Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Polygnote

vendredi 10 décembre 2021, par ljallamion

Polygnote

Peintre grec du milieu du 5ème siècle av. jc

Contemporain de Pauson et Micon , fils d’ Aglaophon . Il est le plus ancien des peintres dont on ait retenu le nom, et tout ce que nous savons de lui a été rapporté par des écrivains antiques dont Platon, Pline, Pausanias le Périégète, et Dion Chrysostome.

Il est né à Thasos [1], alors colonie de Paros [2], mais a été emmené à Athènes par le général athénien Cimon et là il fut adopté par les Athéniens, et reconnu comme l’un de leurs citoyens. On a dit de lui qu’il fut l’amant d’ Elpinice , sœur de ce même Cimon et qu’il fit d’elle un tableau que l’on appelait “Les Troyennes captives”.

Cimon l’aurait donc chargé de la décoration de différents monuments : le temple de Thésée [3], l’Anacéion ou temple des Dioscures [4] et surtout le Pœcile [5] ; puis il se serait éloigné pour décorer la Lesché des Cnidiens [6] à Delphes [7] et serait revenu à Athènes pour décorer les Propylées [8].

Son œuvre consistait en de grandes fresques qui évoquaient des épisodes de l’Iliade et de l’Odyssée. Ces renseignements nous sont donnés par Pausanias qui nous dit que de son temps, les peintures du Pœcile étaient déjà ruinées, mais qui nous indique qu’il a vu des fresques de Polygnote dans le temple des Dioscures [9] et dans un édifice non loin des Propylées : Diomède emportant le Palladion, Ulysse à Lemnos, Oreste et Pylade, Polyxène égorgée sur le tombeau d’Achille. Par ailleurs il put voir à Delphes dans la Leschè des Cnidiens décorée par Polygnote, des fresques de 25 mètres de long : une Ilioupersis et une Nekuia qui sont restées très célèbres.

Il serait le premier peintre à avoir introduit dans la peinture grecque l’étagement des figures pour suggérer la perspective et l’éthographie [10], c’est-à-dire l’expression des sentiments. Il est resté célèbre pour avoir réfléchi à l’utilisation des couleurs dans la nature et pour avoir inventé la peinture en couleurs alors qu’elle était jusqu’à lui monochrome : les quatre couleurs fondamentales qu’il utilisait étaient le blanc, le rouge, le jaune et le noir [11], selon la précision donnée par Pline l’Ancien. D’après cet auteur, Polygnote de Thasos le premier peignit les femmes avec des vêtements brillants, leur mit sur la tête des mitres de différentes couleurs : il contribua beaucoup aux progrès de la peinture, car le premier il ouvrit la bouche des figures, il fit voir les dents, et introduisit l’expression dans les visages, à la place de l’ancienne roideur.

L’évolution de sa peinture se fit vraisemblablement sur support mural ou sur panneaux de bois accrochés aux murs. Elle exerça une puissante influence sur la peinture sur céramique de son époque. Toutes ses œuvres ont été perdues.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Charles Martin Robertson, La peinture grecque, Éditions d’art Albert Skira, 1959

Notes

[1] Thasos ou Thásos, est une île montagneuse de l’archipel grec, à 8 km de la Thrace continentale et à l’ouest de l’île de Samothrace.

[2] Paros est une île de la mer Égée et un dème de Grèce. Elle se trouve à l’ouest de Naxos dans l’archipel des Cyclades dont elle est la troisième plus grande île par sa superficie ainsi que principal carrefour maritime. Parikiá est la plus grande ville et le port principal de l’île.

[3] Le temple d’Héphaïstos et Athéna Ergané, également connu sous le nom d’Héphaïstéion, est un temple dorique périptère, situé au nord-ouest de l’agora d’Athènes, en haut de la colline appelée Colonos Agoraios. Du 7ème siècle jusqu’en 1834, il a servi d’église orthodoxe grecque sous le nom de Saint-Georges Akamatès.

[4] le Mariage des filles de Leucippe

[5] les Grecs rassemblés pour le jugement d’Ajax, les Troyennes captives avec les traits d’Elpinice pour représenter Cassandre

[6] La lesché (lieu de réunions destiné à la discussion) des Cnidiens se trouve sur le sanctuaire de Delphes, dans la zone nord-est. Elle a été édifiée vers 475-460 av. jc. Elle fut totalement remaniée au 4ème siècle av. jc. Cette lesché est un bâtiment rectangulaire (19 mètres sur 9,50 mètres). Le toit était soutenu par deux rangées de colonnes de bois à l’intérieur du bâtiment. Sur l’un des grands côtés, au Sud, la lumière entrait par une porte, peut-être à deux battants, ou plusieurs portes et aussi, peut-être, par des fenêtres. Elle était célèbre pour les fresques qui l’ornaient, dues à Polygnote, dont une chute de Troie.

[7] Au pied du mont Parnasse en Phocide, Delphes est le site d’un sanctuaire panhellénique où parlait l’oracle d’Apollon à travers sa prophétesse, la Pythie ; il abritait également l’Omphalos ou « nombril du monde ». Investi d’une signification sacrée, Delphes fut du 6ème siècle av. jc au 4ème siècle av. jc le véritable centre et le symbole de l’unité du monde grec.

[8] Un propylée est à l’origine un vestibule conduisant à un sanctuaire. Aujourd’hui, on l’emploie au pluriel, il désigne un accès monumental. C’est la porte d’entrée d’un sanctuaire, la séparation entre un lieu profane (la cité) et un monde divin (le sanctuaire).

[9] Castor et Pollux, le Mariage des filles de Tyndare

[10] du grec ethos, caractère

[11] obtenu en brûlant du marc de raisin