Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Roger de Wendover

lundi 12 avril 2021, par ljallamion

Roger de Wendover (mort en 1236) 

Chroniqueur anglais

Probablement originaire de Wendover [1], dans le Buckinghamshire [2]. À une date incertaine, il devint moine à l’abbaye de Saint-Alban [3], par la suite il fut nommé prieur de l’abbaye de Belvoir, dignité qu’il dû abandonner dans les premières années du règne d’Henri III, après avoir été reconnu coupable d’avoir dissipé les biens de l’Église.

Il est le premier d’une longue lignée de chroniqueurs importants qui ont travaillé à Saint-Alban. Sa chronique la plus connue porte le nom de Flores Historiarum [4]. Cette chronique se fonde en grande partie sur le matériel qui existait déjà à Saint-Alban. Le noyau même de la première partie des Fleurs de l’Histoire de Roger de Wendover est censé avoir été la compilation de Jean de Cella connu aussi sous le nom de Jean de Wallingford, qui avait peut être été abbé de Saint-Alban.

Le travail de Jean de Cella a commencé à partir de l’année 1188, et fut révisé et continué par Roger de Wendover jusqu’en 1235, l’année qui a précédé sa mort.

Dans sa préface Roger de Wendover assure avoir puisé dans les livres des écrivains catholiques dignes de foi, tout comme des fleurs de couleurs différentes sont cueillies dans différents champs. C’est pour cette raison qu’il a appelé son travail Flores Historiarum. Commencé à Saint-Alban, l’ouvrage a été finalement achevé à Westminster en se fondant sur la Chronique de Matthieu Paris qui s’est continuée jusqu’en l’année 1326.

L’intérêt du travail de Roger de Wendover, cependant, ne réside pas tant dans ce qu’il a recueilli chez des écrivains antérieurs que dans sa narration complète et vivante des événements contemporains, de 1216 à 1235, y compris la signature de la Grande Charte [5]. Un exemple en est sa description de l’action des troupes du roi Jean dans le Nord pendant la guerre cruelle qui eut lieu à la fin de son règne.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Roger of Wendover »

Notes

[1] Wendover est un bourg, au pied des collines Chilterns dans le Buckinghamshire, en Angleterre. C’est aussi une civil parish (en français « paroisse civile ») du district de Aylesbury Vale.

[2] Le comté de Buckinghamshire est un comté du Sud-Est de l’Angleterre. Il est situé au nord-ouest du Grand Londres et jouxte également le Berkshire, l’Oxfordshire, le Northamptonshire, le Bedfordshire et le Hertfordshire. Son chef-lieu est Aylesbury. Le Buckinghamshire est divisé en quatre districts : Aylesbury Vale, Chiltern, South Bucks et Wycombe.

[3] À l’origine, la cathédrale est l’église abbatiale d’un monastère bénédictin fondé par le roi de Mercie, Offa, en 793, pour abriter les restes d’Alban de Verulamium, le premier martyr britannique, mort pendant la persécution de Dioclétien autour de 303. L’abbatiale est achevée en 1089 mais n’est consacrée que le 28 décembre 1128 par Geoffroi le Breton, archevêque de Rouen, en présence du roi d’Angleterre Henri 1er Beauclerc, d’évêques et de nobles. Durant tout le Moyen Âge, l’abbaye attire des pèlerinages à la châsse du saint, espérant la guérison du corps et de l’âme, et perpétue ainsi une tradition mentionnée pour la première fois par saint Germain, évêque d’Auxerre, qui visita la tombe en 429.

[4] Les Fleurs de l’Histoire

[5] La Magna Carta Libertatum ou Grande Charte est une charte de soixante-trois articles arrachée par le baronnage anglais au roi Jean sans Terre le 15 juin 1215 après une courte guerre civile notamment marquée par la prise de Londres, le 17 mai, par les rebelles. Les barons étaient excédés des exigences militaires et financières du roi et de ses échecs répétés en France, en particulier à Bouvines et à La Roche-aux-Moines.