Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Etheldrède d’Ely ou Ethelrede

Etheldrède d’Ely ou Ethelrede

jeudi 29 avril 2021, par ljallamion

Etheldrède d’Ely ou Ethelrede (vers 630-679)

Sainte chrétienne anglo-saxonne

Fille de sainte Hereswith et d’ Anna , roi d’Est-Anglie [1], elle naquit probablement à Exning [2], près de Newmarket [3] dans le Suffolk [4]. Ses sœurs sainte Sexburge , sainte Ethelburge , sainte Wilburge , sainte Sæthryth se retirèrent du monde et fondèrent des abbayes. Son frère saint Erconwald devint évêque de Londres [5].

Etheldrède contracte un premier mariage vers 652 avec Tonbert, chef des Gyrvians du Sud [6]. Cependant, elle réussit à persuader son mari de respecter un vœu de virginité qu’elle avait prononcé avant son mariage. À la mort de son mari en 655, elle se retire dans l’île d’Ely [7], que Tonbert lui avait donnée comme cadeau.

Etheldrède se remarie ensuite en 660 à Ecgfrith, roi de Northumbrie [8] pour des raisons politiques.

Néanmoins, elle prit le voile à Coldingham [9] peu de temps après l’accession au trône d’Egfrid, soi-disant avec sa permission, mais qu’il regretta plus tard. Cet épisode fut la cause probable d’une longue querelle avec Wilfrid, l’archevêque d’York [10].

Une version explique qu’Ecgfrith accepte d’abord qu’Etheldrède continue de rester chaste, mais que, vers 672, il souhaite consommer son mariage et tente même de soudoyer Wilfrid pour qu’il use de son influence afin de persuader la reine.

Après son refus, le roi décide d’extirper la reine de son couvent par la force. Sur quoi, elle s’enfuit pour se réfugier à Ely avec deux nonnes qui lui étaient fidèles, réussissant à s’échapper en partie grâce à une miraculeuse marée montante.

Le roi de Northumbrie se remarie avec Eormenburg, et expulse Wilfrid de son royaume en 678.

D’après la Chronique anglo-saxonne [11], Etheldrède fonde le monastère double d’Ely [12] en 673 ; ce monastère sera détruit lors de l’invasion danoise de 870.

Etheldrède meurt de la peste à Ely en 679. Bède raconte comment, après la mort d’Etheldrède, ses restes furent exhumés par l’abbesse Sexburge, sa sœur précédemment reine du Kent [13], puis enterrés dans un cercueil de marbre blanc venant de Cambridge.

La sœur, la nièce et la petite-nièce d’Etheldrède, princesses royales dont deux reines en veuvage du royaume de Mercie [14], prirent sa suite en tant qu’abbesses d’Ely.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de M. Dockray-Miller, Saints Edith and Æthelthryth : Princesses, Miracle Workers, and their Late Medieval Audience. The Wilton Chronicle and the Wilton Life of St Æthelthryth, Turnhout 2009, Brepols Publishers, (ISBN 978-2-503-52836-6)

Notes

[1] L’Est-Anglie, ou royaume des Angles de l’Est, est un royaume anglo-saxon établi au cours du Haut Moyen Âge sur les actuels comtés anglais du Suffolk et du Norfolk. Sa fondation légendaire, vers le milieu du 6ème siècle, aurait été le fait d’envahisseurs germaniques appartenant à la tribu des Angles. Il disparaît comme entité indépendante après les invasions vikings du 9ème siècle, mais le titre de comte d’Est-Anglie continue à être donné au sein du royaume d’Angleterre jusqu’à la fin du 11ème siècle, et la région conserve le nom d’Est-Anglie à ce jour.

[2] Exning est un village et une paroisse civile du Suffolk, en Angleterre. Il est situé non loin de la frontière avec le comté voisin du Cambridgeshire, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de la ville de Cambridge.

[3] Newmarket est une ville du Suffolk en Angleterre.

[4] Le Suffolk a des frontières au nord avec le Norfolk, à l’ouest avec le Cambridgeshire et au sud avec l’Essex. Il est bordé à l’est par la mer du Nord. La capitale du comté est Ipswich et les autres villes importantes sont Lowestoft et Bury St Edmunds. La ville de Felixstowe est, quant à elle, l’un des plus grands ports de containers d’Europe.

[5] L’évêque de Londres est à la tête du diocèse anglican de Londres, dans la province de Cantorbéry. Il siège à la cathédrale Saint-Paul. Il s’agit de l’un des cinq « grands sièges », avec les deux archevêchés et les évêchés de Durham et Winchester, dont les titulaires sont systématiquement membres de la Chambre des Lords. De par sa situation, l’évêque de Londres a souvent eu une influence notable sur des membres de la famille royale anglaise et sur divers politiciens. Il est le troisième ecclésiastique d’Angleterre en importance, derrière les archevêques de Cantorbéry et d’York.

[6] Les Gyrwas sont un peuple anglo-saxon installé dans la région marécageuse des Fens, autour de Medeshamstede (l’actuelle Peterborough). Ils sont mentionnés à deux reprises par Bède le Vénérable dans son Histoire ecclésiastique du peuple anglais. Celui-ci indique que la princesse est-anglienne Æthelthryth, fondatrice du monastère d’Ely, avait épousé en premières noces Tondberht, prince des Gyrwas du Sud (Australium Gyruiorum), vers 650. Il indique également que Thomas, successeur de Félix de Burgondie à la tête de l’évêché des Angles de l’Est vers la même période, était originaire de la province des Gyrwas.

[7] L’Ile d’Ely est la région historique qui entoure la ville d’Ely. La région se trouve actuellement dans le Cambridgeshire en Angleterre mais constituait un comté à elle seule pendant longtemps.

[8] La Northumbrie est un royaume médiéval situé dans le nord de l’actuelle Angleterre et constituait l’un des principaux royaumes de l’Heptarchie. Sa notoriété est surtout liée à son rôle dans la propagation du christianisme nicéen dans l’île et à la constitution d’un centre culturel d’importance européenne avec l’archevêché d’York. Le nom de Northumbria désigne à l’origine les terres envahies par les Angles au 6ème siècle situées au nord de la rivière Humber. La Northumbrie en tant que royaume se constitue au début du 7ème siècle par l’union de deux autres entités Angles : celle de Bernicie (Bernicia) au nord et celle de Deirie (Deira) au sud.

[9] Coldingham est un village historique du Berwickshire sur la côte sud-est de l’Écosse, au nord de Eyemouth. Ce village est célèbre pour son ancien monastère double.

[10] L’archevêque d’York est le troisième personnage de l’Église d’Angleterre, après le gouverneur suprême de l’Église d’Angleterre (c’est-à-dire le monarque) et l’archevêque de Cantorbéry (le primus inter pares de tous les primats anglicans).

[11] La Chronique anglo-saxonne est un ensemble d’annales en vieil anglais relatant l’histoire des Anglo-Saxons. Le manuscrit original est probablement rédigé dans le royaume de Wessex sous le règne d’Alfred le Grand, à la fin du 9ème siècle. De multiples copies sont distribuées aux monastères d’Angleterre et ensuite mises à jour indépendamment les unes des autres.

[12] Ely est une ville britannique située dans le Cambridgeshire sur la rive gauche de la Great Ouse à 14 miles (23 km) au nord-est de Cambridge. La ville d’Ely a le statut de cité.

[13] Le Kent est un royaume anglo-saxon fondé au 5ème siècle par les Jutes dans le sud-est de l’Angleterre. Il correspond approximativement au territoire occupé par le peuple celtique des Cantiaci avant la conquête romaine, et à l’actuel comté de Kent. C’est le premier royaume anglo-saxon converti au christianisme, et il atteint son apogée au début du 7ème siècle sous le roi Æthelberht.

[14] La Mercie est l’un des sept royaumes de l’Heptarchie anglo-saxonne, avec Tamworth pour capitale. Entre 600 et 850, la Mercie fit quatorze fois la guerre au Wessex voisin, onze fois aux Gallois, et mena dix-huit campagnes contre d’autres ennemis - encore ne s’agit-il là que des conflits dont nous avons gardé la trace. Elle est fondée par les Angles rassemblés et menés un an auparavant, depuis les côtes marécageuses proches du Wash vers l’actuelle région des Midlands en Angleterre, par Creoda (ou Crida), premier roi connu des Merciens, peut-être en partie légendaire, qui accèda au pouvoir en 585. Ces Midlands (« terres du milieu ») regroupent les comtés actuels de Gloucester, Worcester, Leicester, Northampton, Bedford, Buckingham, Derby, Nottingham, Hereford, Warwick, Chester et Lincoln.