Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Ceawlin

lundi 5 avril 2021, par ljallamion

Ceawlin (mort vers 593)

Roi du Wessex

Il est peut-être le fils de Cynric et le petit-fils de Cerdic , qui, selon la Chronique anglo-saxonne [1], a conduit les premiers Saxons sur le territoire du futur royaume de Wessex [2]. Le règne de Ceawlin correspond à l’époque où s’achève l’invasion anglo-saxonne de la Bretagne [3] ; à sa mort, les Bretons ont été presque entièrement chassés du sud de l’Angleterre.

La chronologie de la vie de Ceawlin est très incertaine : selon les sources, son règne a duré 7, 17 ou 32 ans, et l’exactitude, voire la véracité de certaines dates de la Chronique anglo-saxonne ont été remises en question. La Chronique mentionne plusieurs batailles de Ceawlin entre 556 et 592, parmi lesquelles le premier affrontement connu entre différents groupes d’Anglo-Saxons. Il semble néanmoins que sous le règne de Ceawlin, le Wessex ait connu une expansion territoriale importante, bien que ces gains aient été en partie perdus par la suite au profit d’autres royaumes anglo-saxons. La Chronique l’inclut également dans sa liste des huit bretwaldas [4] on ignore cependant l’étendue exacte de son pouvoir.

Ceawlin meurt vers 593, un an après avoir été déposé, peut-être par son successeur Ceol . Diverses sources lui donnent deux fils, Cutha et Cuthwine , mais les généalogies présentant ce détail ne sont pas fiables.

L’histoire de la Grande-Bretagne après la fin de l’occupation romaine est particulièrement mal documentée, et le consensus ne règne guère parmi les historiens. Il semble néanmoins qu’au 5ème siècle, les offensives des peuples continentaux sur la Grande-Bretagne se transforment en migrations à grande échelle. Parmi les nouveaux arrivants se trouvent des Angles [5], des Saxons [6], des Jutes [7] et des Frisons [8], entre autres. Ils conquièrent des territoires dans le Sud et l’Est de l’Angleterre, mais vers la fin du siècle, la victoire bretonne du mont Badon [9] porte un coup d’arrêt à leur avancée. Vers 550, les Bretons recommencent à perdre du terrain, et en l’espace d’un quart de siècle, il semble que tout le Sud de l’Angleterre soit passé aux mains des envahisseurs.

La paix qui suit la bataille du mont Badon est attestée en partie par Gildas le Sage. Ce moine rédige, vers le milieu du 6ème siècle, un texte polémique intitulé De Excidio Britanniae [10]. Il cite peu de noms et de dates, mais indique clairement que la paix a duré de l’année de sa naissance jusqu’à la date où il écrit. L’autre source principale pour cette période est la Chronique anglo-saxonne, et notamment l’entrée pour l’année 827 qui liste les rois anglo-saxons ayant porté le titre de bretwalda, ou souverain de Bretagne. Aucun roi du début du 6ème siècle n’est cité parmi eux, ce qui corrobore le récit de Gildas.

Le règne de Ceawlin s’inscrit dans la période de reprise de l’expansion anglo-saxonne de la fin du 6ème siècle. La chronologie et les activités des premiers rois des Saxons de l’Ouest restent en grande partie obscures, mais Ceawlin est assurément l’un des personnages-clefs de la conquête finale du sud de l’Angleterre par les Anglo-Saxons.

Les deux principales sources écrites pour les débuts de l’histoire des Saxons de l’Ouest sont la Chronique anglo-saxonne et la West Saxon Genealogical Regnal List [11]. La Chronique est un ensemble d’annales compilé vers 890, sous le règne d’Alfred le Grand. Les entrées les plus anciennes se basent sur des annales antérieures qui n’existent plus, ainsi que sur des éléments issus de sagas dont la transmission s’est peut-être faite par voie orale. L’arrivée des futurs Saxons de l’Ouest en Grande-Bretagne est datée de 495 dans la Chronique, lorsque Cerdic et son fils Cynric accostent à “Cerdices ora, ou Cerdic’s shore”. Les campagnes de Cerdic et de ses descendants sont décrites dans près de vingt entrées réparties sur les annales couvrant le siècle suivant. Ces annales fournissent la majeure partie des informations connues sur Ceawlin, mais l’historicité de certaines d’entre elles reste douteuse.

Selon Bède, ces rois exercent leur autorité au sud de l’Humber [12], mais elle s’étend vraisemblablement sur une zone nettement plus réduite, du moins pour les premiers d’entre eux. Dans le cas de Ceawlin, l’étendue de son pouvoir est difficile à déterminer avec certitude, mais son inclusion dans la liste de Bède, et la liste de batailles qu’il est censé avoir remportées, suggèrent un chef de guerre énergique qui, à partir d’une base dans la haute vallée de la Tamise [13], a dominé une bonne partie des territoires alentour et exercé sa suzeraineté sur le Sud de l’Angleterre pendant un certain temps. Malgré ses victoires, les conquêtes réalisées par Ceawlin au Nord ont été perdues par la suite pour le Wessex : la majeure partie de la haute vallée de la Tamise passe à la Mercie [14], et les villes du Nord-Est conquises en 571 sont par la suite contrôlées par le Kent [15] ou la Mercie.

AEthelberht de Kent succède à Ceawlin dans la liste des bretwaldas, mais il est possible que leurs règnes se chevauchent : de récentes études estiment les dates de Ceawlin à 581-588, et placent l’avènement d’Æthelberht vers 589, mais ce ne sont guère que des estimations. La chute de Ceawlin en 592 a peut-être été l’occasion pour AEthelberht de devenir le souverain dominant du sud de l’Angleterre, ce qu’il est de façon quasi-certaine en 597. Il est possible que l’ascension d’AEthelberht ait eu lieu plus tôt : l’annale de 584 a beau faire état d’une victoire, c’est la dernière de Ceawlin que mentionne la Chronique, et elle a peut-être été suivie de l’ascension d’AEthelberht et du déclin de Ceawlin.

Ceawlin perd le trône du Wessex en 592. Il est possible que la domination des Saxons de l’Ouest se soit fragmentée à la mort de Ceawlin : le centre du pouvoir de Ceol et Ceolwulf s’est peut-être déplacé de la haute vallée de la Tamise vers le Wiltshire [16]. Cette fragmentation a peut-être également facilité la montée en puissance d’AEthelberht de Kent. Toutefois, les Saxons de l’Ouest restent une puissance militaire non négligeable : la Chronique et Bède indiquent une activité militaire continue contre l’Essex [17] et le Sussex [18] dans les 20 ou 30 années qui suivent la mort de Ceawlin

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ceawlin of Wessex »

Notes

[1] La Chronique anglo-saxonne est un ensemble d’annales en vieil anglais relatant l’histoire des Anglo-Saxons. Le manuscrit original est probablement rédigé dans le royaume de Wessex sous le règne d’Alfred le Grand, à la fin du 9ème siècle. De multiples copies sont distribuées aux monastères d’Angleterre et ensuite mises à jour indépendamment les unes des autres.

[2] Le Wessex est l’un des royaumes fondés par les Anglo-Saxons en Angleterre durant le Haut Moyen Âge. Il s’étend sur une partie du sud-ouest de la Grande-Bretagne, entre la Domnonée à l’ouest, la Mercie au nord et les royaumes de Kent, de Sussex et d’Essex à l’est. Au IXe siècle, le Wessex est le dernier royaume anglo-saxon à résister aux invasions vikings.

[3] La Bretagne (Britannia en latin) est la province romaine qui, du 1er au 5ème siècle, couvrait une partie de l’île de Grande-Bretagne correspondant à des territoires qui devinrent par la suite ceux de l’Angleterre, du pays de Galles et du sud de l’Écosse. Pour les Romains, la Bretagne constituait « la terre la plus écartée et le dernier boulevard de la liberté » ; d’après l’écrivain Tacite : « Il n’y a plus de peuples au-delà, rien que des flots et des rochers ».

[4] titre donné aux souverains ayant exercé la suzeraineté sur tout le Sud de l’Angleterre

[5] Le peuple des Angles, qui donne son nom aux Anglais et à l’Angleterre, est une peuplade germanique possiblement originaire de la péninsule d’Angeln dans l’actuel Schleswig, en Allemagne, ou bien de l’Angrie, autre région historique de l’Allemagne, située plus au sud. Durant les années 449-455, le roi breton Vortigern fit appel aux Angles pour se battre à ses côtés contre les Pictes.

[6] Sans doute dès le 6ème siècle, les Saxons constituent quatre royaumes au sud de l’île : l’Essex, le Sussex, et le Wessex (respectivement terres saxonnes de l’Est, du Sud et de l’Ouest) ainsi que le Middlesex, plus éphémère puisqu’il fut annexé à la terre des Angles, l’Angleterre (Englalånd > England). Dans l’ensemble, les Saxons montrent également une résistance assez forte au Christianisme, alors en plein essor dans le royaume de Kent au début du 7ème siècle sous l’influence du missionnaire romain Paulinus. Si dès le 7ème siècle, la présence de Bretwaldas, sortes de « sur-rois », est attestée parmi les Anglo-Saxons de Grande-Bretagne. C’est seulement au 10ème siècle qu’une dynastie saxonne, à savoir celle de Wessex, s’impose finalement sur l’île sous le règne d’Alfred le Grand, pour une courte période jusqu’à l’invasion normande. La langue des Saxons donne naissance au vieil anglais, remplaçant dans une grande partie des îles britanniques les anciens dialectes celtiques.

[7] Les Jutes sont un peuple germanique de la mer du Nord localisé aux premiers siècles de l’ère chrétienne dans la partie méridionale de la péninsule du Jutland au Danemark, à laquelle ils ont donné leur nom. Aux côtés des Angles et des Saxons, ils font partie des peuples germaniques qui contribuent à la colonisation de l’Angleterre à partir du 5ème siècle. D’après Bède le Vénérable, ils s’installent principalement dans le Kent, ainsi que sur l’île de Wight et dans le sud du Hampshire, en face de l’île de Wight, dans la vallée de la Meon

[8] Les Frisons sont un peuple germanique appartenant sur le plan ethnolinguistique au rameau westique. Chez les Anglo-Saxons et les Néerlandais entre autres, on distingue les Frisons de l’Antiquité de ceux des périodes ultérieures qui portent un autre nom (Frisians, Friezen). Au 8ème siècle, les Anglo-Saxons de l’île de Bretagne conservaient le souvenir de cette origine commune : elle fut, selon Bède le Vénérable, le facteur qui déclencha l’envoi de missions chrétiennes anglaises sur le continent germanique du 7ème jusqu’au 9ème siècle.

[9] La bataille du mont Badon est une bataille remportée par les Bretons sur les Anglo-Saxons vers l’an 500, lors de la conquête anglo-saxonne de la Bretagne.

[10] De la Ruine de la Bretagne

[11] liste royale généalogique des Saxons de l’Ouest

[12] Le Humber est un grand estuaire maritime de la côte est du Nord de l’Angleterre situé entre les comtés traditionnels du Yorkshire, au nord, et du Lincolnshire, au sud. C’est l’embouchure commune des rivières Ouse et Trent. Le Humber est un des principaux estuaires d’Angleterre. Placé au premier plan d’un point de vue géographique, il fut également le théâtre d’une histoire riche, qui remonte aux temps des Anglo-Saxons puis connut l’âge d’or du Yorkshire.

[13] La Tamise est un fleuve du sud de l’Angleterre, qui se jette dans la mer du Nord. D’une longueur totale de 346 km, c’est le plus long fleuve dont le cours se trouve entièrement en Angleterre (qui à la fois commence et finit en Angleterre) et le second plus long pour le Royaume-Uni (après la Severn). La Tamise prend sa source à Thames Head, dans le Gloucestershire, puis coule en direction de l’est, vers Oxford et Reading, puis traverse Londres, dont elle tire sa renommée et aboutit enfin dans la mer du Nord, grâce à son estuaire.

[14] La Mercie est l’un des sept royaumes de l’Heptarchie anglo-saxonne, avec Tamworth pour capitale. Entre 600 et 850, la Mercie fit quatorze fois la guerre au Wessex voisin, onze fois aux Gallois, et mena dix-huit campagnes contre d’autres ennemis - encore ne s’agit-il là que des conflits dont nous avons gardé la trace. Elle est fondée par les Angles rassemblés et menés un an auparavant, depuis les côtes marécageuses proches du Wash vers l’actuelle région des Midlands en Angleterre, par Creoda (ou Crida), premier roi connu des Merciens, peut-être en partie légendaire, qui accèda au pouvoir en 585. Ces Midlands (« terres du milieu ») regroupent les comtés actuels de Gloucester, Worcester, Leicester, Northampton, Bedford, Buckingham, Derby, Nottingham, Hereford, Warwick, Chester et Lincoln.

[15] Le Kent est un royaume anglo-saxon fondé au 5ème siècle par les Jutes dans le sud-est de l’Angleterre. Il correspond approximativement au territoire occupé par le peuple celtique des Cantiaci avant la conquête romaine, et à l’actuel comté de Kent. C’est le premier royaume anglo-saxon converti au christianisme, et il atteint son apogée au début du 7ème siècle sous le roi Æthelberht.

[16] Wiltshire est un comté cérémonial du sud-ouest de l’Angleterre. Il est bordé par les comtés d’Hampshire, Dorset, Somerset, Gloucestershire, Oxfordshire et Berkshire. Son chef-lieu administratif est Trowbridge, située à l’ouest du comté. Le comté est renommé pour les pierres de Stonehenge, l’énorme cromlech d’Avebury et la cathédrale de Salisbury.

[17] L’Essex est un comté cérémonial et non métropolitain du Royaume-Uni. Il est l’un des Home Counties situés au nord-est de la ville de Londres. Il est bordé par le Suffolk et le Cambridgeshire au nord, le Hertfordshire à l’ouest, le Kent et l’estuaire de la Tamise au sud et le Grand Londres au sud-ouest. Le conseil de comté d’Essex est la principale autorité locale pour une grande partie du comté, avec les douze conseils de districts. La capitale du comté est Chelmsford.

[18] Le Sussex est un comté situé au sud de Londres, au bord de la Manche en Angleterre. Historiquement, le royaume des Saxons du sud, ou Sussex, fut fondé au 5ème siècle. Il devint vassal de l’ancien royaume des Saxons de l’ouest, ou Wessex, au 9ème siècle. À partir du 12ème siècle, il se divisait en deux parties : l’une appelée Sussex de l’Ouest (West Sussex), dont la ville principale est Chichester, l’autre Sussex de l’Est (East Sussex), dont la ville principale est Lewes.