Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Qutayba ben Muslim ou Qutaibah Ibn Muslim Al-Baheli

Qutayba ben Muslim ou Qutaibah Ibn Muslim Al-Baheli

dimanche 21 novembre 2021, par ljallamion

Qutayba ben Muslim ou Qutaibah Ibn Muslim Al-Baheli (669-715)

Général musulman arabe-Gouverneur de la province de Khorassan à partir de 705

Dès le début de son gouvernement, Qoutayba entreprend une expédition contre le Tokharestan [1], alors gouverné par une dynastie turque bouddhiste [2], issue de la famille royale des Turcs occidentaux. Il profite des dissensions locales pour intervenir au Khwarezm [3] et en Sogdiane [4]. De 706 à 709, il mène des campagnes contre le royaume irano-turc de BoukharaBoukhara est une ville d’Ouzbékistan, située sur le cours inférieur de la rivière Zarafshan, au milieu d’une oasis, à la limite orientale du désert de Kyzyl Kum. Elle était reliée par voies caravanières à Merv et aux vallées des fleuves Amou-Daria et Syr-Daria. C’est la capitale de la province de Boukhara. qui est vassalisé en 709, malgré une première intervention du kaghan [5] Kapaghan Le Conquérant dit Mo-tcho , qui envoie son neveu Kul-tégin. Il semble que celui-ci soit battu entre Boukhara et Merv [6]. L’héritier du trône de Boukhara Tougchada se rallie apparemment à l’islam et règne de 710 à 739.

Le souverain de Samarkand [7] négocie la paix en 709, contre un tribut et des otages, mais il est renversé par ses sujets et remplacé par Ikhchedh Ghourek. Qoutayba prend Samarkand en 712, après un long siège, après avoir battu les Turcs de Tachkent* et du Ferghana*.

Les Köktürks* conduits par Kul-tégin interviennent une nouvelle fois et occupent toute la Sogdiane où les Arabes ne tiennent plus que Samarkand, mais dès 713 Qoutayba les chasse. Après la victoire, Ghourek doit accepter la suzeraineté omeyyade [8] et Samarkand reçoit une garnison arabe.

En 712-713, Qoutayba envoie une expédition punitive contre Tachkent [9] et avance lui-même en Ferghana [10] vers Khodjent [11]. Tachkent est prise en 714. D’après Tabari, Qoutayba aurait marché jusqu’à Kachgar [12], qui fait alors partie de l’empire chinois des TangLa dynastie Tang est une dynastie chinoise précédée par la dynastie Sui (581-618) et suivie par la période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes. Elle a été fondée par la famille Li, qui prit le pouvoir durant le déclin et la chute de l’empire Sui. Venant après une longue période de division de la Chine qui dura de 220 à 581, à laquelle l’éphémère dynastie Sui avait mis fin, les premiers empereurs de cette dynastie eurent d’abord pour tâche de stabiliser l’empire récemment réunifié, et de lui redonner la puissance qu’avait eue la Chine à l’époque des Han. Ils firent rapidement mieux que ces derniers dans le domaine des conquêtes extérieures.. En 715, alors qu’il est de nouveau en campagne au Ferghana, il est assassiné, avec d’autres membres de sa famille, par ses propres troupes pour avoir refusé de reconnaître le nouveau calife.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Qutayba ben Muslim/ Portail de l’islam/ Catégories : Chef de guerre musulman

Notes

[1] La Bactriane

[2] Le bouddhisme est, selon le point de vue occidental, une religion (notamment une religion d’État) ou une philosophie, voire les deux, dont les origines sont en Inde au 5ème siècle av. jc à la suite de l’éveil de Siddhartha Gautama et de son enseignement. Le bouddhisme est né en Inde à peu près à la même époque que Mahâvîra, qui rendit plus populaire le jaïnisme, avec lequel il partage une certaine tendance à la remise en cause de l’hindouisme (en particulier de la caste sacerdotale des brahmanes) tel que ce dernier était pratiqué à l’époque (6ème siècle av. jc). Le bouddhisme a repris et aménagé beaucoup de concepts philosophiques de l’environnement religieux de l’époque (tels que dharma et karma, par exemple).

[3] Le Khwarezm, également appelé Chorasmie antique, est une région historique située au sud de la mer d’Aral, principalement dans l’actuel Ouzbékistan, une plus petite partie en Turkménistan ; elle a parfois été autrefois incluse dans le Grand Iran. On y trouve notamment les villes historiques de Kounya-Ourguentch et de Khiva.

[4] La Sogdiane ou Sogdie est une région historique recouvrant en partie l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et l’Afghanistan et englobant les villes historiques de Samarcande et Boukhara et la vallée irriguée de Zeravchan (ancienne Polytimetus). Elle se situe au nord de la Bactriane, à l’est de Khwarezm et au sud-est de Kangju entre l’Oxus (Amou-Daria) et le Jaxartes (Syr-Daria). La Sogdiane fut la 18ème province de l’Empire perse achéménide

[5] Khagan est un titre signifiant « Khan des khans », c’est-à-dire empereur, dans les langues mongoles, toungouse et turques, on retrouve déjà ce terme dans les langues proto-turques et proto-mongoles. Le titre est porté par celui qui dirige un khaganat (empire, plus grand qu’un khanat dirigé par un khan, lui-même comparable à un royaume). Le khagan, comme tous les khans, se fait élire par le Qurultay, en général parmi les descendants des précédents khans.

[6] Merv autrefois satrapie de Margiane, était une ville de l’Asie centrale, sur la route historique de la soie. Ses vestiges sont situés aujourd’hui près de la ville de Mary au Turkmenistan. La ville a connu plusieurs refondations au cours d’une histoire millénaire et a connu divers noms comme « Mourou » à l’époque Achéménide, puis « Alexandrie de Margiane » (ville fondée par Alexandre) et enfin « Antioche de Margiane » sous les macédoniens. Ce fut un important évêché du christianisme nestorien entre le 6ème et le 14ème siècle. En 651, le dernier roi perse sassanide, Yazdgard III, fut assassiné à Merv. Merv fut un temps, capitale des Seldjoukides avant leur avancée vers l’Iran. Ce fut une ville de haute culture, renommée pour ses 10 bibliothèques, et Yaqout al-Rumi y resta deux ans, peu avant sa destruction par les Mongols en 1221.

[7] Samarcande ou parfois Samarkand est une ville d’Ouzbékistan, capitale de la province de Samarcande. Elle fut une des plus grandes cités d’Asie centrale. Lors de ces différentes occupations, Samarcande a abrité des communautés religieuses diversifiées et est devenue le foyer de plusieurs religions tel que le Bouddhisme, le Zoroastrisme, l’Hindouisme, le Manichéisme, le Judaïsme et l’Église de l’Orient. Les armées des Omeyyades sous Qutayba ben Muslim conquièrent la ville vers 710. Après la conquête de la Sogdiane, l’Islam devient la religion dominante à Samarcande où beaucoup d’habitants se convertissent. Selon la légende, durant le règne des Abbassides, le secret de la fabrication du papier est obtenu de deux Hans, prisonniers faits lors de la Bataille de Talas en 751. Cette invention permit la fondation de la première papeterie de Samarcande et se diffusa dans le reste du monde islamique et plus tard en Europe

[8] Les Omeyyades, ou Umayyades sont une dynastie arabe de califes qui gouvernent le monde musulman de 661 à 750. Ils tiennent leur nom de leur ancêtre Umayya ibn Abd Shams, grand-oncle de Mahomet. Ils sont originaires de la tribu de Quraych, qui domine La Mecque au temps de Mahomet. À la suite de la guerre civile ayant opposé principalement Muʿāwiyah ibn ʾAbī Sufyān, gouverneur de Syrie, au calife ʿAlī ibn ʾAbī Ṭalib, et après l’assassinat de ce dernier, Muʿāwiyah fonde le Califat omeyyade en prenant Damas comme capitale, faisant de la Syrie la base d’un Califat qui fait suite au Califat bien guidé et qui devient, au fil des conquêtes, le plus grand État musulman de l’Histoire.

[9] Tachkent est une métropole d’Asie centrale, capitale de l’Ouzbékistan. Située dans l’est du pays, à quelques dizaines de kilomètres de la frontière kazakh

[10] Ferghana ou Fergana est une ville de l’est de l’Ouzbékistan

[11] Khodjent est une ville du Tadjikistan et la capitale de la province de Sughd. Fondée par Alexandre le Grand, elle s’appela Léninabad de 1939 à 1992.

[12] Kachgar est une ville de la Région autonome ouïghoure du Xinjiang (ou Turkestan chinois). Elle se situe à l’ouest du désert du Taklamakan au pied des montagnes du Tian Shan. L’oasis de Kachgar se trouve au point de rencontre des routes nord et sud qui contournent le désert de Taklamakan. La route du Karakorum qui emprunte le col de Khunjerab relie Kachgar à la ville d’Islamabad au Pakistan. Le Kirghizistan voisin est aussi accessible depuis Kachgar via les cols de Torugart et d’Irkeshtam.