Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Sebastiano Conca dit il Cavaliere

lundi 26 juillet 2021, par ljallamion

Sebastiano Conca dit il Cavaliere (né en 1680-1764)

Peintre italien de l’école napolitaine

Aîné de 10 enfants, Sebastiano Conca est formé à l’école napolitaine [1] de Francesco Solimena . En 1706, il part à Rome avec son frère Giovanni, qui lui sert d’assistant.

Pendant plusieurs années, il travaille seulement à la craie, pour améliorer son dessin.

Il est patronné par le cardinal Pietro Ottoboni, qui le présente au pape Clément XI et peint un “Jérémie” pour la basilique Saint-Jean-de-Latran [2]. En récompense de ce travail, le pape le fait chevalier, et le cardinal lui offre une croix de diamant.

En 1710, il fonde son académie, qui attire des élèves de toute l’Europe, parmi lesquels Pompeo Batoni , le Sicilien Olivio Sozzi , Giuseppe Tresca et Carlo Maratta et des Tyroliens, comme le fresquiste Johann Jakob Zeiller . Sa renommée grandit rapidement et il reçoit le patronage de la plupart des têtes couronnées d’Europe. En 1729, il entre à l’Accademia di San Luca [3], dont il prend la direction à deux périodes.

Après un bref séjour à la cour de Savoie [4], à Turin [5], il retourna à Naples [6] en 1751. C’est de cette période que remontent les tableaux pour Saint-Pierre-Martyr et pour Sainte-Claire [7] qui marquent son passage de la manière classicisante à un baroque voyant et fastueux propre à la peinture napolitaine de l’époque.

Le neveu de Conca, Tommaso , a lui aussi connu une certaine célébrité comme peintre.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Sebastiano Conca/ Portail de la peinture/ Portail des arts/ Portail du xviiie siècle/ Portail de l’Italie/ Catégories : Peintre italien du XVIIIe siècle

Notes

[1] L’école napolitaine est une des écoles italiennes de peinture de la Renaissance artistique qui a fleuri à Naples en Campanie, en Pouilles et Calabre proche et dont les principaux protagonistes sont le plus souvent baroques voire rococo. Pour le Trecento, on parle aussi de l’influence de Giotto di Bondone.

[2] L’archibasilique Saint-Jean-de-Latran est l’une des quatre basiliques majeures de Rome, édifiée sur le mont Latran. Son titre exact est basilique du Très-Saint-Sauveur et des saints Jean Baptiste et Jean l’Évangéliste. Premier édifice monumental chrétien construit en Occident, à partir de 320, elle est l’église cathédrale de l’évêque de Rome, le pape. Tout comme le palais du Latran qui lui est contigu, elle est la propriété du Saint-siège et bénéficie à ce titre du privilège d’extraterritorialité. Elle est considérée comme la « mère » en ancienneté et dignité de toutes les églises de Rome et du monde.

[3] L’Accademia di San Luca est une association des artistes de Rome fondée en 1577, devenue réellement active sous Federico Zuccaro, son premier directeur, en 1593, et nommée ainsi en référence à saint Luc, tenu pour être l’auteur du premier portrait de la Vierge Marie. Elle se situe près de la fontaine de Trévi. L’Académie de San Luca, appelé également Accademia di belle arti di Roma est l’une des plus anciennes académies d’art d’Italie et la plus importante de l’Italie, reconnue par le ministère italien de l’Éducation (ministère de l’Université et de la Recherche).

[4] Le duché de Savoie est un ancien duché indépendant, noyau des États de Savoie, devenu Royaume de Sardaigne en 1713, et divisé entre la France et l’Italie en 1860. Le 19 février 1416, l’empereur Sigismond 1er érige le comté de Savoie en duché de Savoie, lui offrant une autonomie politique sans précédent. Les successeurs d’Amédée VIII de Savoie portent désormais le titre de duc jusqu’à ce qu’ils deviennent rois de Sicile, puis de Sardaigne au début du 18ème siècle.

[5] Turin est une ville italienne, chef-lieu de la province du même nom et de la région du Piémont. Turin fut la capitale des États de Savoie de 1563 à 1720, du royaume de Piémont Sardaigne de 1720 à 1861 et du royaume d’Italie de 1861 à 1865.

[6] Naples est une ville d’Italie, chef-lieu de la région de Campanie. L’histoire de Naples s’étend sur plus de 28 siècles. Sous le nom de Parthénope, elle fut fondée durant l’Antiquité par la cité voisine de Cumes. Elle s’étend ensuite rapidement jusqu’à devenir un des principaux centres commerciaux, culturels, philosophiques et politiques de la Grande-Grèce puis de l’Empire romain. Après avoir été brièvement dépendante de l’Empire byzantin, elle devient autonome au sein du duché de Naples. Dès le 13ème siècle et pour ensuite plus de 600 ans, elle devient successivement la capitale du royaume de Naples puis du royaume des Deux-Siciles. Elle reste alors un des principaux centres de développement économiques et technologiques d’Europe jusqu’à son annexion au royaume d’Italie en 1860, date à laquelle elle entame un relatif déclin socio-économique.

[7] La basilique Santa Chiara de Naples est une basilique de Naples, consacrée à sainte Claire. Elle possède en annexe un monastère double. Les deux édifices ont été construits entre 1310 et 1340 à l’emplacement de thermes romains. Commencée en 1310 et achevée en 1328, la basilique est le plus grand monument gothique de la ville. C’est ici que se trouve la tombe gothique du roi Robert et que le corps de son épouse Sancia a été déposé. Ils y ont été rejoints au début du 19ème siècle par les rois de Naples et de Sicile qui en ont fait leur lieu de sépulture pour eux et la famille royale.