Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 5ème siècle > Adhour Hordmidz ou Adhur Hordmidz

Adhour Hordmidz ou Adhur Hordmidz

mardi 16 février 2021, par ljallamion

Adhour Hordmidz ou Adhur Hordmidz

Troisième marzbân d’Arménie, de 452 à 465

L'Arménie perse au 5ème siècleSon origine est incertaine. Il est nommé marzbân [1] d’Arménie par Yazdgard II, roi sassanide [2] de la Perse, après que ce dernier a destitué Vasak de Siounie, le précédent marzban, et surtout après une importante révolte arménienne, causée par une tentative d’imposer de force le mazdéisme [3] à l’Arménie.   Yazdgard convoque les principaux nakharar [4], responsables de la révolte, à la cour de Perse pour les châtier et les retenir en otage, afin de s’assurer de la docilité de la féodalité arménienne.   Pendant ce temps, Adhur Hordmidz pratique en Arménie une politique d’apaisement, principalement en matière religieuse.   Il convoque les principaux chefs de l’Église d’Arménie pour s’informer de la situation et rappelle les bannis, fugitifs et émigrés à qui il fait rendre leurs biens confisqués.   Pendant les années qui suivent, les otages sont progressivement libérés. Les derniers nakharark retenus reviennent en Arménie en 464. Adhour Gouchnasp est nommé marzban l’année suivante.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Cyrille Toumanoff, Les dynasties de la Caucasie chrétienne de l’Antiquité jusqu’au xixe siècle : Tables généalogiques et chronologiques, Rome, 1990.

Notes

[1] Le marzpanat ou marzbanat est le système de gouvernement instauré par les Sassanides en Arménie, en vigueur de 428 à 646. À sa tête est installé un marzpan ou marzban (« gouverneur »).

[2] Les Sassanides règnent sur le Grand Iran de 224 jusqu’à l’invasion musulmane des Arabes en 651. Cette période constitue un âge d’or pour la région, tant sur le plan artistique que politique et religieux. Avec l’Empire romano byzantin, cet empire a été l’une des grandes puissances en Asie occidentale pendant plus de quatre cents ans. Fondée par Ardashir (Ardéchir), qui met en déroute Artaban V, le dernier roi parthe (arsacide), elle prend fin lors de la défaite du dernier roi des rois (empereur) Yazdgard III. Ce dernier, après quatorze ans de lutte, ne parvient pas à enrayer la progression du califat arabe, le premier des empires islamiques. Le territoire de l’Empire sassanide englobe alors la totalité de l’Iran actuel, l’Irak, l’Arménie d’aujourd’hui ainsi que le Caucase sud (Transcaucasie), y compris le Daghestan du sud, l’Asie centrale du sud-ouest, l’Afghanistan occidental, des fragments de la Turquie (Anatolie) et de la Syrie d’aujourd’hui, une partie de la côte de la péninsule arabe, la région du golfe persique et des fragments du Pakistan occidental. Les Sassanides appelaient leur empire Eranshahr, « l’Empire iranien », ou Empire des Aryens.

[3] Le mazdéisme est une religion iranienne qui doit son nom à son dieu principal, Ahura Mazda. Le livre sacré du mazdéisme est l’Avesta.

[4] Le nakharar est un satrape héréditaire en Arménie. Ce titre est de premier ordre au sein de la noblesse arménienne antique et médiévale. Durant cette période, l’Arménie est divisée en larges domaines, propriétés d’une famille noble et gouvernés par l’un de ses membres, auquel les titres nahapet (« chef de famille ») ou tanuter (« maître de maison ») sont donnés. Les autres membres d’une famille de nakharar gouvernent à leur tour des portions plus petites du domaine familial. Les ’nakharark’ jouissant d’une grande autorité sont reconnus comme ishkhans (princes).