Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Johann Christian Schieferdecker

mercredi 29 décembre 2021, par ljallamion

Johann Christian Schieferdecker (1679-1732)

Compositeur et organiste allemand

Il succéda à Dietrich Buxtehude à l’église Sainte-Marie de Lübeck [1].

Il appartient à une famille de musiciens d’église et de pasteurs de Zeitz [2] et Weißenfels [3] actifs depuis le 17ème siècle. Il naît non loin de là, à Teuchern [4], où son père, Christian Schiefferdecker, est Cantor [5], organiste [6] et professeur.

Pour sa formation musicale, il est envoyé à la Thomasschule [7] de 1692 à 1697, puis à l’université de Leipzig [8] de 1698 à 1702. Deux de ses opéras y sont montés.

Il est claveciniste [9] à l’opéra de Hambourg [10] où il collabore avec Georg Bronner et Johann Mattheson pour “Victor, Hertzog der Normannen, pasticcio” donné lors du couronnement de la reine Anne. Il y compose trois opéras en 1702.

À Lübeck [11] il succède le 23 janvier 1707 à Buxtehude à l’église Sainte-Marie. Le contrat stipule qu’il doit épouser la fille du vieux musicien ; le mariage est célébré le 5 septembre 1707.

Il se concentre dès lors sur la musique religieuse et à destination des Abendmusiken [12] inaugurée par Franz Tunder ; il compose des cantates [13] de type oratorios [14], aujourd’hui perdues. Grâce à lui, les soirées musicales se poursuivent et même se développent jusqu’en 1730. Il publie en 1715 un recueil de suites et de sonates de chambre

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Marc Honegger, « Schieferdecker, Johann Christian », dans Dictionnaire de la musique : Les hommes et leurs œuvres, Éditions Bordas, coll. « Science de la Musique », 1993, 2e éd. (1re éd. 1979), viii-683 à 1372 p., Tome II (L-Z) (OCLC 312098944)

Notes

[1] L’église Sainte-Marie, appelée aussi Notre-Dame de Lübeck, est une église luthérienne de la ville de Lübeck en Allemagne. Elle fut construite de 1250 à 1351. C’était un symbole de la puissance commerciale de Lübeck, ville appartenant alors à la ligue hanséatique. L’église est toujours aujourd’hui un monument important de la ville. Comme le reste de la vieille ville, qu’elle domine de ses hautes flèches,. L’église Sainte-Marie est le modèle du gothique de brique du nord de l’Allemagne. Plus de 70 églises de cette région de la Baltique l’ont prise pour exemple.

[2] Zeitz est une ville d’Allemagne, en Saxe-Anhalt. Elle est arrosée par l’Elster-Blanc. Elle fut mentionnée pour la première fois sous le nom de Cici au synode de Ravenne de 967. Entre 965 et 982, elle constitua la forteresse principale de la marche de Zeitz. De 968 à 1028, Zeitz fut résidence épiscopale, avant que celle-ci ne soit transférée à Naumbourg, mais les évêques revinrent résider dans leur château de Zeitz à partir de la fin du 13ème siècle. Maurice de Saxe (1619-1681) fut fait duc de Saxe-Zeitz, et fonda cette branche cadette de la maison de Wettin. Elle s’éteignit en 1718.

[3] Weißenfels est une ville d’Allemagne, du Land de Saxe-Anhalt. Elle est située sur la Saale. Les villes proches sont Halle, Leipzig et Naumbourg.

[4] Teuchern est une ville allemande de l’arrondissement du Burgenland, dans le land de Saxe-Anhalt. Elle se situe à environ 10 km au sud-est de Weißenfels.

[5] Cantor signifie : Chanteur en latin ; plus spécifiquement : chantre d’église ; soit l’équivalent du Hazzan, dans la culture juive ; chef de chœur ou maître de chapelle (directeur de la musique d’une église, dans les pays allemands) : celui qui dirige le chœur, d’abord envisagé dans sa finalité liturgique. C’est donc le responsable de la musique, depuis l’exécution des chorals (base de la liturgie luthérienne née au 16ème siècle), jusqu’à la composition et l’exécution des motets, en passant par l’enseignement des disciplines musicales nécessaires à ces pratiques. Par exemple : maître de musique d’une église cathédrale ou d’un autre type d’église (généralement collégiale), ainsi que maître de la musique de la chapelle de la cour, ou d’un prince (on dit alors : Hofkapellmeister).

[6] joueur d’orgue

[7] La Thomasschule zu Leipzig (en français : Lycée Saint-Thomas de Leipzig) est un Gymnasium public avec internat de Leipzig. L’école a été fondée en 1212 et est l’une des plus vieilles écoles des régions germanophones. L’école est un lycée avec un point fort en musique et a un chœur d’enfants de renommée mondiale, le Thomanerchor.

[8] L’université de Leipzig, située dans le land de Saxe, est l’une des plus anciennes universités d’Allemagne. En 1409, par le décret de Kuttenberg, le roi des Romains Venceslas donnait la primauté aux Tchèques sur les Allemands. Mécontents, les Allemands quittèrent alors Prague pour Leipzig et obtinrent des landgraves Frédéric 1er de Saxe et Guillaume II de Misnie la fondation d’une nouvelle université. À l’origine, elle comptait quatre facultés ; on en trouve maintenant quatorze, avec environ 29 000 étudiants, ce qui en fait la deuxième université de Saxe. Elle est en activité sans interruption depuis bientôt 6 siècles, et rassemble aujourd’hui plus de 150 départements, pour 190 programmes de formations débouchant notamment sur de nombreux masters et certificats d’aptitudes à l’enseignement. L’université de Leipzig est notamment réputée pour sa faculté de médecine.

[9] joueur de clavecin

[10] L’Oper am Gänsemarkt de Hambourg fut, de 1678 à 1738, le premier et principal opéra municipal de tous les pays de langue allemande. Le nom signifie « près du Marché aux Oies ».

[11] Lübeck est une ville hanséatique d’Allemagne du Nord, dans le Land de Schleswig-Holstein. Ce port de la mer Baltique est également surnommé « la reine de la Hanse » : c’était en effet la capitale de la Ligue hanséatique. En 1160, Lübeck obtint la Soester Stadtrecht. Cette époque est aujourd’hui considérée par les historiens comme le commencement de la Hanse des marchands (au contraire de la Hanse des villes). L’argument principal justifiant cette position consiste dans le privilège de Artlenburg en 1161, dans lequel les commerçants de Lübeck devinrent égaux en droit avec les, jusque-là dominants, commerçants goths pour le commerce sur la mer Baltique. À cette époque commença avec la Chronica Slavorum sous Helmold von Bosau et son successeur Arnold von Lübeck le témoignage détaillé sur les événements concernant les tribus slaves du nord-ouest. En 1182, l’empereur Frédéric Barberousse donna un fief à Lübeck au duc Bogislav 1er avec le duché de Poméranie. Le privilège de Barberousse en 1188 dota Lübeck d’un territoire et de nouvelles possibilités commerciales.

[12] Une Abendmusik (au pluriel Abendmusiken, en français musique du soir ou veillée musicale) est un concert spirituel dans la tradition de l’église Sainte-Marie de Lübeck. Franz Tunder les instaura, peut-être dès 1646, et Dietrich Buxtehude en fit un événement annuel attendu de la période de l’Avent, enchaînant sur cinq dimanches les cinq parties d’un oratorio. Cette tradition maintenue jusqu’en 1810 fut rénovée par Walter Kraft au 20ème siècle.

[13] Une cantate est une composition vocale et instrumentale qui comporte plusieurs morceaux. Elle porte généralement sur un thème qui peut être profane (cantata da camera) ou sacré (cantata da chiesa), mais à la différence de l’opéra, elle ne comporte aucun aspect théâtral ni dramatique.

[14] Un oratorio est une œuvre lyrique dramatique représentée sans mise en scène, ni costumes, ni décors. Généralement composé pour voix solistes, chœur et orchestre symphonique, avec parfois un narrateur, son sujet est le plus souvent religieux (épisode extrait de la Bible ou des Évangiles, de la vie du Christ ou d’un(e) saint(e)… ). Il peut être aussi profane (héros mythologique, sujet historique, hymne à la nature…). Formellement assez proche de la cantate et de l’opéra, l’oratorio comprend généralement une ouverture, des récitatifs, des airs et des chœurs.