Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Zaynab bint Ali

mardi 6 avril 2021, par ljallamion

Zaynab bint Ali

Fille du premier imam selon les musulmans chiites [1] et dernier calife bien guidé de l’islam Ali ibn Abi Talib, et la petite fille de Mahomet.

Zaynab fut le troisième enfant d’Ali et de Fatima Zahra. Elle naquit à Médine [2] le 5 Joumada al Oula de la cinquième année de l’Hégire, soit en 627. Elle fut nommée par Mahomet du nom de sa tante aînée qui venait de mourir.

Zaynab perdit sa mère à 5 ans. Elle grandit dans le giron de ses deux frères al-Hassan ibn Ali et al-Hussein ibn Ali.

Quand Zaynab atteignit l’âge nubile, elle fut mariée à son cousin Abdullah ibn Ja’far en simples noces. Même si son mari était un homme riche, le couple eut une vie très modeste. La plupart de leurs biens fut consacrée à la charité.

Le mariage de Zaynab ne la détourna guère de sa famille. Ainsi, lorsqu’Ali devint calife et qu’il fit de Koufa [3] sa nouvelle capitale, Zaynab et son époux l’y rejoignirent.

Après la mort de Muawiya 1er, Hussein se rendit à Koufa dont les habitants l’invitaient pour lui octroyer le gouvernement de la communauté musulmane. Zaynab l’accompagna.

Mais après que Hussein et ses 72 compagnons furent brutalement tués lors de la bataille de Kerbala [4], Zaynab fut conduite avec les autres femmes et enfants survivants de l’expédition de Hussein, jusqu’à Damas [5] au palais de Yazid.

Yazid les relâcha et leur permit de retourner à Médine.

Sa tombe se trouve à l’intérieur de la Mosquée de Sayyida Zeinab [6] dans la banlieue sud de Damas.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Zaynab bint Ali/ Portail de l’islam/ Sahaba

Notes

[1] Le chiisme constitue l’une des deux principales branches de l’islam, l’autre étant le sunnisme. Il regroupe environ 10 à 15 % des musulmans, dont 90 % de la population iranienne]. Il pensait que les Perses étaient favorables aux Hachémites[[La dynastie des Hachémites désigne les descendants de Hachim ibn Abd Manaf, de la tribu des Quraychites. Les Hachémites ont longtemps été les gardiens de la ville sainte de La Mecque, ils sont aujourd’hui la famille royale régnant en Jordanie, et ont régné sur le Royaume d’Irak jusqu’à la révolution républicaine de 1958.

[2] Médine est une ville d’Arabie saoudite, capitale de la province de Médine, située dans le Hedjaz. C’est là que vint s’installer en 622 à l’hégire le prophète de l’islam, Mahomet, après qu’il eut, selon le Coran, reçu l’ordre de Dieu de quitter La Mecque, ville distante de plus de 430 km. C’est aussi là qu’il mourut et fut enterré en 632. La ville abrite son tombeau dans la Masjid An Nabawi (mosquée du Prophète) ainsi que les premiers califes Abou Bakr et Omar, les autres personnes importantes de l’islam restant au cimetière Al-Baqi.

[3] Koufa ou Kûfa est une ville d’Irak, environ 170 km au sud de Bagdad, et à 10 km au Nord-est de Nadjaf. Elle est située sur les rives du fleuve Euphrate. C’est la deuxième ville de la province de Nadjaf. Avec Kerbala, et Nadjaf, Koufa est une des trois villes irakiennes de grande importance pour les musulmans chiites. Sur une décision du calife `Omar, Koufa a été construite pour être un pôle d’immigration arabe dans le sud de la Mésopotamie, et de devenir la capitale. Les Arabes recherchaient un endroit où ils ne souffriraient pas de maladies. À l’emplacement de Koufa, il y avait une ville Sassanide qui faisait partie d’une province perse. Les quartiers arabes de la ville ont été construits en 638, à peu près au même moment qu’à Bassora, quand les armées arabes combattaient les Sassanides. La ville fut construite en briques cuites. On commença par construire la mosquée au centre de la ville à 1,5 km de l’Euphrate. On creusa un réservoir d’eau prévu pour 20 000 habitants. La population de Koufa était formée d’immigrants arabes venant soit de la région de La Mecque, soit du sud de l’Arabie, Yémen et Hadramaout, certains d’entre eux étaient chrétiens ou juifs. En 655, les habitants de Koufa soutiennent `Alî contre le calife `Uthman.

[4] La bataille de Kerbala eut lieu le 10 octobre 680 en Irak. Dans le calendrier musulman c’est le 10 de muharram 61 A.H. La commémoration de cette bataille est le deuil chiite d’Achoura. Cette commémoration se célèbre tous les 10 muharram, c’est-à-dire, en suivant le calendrier lunaire et non pas le calendrier grégorien. La bataille opposa la puissante armée de Yazid Ibn Mu’awiyya (environ 30 000 hommes) à l’armée des partisans de Husayn, fils d’Ali et petit-fils du prophète Mahomet, qui se réduisait à 72 hommes.

[5] Damas est l’une des plus anciennes villes continuellement habitées. Elle est aussi la ville la plus peuplée de la grande Syrie (Assyrie) (des traces archéologiques remontent au 4ème millénaire av. jc). Elle est citée dans la Bible, dans le livre de la Genèse, et plusieurs fois dans les Livres des Rois et des Prophètes. Damas connut l’influence de nombreuses civilisations dont celles des Assyriens, Perses, Grecs, Séleucides, Romains, Arabes et Turcs. De la fin du 12ème siècle av. jc à 734 av. jc, elle est la capitale du royaume d’Aram-Damas. Elle fut l’un des berceaux du christianisme et vit saint Paul prononcer ses premières prédications, notamment dans la maison d’Ananie, où celui-ci a ouvert une église domestique dès l’année 37. Cette dernière est la plus vieille de Syrie (aujourd’hui dans le quartier chrétien de Bab Touma). En 635, Damas se soumit aux musulmans et devint la capitale de la dynastie des Omeyyades de 661 à 750. Avec l’adoption de la langue arabe, elle devint le centre culturel et administratif de l’empire musulman durant près d’un siècle. Par la suite, elle demeura un foyer culturel majeur et un pôle économique de premier plan profitant de sa situation géographique privilégiée, à la croisée des chemins de La Mecque, l’Afrique, l’Anatolie, la mer Méditerranée et l’Asie (route de la soie en direction de la Chine et du commerce des épices avec l’Inde).

[6] La mosquée de Sayyidah Zaynab est une mosquée chiite qui abrite le mausolée de Zeinab (fille d’Ali et de Fatima) et celui d’’Alî Sharî’atî. Elle se trouve à Sayyida Zeinab, dans la grande banlieue sud de Damas.