Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Sigurd II Munn dit Sigurd II de Norvège

Sigurd II Munn dit Sigurd II de Norvège

vendredi 26 novembre 2021, par ljallamion

Sigurd II Munn dit Sigurd II de Norvège (1133-1155)

Co-roi de Norvège de 1136 à 1155

Fils illégitime d’ Harald IV de Norvège né de sa relation avec Thora Guttormsdatter. Les sagas le décrivent comme un homme trop confiant et violent dont les compétences politiques sont faibles. Grand amateur de femmes comme en témoigne le nombre de ses enfants illégitimes nés de mères différentes.

Avant la mort de son père il est élevé en fosterage [1] par Guttorm, Såda-Gyrd Bårdsson et Ottar Birting au Trøndelag [2].

En 1136 après le meurtre d’Harald IV, il est proclamé roi à l’âge de 3 ans par l’Eyrathing [3] du Trøndelag et un parti de nobles locaux défiants vis à vis des partisans de son demi-frère légitime Inge 1er de Norvège et de sa mèreIngrid Rögnvaldsdotter qui contrôlent Bergen [4] et l’ouest du royaume.

Les deux partis s’accordent toutefois pour éliminer définitivement lors de la bataille navale de Holmengrå* en novembre 1139, Magnus IV dit l’Aveugle et le prétendant Sigurd Magnusson qui s’était rallié à lui.

En 1142 ils doivent de plus partager le pouvoir avec 2 autres fils putatifs de Harald IV de Norvège, Eystein et Magnus Haraldsson ramenés d’Écosse par des nobles qui voulaient eux aussi contrôler une part du pouvoir.

Leur venue affaiblit la position de Sigurd II dans Trøndelag et crée une plus grande tension au sein des corégents. Toutefois cette curieuse forme de gouvernement semble avoir assez bien fonctionnée tant que les tuteurs et conseillers de Inge 1er et de Sigurd II ont tenu les rênes du royaume.

A leur majorité les rois Sigurd II et Inge 1er se dotent chacun d’une Hird [5] et le désaccord entre eux se fait sentir dans la seconde moitié de la décennie 1140.

Sigurd II est soupçonné d’être à l’origine du meurtre d’Ottar Birting, un de ses anciens mentors qui avait épousé la reine Ingrid Rögnvaldsdotter.

Peu de détails subsiste sur le déroulement du conflit entre les frères qui s’appuyaient chacun sur une partie du royaume : Inge sur le Viken [6] et l’ouest de la Norvège, Sigurd II depuis l’enfance avait le soutien du Trøndelag. Eystein II en avait été écarté et vers 1150 tentait de s’implanter lui aussi plus au sud dans le Viken.

Les sagas soulignent la disparité du physique et de la personnalité des trois rois. Inge de faible constitution et infirme mais convivial, de l’autre ses deux demi-frères Eystein II rusé et cupide, Sigurd plus rustre mais frivole et éloquent. Sigurd est également décrit comme un homme viril avec un beau visage entouré de cheveux bruns mais avec une bouche laide d’où le surnom de Munn qui lui est donné dans l’historiographie récente.

Contrairement à Inge 1er, Il semble que Sigurd et Eystein n’avaient pas la capacité ni la générosité nécessaire pour constituer un solide réseau d’alliance et d’amitié à l’instar de leur frère. l’Orkneyinga saga [7] mentionne les lendermen* restés fidèles à Inge 1er et l’Ágrip af Nóregskonungasögum [8], source cléricale, souligne les caractères de tyran de ses 2 frères.

Inge, fils légitime, était de plus bien en cour chez les théologiens norvégiens et jugé par eux le plus apte à mettre en œuvre la réforme ecclésiastique. Cela peut expliquer que le cardinal Nicolas Brekespear selon la Morkinskinna reporte son affection sur Inge 1er quand il vient dans le pays en 1152/1153 créer une province ecclésiastique avec l’église norvégienne, alors qu’il méprisait Sigurd et Eystein. Les trois frères sont encore présents ensembles lors de la fondation du nouvel archevêché de Nidaros [9] et lors des concessions royales qui sont ensuite faites à l’église.

La défiance du cardinal contre Sigurd était due selon les sagas à sa vie dissolue et au fils qu’il avait eu de sa relation avec sa cousine Christina , la fille du roi Sigurd 1er le Croisé ce qu’il considérait comme un inceste. Les relations entre les 3 frères rois prennent une tournure dramatique lorsque le Lenderman Gregorius Dagsson devient le principal conseiller du roi Inge au cours de la première moitie de la décennie 1150. Il agit de manière à faire de Inge 1er le souverain unique de la Norvège.

Au cours de l’hiver 1154-1155 Sigurd et Eystein II après avoir été en conflit dans l’Oppland [10] se seraient mis d’accord afin de prendre la royauté d’Inge lors d’une réunion des 3 rois organisée au cours de l’été à Bergen. Inge et Grégorius ont vent de ce plan et viennent avec une troupe importante qu’ils massent autour de la cité. Après une confrontation au parlement et une tentative pour assassiner Grégorius et les hommes d’Inge. Grégorius exploite la situation contre Sigurd avant l’arrivée d’Eystein.

Sigurd II, cerné tandis qu’il boit dans une ferme, est tué, après une bataille féroce, à l’âge de 22 ans à Bergen le 10 juin 1155.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de l’Heimskringla de Snorri Sturluson Sagas of the Norse Kings, Everyman’s Library : Livre XV « The sons of Harald »

Notes

[1] Le fosterage, également appelé confiage par certains auteurs, est une pratique sociale consistant à confier durablement un enfant à un membre de la parentèle pour son éducation.

[2] Le Trøndelag est l’une des cinq grandes régions géographiques de la Norvège. Il correspond au centre du pays, et comprend les deux comtés de Nord-Trøndelag et Sør-Trøndelag. À l’âge des Vikings, le Trøndelag était le domaine des puissants jarls de Lade, centré autour des plaines fertiles bordant le Trondheimsfjord. Les anciens royaumes de Nordmøre et Romsdal, ainsi que la municipalité actuelle de Bindal, étaient à l’origine également inclus dans le Trøndelag. Leurs habitants parlent d’ailleurs encore des dialectes similaires au Trøndersk, parlé dans le Trøndelag.

[3] Le thing était l’assemblée des gens libres d’un pays, d’une province ou d’un herred (subdivision administrative). Il y avait donc une hiérarchie des things, de manière que chaque thing locale soit représentée au thing de province, et ainsi de suite. Le lieu du thing était souvent celui des rites religieux et celui du commerce. Les disputes étaient réglées à cette occasion, et les décisions politiques y étaient prises.

[4] Bergen est une ville du Sud-ouest de la Norvège, capitale du comté de Hordaland. Bergen est la deuxième ville du pays. C’est également une ville portuaire, une ville universitaire, et un évêché.

[5] La hird, en Scandinavie médiévale, était à l’origine une garde armée informelle et personnelle, dont les membres étaient appelés hirdmenn ou huskarlar. Le nom en vint à désigner non seulement le noyau des gardes de l’armée royale, mais aussi de manière plus formelle la cour du roi de Norvège dans son ensemble

[6] Viken (la baie) est une région historique de Norvège, situé autour du fjord d’Oslo, dans le sud-est du pays. La capitale historique de la région, bien que centrée autour d’Oslo, était Borre. Elle comprenait les provinces de Vestfold, Østfold, Ranrike, Vingulmark et Båhuslen.

[7] La saga Orkneyinga (également appelée Histoire des Comtes d’Orkney et Jarls ’saga ) est un récit historique de l’histoire des îles Orcades et Shetland et de leurs relations avec d’autres entités locales, en particulier la Norvège et l’ Écosse . La saga n’a aucun parallèle dans le registre social et littéraire de l’Ecosse et est "la seule chronique médiévale à avoir Orkney comme lieu d’action central. L’objectif principal du travail est la ligne de jarls qui a régné sur le comté d’Orkney , qui a constitué leNorðreyjar ou les îles du Nord des Orcades et des Shetland et il y a des références fréquentes aux deux archipels.

[8] L’Ágrip af Nóregskonungasögum, ou plus communément Ágrip, est une œuvre littéraire médiévale, écrite en vieux norrois. Elle fait partie des sagas royales. Elle fut composée aux alentours de 1190 par un auteur norvégien inconnu. Le seul exemplaire qui nous en soit parvenu est un manuscrit islandais de la première moitié du 13ème siècle, consistant en quatre volumes de parchemin, un cinquième ayant été perdu. La première feuille est également manquante, ce qui ne permet pas de connaître le titre de l’œuvre, ni même de savoir si elle en avait un. Son nom actuel signifie littéralement « synoptique des sagas des rois de Norvège » et fut utilisé pour la première fois dans une édition de 1835. Elle contient un récit de l’histoire des rois de Norvège du 9ème siècle au 12ème siècle, depuis Halfdan III de Vestfold jusqu’à Inge 1er de Norvège, mais l’original devait couvrir une plus longue période, probablement jusqu’au règne de Sverre de Norvège.

[9] Trondheim autrefois Nidaros, est une ville norvégienne située dans le comté du Sør-Trøndelag, dont elle constitue le centre administratif. La ville est fondée par le roi viking Olaf Tryggvason en 997 et baptisée du nom Nidaros. Le site est choisi en raison de ses conditions favorables, tant pour l’installation d’un port que pour la défense du site. Renommée Trondheim à la fin du Moyen Âge, la ville est le siège de l’archevêché de Nidaros depuis 1152.

[10] Le Royaume d’Oppland était l’un des petits royaumes norvégiens du Moyen Âge. L’Oppland forme aujourd’hui un comté de la Norvège.