Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Francesco Acquaviva d’Aragona

dimanche 7 février 2021, par ljallamion

Francesco Acquaviva d’Aragona (1665-1725)

Cardinal italien

Francesco est inquisiteur à Malte [1] du 12 décembre 1690 au 19 avril 1694. Il exerce diverses fonctions au sein de la Curie romaine [2], notamment au tribunal suprême de la Signature apostolique [3], clerc à la Chambre apostolique [4], nonce [5] en Suisse en 1697 mais n’occupe pas le poste et préfet des “Cubiculi” du Saint-Père.   Il est nommé archevêque titulaire de Larissa [6] en 1697 et envoyé comme nonce apostolique en Espagne de 1700 à 1706.   Le pape Clément XI le crée cardinal lors du consistoire du 17 mai 1706. Le cardinal Acquaviva est camerlingue du Sacré Collège [7] entre 1711 et 1712. Comme protecteur du royaume d’Espagne, il est l’ambassadeur virtuel auprès du Saint-Siège et participe aux affaires comme le mariage du roi Philippe V avec la princesse Élisabeth Farnèse de Parme en 1714.   Le cardinal Acquaviva participe au conclave de 1721, lors duquel Innocent XIII est élu pape, et à celui de 1724 pour l’élection de Benoît XIII.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Francesco Acquaviva d’Aragona/ Portail du catholicisme/ Catégories : Nonce apostolique en Espagne/ Personnalité de la curie romaine/Cardinal italien du XVIIIe siècle/ Camerlingue du Sacré Collège

Notes

[1] L’histoire de l’Inquisition à Malte s’étend de la fin du Moyen Âge à 1798. Comme dans d’autres pays, elle agissait par la force et par la peur pour réprimer les déviances à l’orthodoxie catholique. Elle a contribué à profondément ancrer l’archipel maltais dans un catholicisme quasi-exclusif.

[2] La curie romaine est l’ensemble des dicastères et autres organismes du Saint-siège qui assistent le pape dans sa mission de pasteur suprême de l’Église catholique. « La Curie romaine dont le Pontife suprême se sert habituellement pour traiter les affaires de l’Église tout entière, et qui accomplit sa fonction en son nom et sous son autorité pour le bien et le service des Églises, comprend la Secrétairerie d’État ou Secrétariat du Pape, le Conseil pour les affaires publiques de l’Église, les Congrégations, Tribunaux et autres Instituts ; leur constitution et compétence sont définies par la loi particulière ».

[3] Le Tribunal suprême de la Signature apostolique est la juridiction supérieure du Saint-siège, siégeant dans le palais de la Chancellerie apostolique, au Vatican. Le tribunal est apparu au 13ème siècle, il regroupe alors les rapporteurs (appelés « référendaires ») chargés de préparer la signature par le pape des suppliques et des causes particulières. Eugène IV l’érige en office stable au 15ème siècle, puis Pie X, dans le cadre de sa réforme du droit canonique au début du 20ème siècle, en fait un tribunal de dernier ressort.

[4] Chargée depuis le 11ème siècle de l’administration financière, la Chambre apostolique, à la tête de laquelle se trouve le cardinal camerlingue de la Sainte Église romaine, avec la collaboration du prélat vice-camerlingue et des autres prélats de la chambre, est devenue au 19ème siècle un tribunal pour l’État pontifical. Ce service de la Curie romaine est chargé depuis le pape Pie X des biens et droits temporels du Saint-siège, qui exerce surtout ses fonctions pendant la vacance du Siège apostolique, conformément à la constitution apostolique Universi Dominici Gregis relative à la vacance du siège apostolique et à l’élection du Souverain pontife.

[5] Le nonce apostolique est un agent diplomatique du Saint-siège, accrédité comme ambassadeur de ce dernier auprès des États.

[6] Larissa est la ville principale de la Thessalie, région qui peut être considérée comme la plus grande plaine de Grèce. La ville bénéficie de sa situation à mi-chemin des deux villes les plus importantes de Grèce : Athènes et Thessalonique.

[7] Le camerlingue du Sacré Collège est le trésorier du Collège des cardinaux. Il est responsable des propriétés, fonds et revenus du collège des cardinaux, célèbre la messe de requiem pour un cardinal mort et est chargé du registre des Acta Consistoralia. La fonction est créée par le pape Eugène III en 1150, mais il n’y pas de documents qui prouvent l’existence de la fonction avant le pontificat de Innocent III, ou même avant l’an 1272. La fonction de camerlingue du Sacré Collège existe jusqu’en 1995.