Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Laurent de Maugiron

jeudi 4 novembre 2021, par ljallamion

Laurent de Maugiron (1528-1588)

Comte de Montléans-Gouverneur de la ville de Vienne-Lieutenant général du Dauphiné

Capitaine de l’armée royale dans les guerres contre l’Espagne, Laurent de Maugiron est le fils de Guy de Maugiron, lieutenant de la compagnie du comte de Saint-Pol [1] François 1er de Bourbon-Saint-Pol dit François Ier de Saint-Pol lors de la Bataille de Marignan [2], qui devient ensuite sénéchal [3] du Valentinois [4], puis lieutenant général [5] du Dauphiné [6], capitaine des gendarmes, chambellan [7], conseiller d’état, et chevalier de l’Ordre en 1543. Guy de Maugiron était devenu, au fil du temps, un proche de François 1er.

Il devient page du roi de France Henri II. Après avoir servir dans la compagnie de son père, dans le Piémont [8], il devient capitaine d’infanterie, lieutenant de la compagnie du Comte de Clermont, puis, en 1558, lieutenant de la compagnie du maréchal de Brissac.

Il est farouchement opposé aux huguenots, qu’il chasse notamment de Valence [9], en 1560. Après avoir été nommé, en 1562, lieutenant général du Dauphiné, sous le gouvernement de Claude II duc d’Aumale, il commande une compagnie de gendarmes, levée en Dauphiné, pour chasser les protestants de Bourgogne, entre 1567 et 1568. Son intransigeance religieuse lui fait perdre son poste de lieutenant du Dauphiné.

Mais ses positions anti-protestant lui permettent, en septembre 1569, de voir ses terres de Montléans devenir un comté. Il redevient lieutenant du Dauphiné en février 1578, après l’intervention de son fils Louis auprès du roi Henri III.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Laurent de Maugiron/ Portail du Dauphiné/ Portail de l’Isère

Notes

[1] Le comté de Saint-Pol était situé dans le Ternois, région comprise dans le département du Pas-de-Calais entre le comté d’Artois et celui de Boulogne. Il tirait son nom de la ville de Saint-Pol-sur-Ternoise, qui était à son origine une forteresse composée de deux châteaux très élevés, séparés par un fossé large et profond.

[2] La bataille de Marignan eut lieu les 13 et 14 septembre 1515 et opposa François 1er et ses alliés vénitiens aux mercenaires Suisses qui défendaient le duché de Milan.

[3] Un sénéchal est un officier au service d’un roi, prince ou seigneur temporel. Il peut être aussi, comme dans le Saint Empire romain germanique, au service d’une abbaye, souvent immédiate, où cette fonction devient un titre honorifique héréditaire par la suite.

[4] Le Valentinois dépendait du marquisat de Provence, puis de la province du Dauphiné. Au décès de Louis, qui en fut le dernier comte, le Valentinois est vendu en 1419 par ses héritiers, sa fille Louise de Poitiers (veuve de Humbert de Villars) ou ses proches parents, à Charles, dauphin, puis roi de France (Charles VII). Il est rattaché à la couronne de France en 1424. Le Valentinois fut érigé en duché-pairie en 1498 pour César Borgia par le roi Louis XII de France. Le duché de Valentinois fut donné en 1548 à Diane de Poitiers par le roi Henri II de France. Le Valentinois fut donnée en 1642 au prince de Monaco Honoré II par le roi Louis XIII de France. Les princes de Monaco en portèrent régulièrement le titre jusqu’en 1949, date du décès du prince Louis II de Monaco. S’agissant d’un titre de droit français il ne peut se transmettre par les femmes et il n’y a plus aujourd’hui d’autorité en France ayant le pouvoir d’en effectuer le report en cas d’extinction des mâles.

[5] Le lieutenant général de province était un personnage, issu souvent de la haute aristocratie, qui représentait le roi dans les provinces du royaume. Son rôle était théoriquement d’assurer la suppléance du gouverneur. En fait, les rois espéraient ainsi que leurs influences se neutraliseraient mutuellement, empêchant ainsi toute tentative de révolte. La charge de lieutenant général devint au 17ème siècle et surtout au 18ème siècle purement honorifique : le titulaire résidait à la Cour et se contentait de toucher les revenus sans effectuer de réel travail. De plus, les rois avaient tendance à nommer les fils successeurs de leur père, ce qui fit que les offices de lieutenant général firent quasiment partie du patrimoine de ces familles aristocratiques. Il ne faut pas confondre l’office de lieutenant général avec celui de « lieutenant de roi ». Le lieutenant de roi était subordonné au lieutenant général et son rôle (par essence le même : représenter le roi dans les provinces) n’était tenu que dans des ressorts beaucoup plus réduits.

[6] Le Dauphiné est une entité historique et culturelle. Elle occupe l’ancienne province Viennoise située dans le quart sud-est de la France actuelle. Le Dauphiné de Viennois fut un État, sous l’autorité des comtes d’Albon, qui prirent le titre de dauphins, ce dernier terme ayant donné au Dauphiné son nom. Cette entité apparaît dans l’ancienne Provence, et était une subdivision du Saint Empire romain germanique, de ses origines admises au 11ème siècle, jusqu’à son rattachement en 1349 au royaume de France. Le Dauphiné de Viennois devient alors la province du Dauphiné, et conserve une certaine autonomie jusqu’en 1457.

[7] Un chambellan ou chambrier est un gentilhomme chargé du service de la chambre d’un monarque ou d’un prince, à la cour duquel il vit.

[8] Au cours du Moyen Âge, se constitue autour de Turin la principauté de Piémont, gouvernée par une branche de la maison de Savoie, la lignée de Savoie-Achaïe. En 1418, à la mort de Louis de Savoie-Achaïe, la principauté du Piémont revient au duc de Savoie, qui a la faveur de l’empereur en tant que membre du parti gibelin. À partir de 1494, le Piémont est embrasé par les guerres d’Italie : dans la première moitié du 16ème siècle, le pays devient un théâtre d’opérations d’armées étrangères, ce qui bloque la vie culturelle. En 1563, le duc de Savoie et prince de Piémont décide de faire de Turin sa principale capitale, au détriment de Chambéry.

[9] Valence est une commune du sud-est de la France, préfecture du département de la Drôme Située au cœur du couloir rhodanien, Valence est souvent désignée comme étant « la porte du Midi de la France ». Entre Vercors et Provence, sa situation géographique attire de nombreux touristes. Fondée en 121 av.jc après l’invasion de la Gaule narbonnaise par les Romains, elle se positionne rapidement comme étant le plus vaste carrefour de voies derrière Lyon3. Avec son importance grandissante, Valence accède au statut de colonie romaine. Au fil des siècles, la ville prend de l’ampleur et s’agrandit.