Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Otton II de Chiny

lundi 11 janvier 2021, par ljallamion

Otton II de Chiny (mort après 1131)

Comte de Chiny

Fils d’ Arnoul 1er , comte de Chiny [1], et d’Adélaïs de Ramerupt-Roucy.   Il succéda à son père en 1106 et acheva en 1134 la construction de l’abbaye d’Orval [2] que son père avait entrepris en 1070. Il y installa alors des chanoines. L’installation d’une communauté cistercienne [3] à Orval en 1131 marque sa dernière apparition dans les actes.   Il avait épousé Adélaïs, fille d’Albert III, comte de Namur [4] et d’ Ida de Saxe veuve de Frédéric de Basse Lotharingie.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Christian Settipani, La Préhistoire des Capétiens (Nouvelle histoire généalogique de l’auguste maison de France, vol. 1), Villeneuve d’Ascq, éd. Patrick van Kerrebrouck,‎ 1993 (ISBN 978-2-95015-093-6)

Notes

[1] Le comté de Chiny, qui aurait pour origine le comté d’Yvois (mentionné en 923 et en 955), s’étendait approximativement sur l’extrême Sud-Ouest de la province belge actuelle du Luxembourg et le Nord-Ouest du département français de la Meuse. Il était traversé par la Semois et la Chiers. Il finit par englober la plus grande partie des cantons de Virton, Étalle, Florenville, Neufchâteau, Montmédy, Carignan et avait conservé sur la Meuse Warcq et Givet.

[2] L’abbaye Notre-Dame d’Orval (ou abbaye d’Orval) est un monastère cistercien-trappiste situé en Belgique à Villers-devant-Orval dans la province de Luxembourg. Fondée par des bénédictins au 11ème siècle, elle passe à l’ordre de Citeaux, en 1131, avec l’arrivée de moines de l’abbaye de Trois-Fontaines. Durant quatre siècles, Orval vit l’existence effacée d’un monastère perdu dans la solitude de la grande forêt ardennaise. En outre, située à la frontière entre le royaume de France et l’Empire, Orval subit les conséquences des guerres et conflits du 15ème au 17ème siècle.

[3] L’ordre cistercien (Ordo cisterciensis, o.cist.), également connu sous le nom d’ordre de Cîteaux ou de saint ordre de Cîteaux (Sacer ordo cisterciensis, s.o.c.), est un ordre monastique chrétien réformé dont l’origine remonte à la fondation de l’abbaye de Cîteaux par Robert de Molesme en 1098.

[4] Pendant plus de cinq siècles (de av. 907 à 1421) le comté de Namur était une possession territoriale héréditaire quasi autonome, mais relevant en droit du Saint Empire romain germanique. Au cours de l’histoire, quatre maisons l’ont gouverné. Chronologiquement, la maison de Namur (946-1196), la maison de Hainaut (1196-1212), la maison de Courtenay (1212-1263) et la maison de Flandre (1263-1429). Après la vente en viager du comté à Philippe le Bon par Jean III en 1421, le titre de "comte de Namur" se maintiendra jusqu’à la révolution française mais il ne sera plus porté, en plus de très nombreux autres titres, que par les descendants des ducs de Bourgogne.