Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 300 av.jc à 100 av. notre ère > Eumène III de Pergame dit Eumène III ou Aristonicos

Eumène III de Pergame dit Eumène III ou Aristonicos

mardi 30 mars 2021, par ljallamion

Eumène III de Pergame dit Eumène III ou Aristonicos

Second fils illégitime d’Eumène II. À la mort de son demi-frère Attale III qui lègue son royaume à Rome en 133 av. jc, Aristonicos revendique le pouvoir royal et refuse le démantèlement du royaume de Pergame [1].

Il organise une guerre de résistance contre l’application du testament d’Attale III. Il rencontre au départ quelques succès, réussissant à rallier les colonies militaires et les villes de l’intérieur du royaume contre Pergame [2] et les cités côtières, déclarées libres à la mort d’Attale III, mais il est écrasé en 129 av. jc par le consul Marcus Perperna à Stratonicée du Caïque [3], après 4 ans de résistance.

Connu des sources romaines et grecque qui le présentent comme un usurpateur et un aventurier, Aristonicos avait en fait pris le nom royal d’Eumène III et battu monnaie à son effigie dès 133 comme l’atteste une série de cistophores [4] à son nom.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Édouard Will, Histoire politique du monde hellénistique 323-30 av. J.-C., Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 2003 (ISBN 2-02-060387-X)

Notes

[1] Pergame émerge après la mort d’Alexandre le Grand, en 323 av. jc. Le diadoque Lysimaque, un de ses généraux, y a entreposé ses trésors sous la garde de l’eunuque Philétairos. Celui-ci s’empare de Pergame et fonde en 282 av. jc. l’État Pergamien. Il règne d’abord sous la tutelle des Séleucides. Profitant de la lutte entre ces derniers, son neveu et fils adoptif Eumène 1er, véritable fondateur de la dynastie des Attalides, vainc Antiochos 1er en 262 av. jc et assure ainsi l’indépendance de Pergame, consolidée par son successeur Attale 1er Sôter, premier de la dynastie à prendre le titre de roi. Il s’allie avec les Romains au cours de la première guerre macédonienne, contre Philippe V de Macédoine. Après la victoire romaine de Magnésie du Sipyle en 189 av. jc, par la paix d’Apamée, Pergame reçoit de Rome une grande partie de l’Asie mineure. Par la victoire d’Attale 1er Sôter contre les Galates (des Celtes d’Anatolie centrale), Pergame étend son territoire de l’Hellespont à la Carie et l’Ionie, à la Cappadoce et à la partie occidentale de la Phrygie. C’est alors un royaume continental, avec un seul port important, Attalia, car les ports grecs de la mer Égée gardent leur indépendance.

[2] Pergame est une ancienne ville d’Asie Mineure, en Éolide située au nord de Smyrne, au confluent du Caïque et du Cétios, à environ 25 km de la mer Égée. À l’heure actuelle, son nom est Bergama (Turquie, province d’Izmir).

[3] Stratonicée du Caïque, cité d’Asie Mineure située en Mysie (dans l’actuelle Turquie), fondée par Antiochos 1er qui l’a nommée ainsi d’après son épouse Aristonicos y a été vaincu par le consul Marcus Perpena en 126 av. jc. La vallée du Caïque s’appelle aujourd’hui Bakir-Tchaï.

[4] Le cistophore était à l’origine une monnaie de Pergame, dont le nom vient de la ciste dyonisiaque toujours représentée au revers. En raison de sa popularité, ces monnaies furent encore frappées, même après que le royaume de Pergame fut légué à Rome, par testament de son dernier roi, Attale III, en 133 avant notre ère.