivit et le désir de ces derniers d’accroître leur hégémonie et celle de la religion catholique dans le Saint-Empire. Ces conflits ont opposé le camp des Habsbourg d’Espagne et du Saint-Empire, soutenus par l’Église catholique romaine, aux États allemands protestants du Saint-Empire, auxquels étaient alliées les puissances européennes voisines à majorité protestante, Provinces-Unies et pays scandinaves, ainsi que la France qui, bien que catholique et luttant contre les protestants chez elle, entendait réduire la puissance de la maison de Habsbourg sur le continent européen.

[2] château

[3] Riga est la capitale de la Lettonie. Construite sur la mer Baltique au fond du golfe de Riga, dans lequel se jette la Daugava. Riga sera au fil des siècles victime de l’instabilité politique des pays baltes : elle est conquise successivement par les Polonais en 1561, les Suédois en 1621, les Russes en 1710, après un échec en 1656) qui en font la capitale du Gouvernement de Livonie. Elle est assiégée en vain, en 1812, par les troupes françaises et prussiennes de Napoléon 1er. L’histoire de Riga se confond à partir de 1919 avec celle de la Lettonie.

[4] La Livonie suédoise est un territoire germano-balte qui a fait partie de l’Empire suédois du traité d’Altmark (25 septembre 1629) au traité de Nystad (30 août 1721). ssue des transformations des territoires de l’ancien ordre de Livonie, la province de Livonie suédoise couvrait le nord de l’actuelle Lettonie et le sud de l’actuelle Estonie. Sa capitale était Riga.

[5] Le château de Karlberg est un château suédois situé sur les rives du lac Karlberg à Stockholm. Il abrite aujourd’hui l’école supérieure militaire Karlberg qui, avec l’école supérieure militaire Halmstad, est l’un des deux établissements de formation des officiers de l’armée suédoise.