Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Aelia Pætina

dimanche 7 mars 2021, par ljallamion

Aelia Pætina

Seconde épouse de l’empereur romain Claude

Le père biologique d’Ælia Pætina, Sextus Aelius Catus, était consul en 4 ap. jc. Sa mère n’est pas connue.

Elle est née dans la famille des “Aelii Tuberones” et donc descend probablement du consul Quintus Aelius Tubero, consul en 11 av. jc. Son père mourut quand elle était très jeune et elle fut élevée par son parent Lucius Seius Strabo, le père biologique de son frère adoptif Séjan, commandant de la garde prétorienne [1] sous l’empereur Tibère.

AElia Pætina épousa Claude vers 28 et vers 30 accoucha d’une fille, Claudia Antonia. Claude divorça un an plus tard, l’année de la disgrâce et de l’assassinat de Séjan.

En 48, après l’exécution de sa troisième épouse, Messaline, Claude considèrera un temps de se remarier avec elle. L’affranchi de Claude Narcisse prônait un remariage avec Paetina. Il suggéra à Claude de l’épouser et lui rappela qu’ils avaient un enfant ensemble.

Narcisse affirma que Paetina prendrait également soin d’Octavie et de Britannicus. Un autre affranchi Calliste était opposé au remariage de Claude avec Paetina et argua qu’il avait déjà divorcé d’elle. Calliste déclara qu’épouser Paetina la rendrait encore plus arrogante. Calliste suggéra Lollia Paulina, la troisième épouse de Caligula.

Un troisième affranchi, Pallas, recommandait la nièce de Claude et la sœur de Caligula, Agrippine la jeune, qui avait déjà un enfant d’un mariage précédent,Néron. Agrippine fut choisie avec des conséquences funestes pour Antonia, Octavie et Britannicus. Antonia, la fille de Paetina fut exécutée en 65 ou 66 ap. jc, après la mort de la seconde épouse de Néron, Poppée.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Aelia Paetina »

Notes

[1] Dans l’Antiquité romaine, la garde prétorienne était une unité de l’armée romaine constituée de soldats d’élite initialement recrutés en Italie. Ces unités tirent leur origine du petit groupe d’hommes dont s’entouraient les magistrats républicains connus sous le nom de préteurs et leur nom du camp des légions romaines où était dressée la tente du commandant de la légion, le prétoire, quand ils partaient en campagne. C’est l’une des unités militaires les plus célèbres de l’histoire romaine.