Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Saturninus (consul 383)

Saturninus (consul 383)

dimanche 15 novembre 2020, par ljallamion

Saturninus (consul 383)

Homme politique et militaire de l’Empire romain

emblème consul Saturninus était probablement chrétien : on sait qu’il a accueilli un évêque, qu’il a fait un don à un monastère et qu’il a été en contact pendant une courte période avec Grégoire de Nazianze.   Il a suivi la carrière militaire et, en 377/378, il s’est battu contre les Goths [1]. Après la bataille peu concluante des saules [2], l’empereur Valens, qui était à la frontière orientale, nomma Saturninus magister equitum [3] et l’envoya en Thrace [4] avec une unité de cavalerie, pour soutenir le magister peditum Traianus .   Saturninus et Traianus ont bloqué les Goths près des cols de l’Hémus [5], construisant une ligne de fortifications qui ont repoussé les attaques gothiques. Les 2 généraux espéraient forcer les Goths à souffrir de l’hiver et de la pénurie de nourriture pour les contraindre à se soumettre ; alternativement, les 2 généraux prévoyaient de rappeler les sentinelles, attirant les Goths de Fritigern dans une bataille en plein champ dans les plaines entre l’Hémus et le Danube [6], où ils étaient confiants de gagner.   Cependant, Fritigern n’a pas accepté la bataille, mais a enrôlé des renforts de Hunnic [7] et d’Alain [8]. Saturninus s’est rendu compte qu’il ne pouvait plus combattre l’ennemi et s’est retiré avec ses troupes.   En tant que magister militum de Thrace [9], l’empereur Théodose 1er, qui avait succédé à Valens après sa mort à la bataille d’Andrinople [10], confia à Saturninus de négocier la paix avec les Goths : en octobre 382, ​​il signa un traité selon lequel les Goths devaient vivre dans le Bas Danube comme foederati [11]. Cette négociation réussie garantit à Saturninus la faveur impériale et il est nommé consul pour l’année 383.   En 400, Saturninus servait sous l’empereur Arcadius, lorsque le magister militum Gaïnas le déposa et l’exila.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Saturninus (consul 383)/Traduit par mes soins

Notes

[1] Les Goths faisaient partie des peuples germaniques. Selon leurs propres traditions, ils seraient originaires de la Scandinavie. Ils provenaient peut-être de l’île de Gotland. Mais ils pourraient également être issus du Götaland en Suède méridionale ou bien du Nord de la Pologne actuelle. Au début de notre ère, ils s’installèrent dans la région de l’estuaire de la Vistule. Dans la seconde partie du 2ème siècle, une partie des Goths migrèrent vers le sud-est en direction de la mer Noire. Dès le 3ème siècle les Goths étaient fixés dans la région de l’Ukraine moderne et de la Biélorussie où ils furent probablement rejoints par d’autres groupes qui ont été plus ou moins intégrés dans la tribu. Les Goths formaient un seul peuple jusqu’à la fin du 3ème siècle. Après un premier affrontement avec l’Empire romain dans le sud-est de l’Europe au début du siècle, ils se séparèrent en deux groupes : les Greuthunges à l’Est et les Tervinges à l’Ouest qui deviendront par la suite les Ostrogoths ou « Goths brillants », à l’Est, et les Wisigoths ou « Goths sages » à l’Ouest.

[2] La Bataille des Saules en 377 a eu lieu à un endroit appelé ad Salices ("ville par les saules"), ou selon Ammianus, une station de route appelée Ad Salices ("par les saules") ; probablement situé à moins de 15 kilomètres de Marcianople (aujourd’hui Dobrudja , Bulgarie ), bien que son emplacement exact soit inconnu. Les forces de l’Empire romain d’Occident sous le commandement de Richomeres ont avancé vers l’ouest, tandis que les forces de l’Empire romain oriental sous Traianus avance vers le nord où ils ont uni leurs forces pour attaquer les Goths qui s’étaient récemment rebellés sous le commandement de Fritigern et dévastent les Balkans du nord.

[3] Le maître de cavalerie (magister equitum) était sous la Rome antique le chef d’état-major du Dictateur romain par qui il était nommé. Comme le dictateur, le maître de cavalerie exerce un mandat de 6 mois en cas de troubles graves. Il est entouré de 6 licteurs. Il s’agit d’une magistrature exceptionnelle puisque il faut que le sénat proclame l’état d’exception pour qu’elle soit exercée.

[4] La Thrace désigne une région de la péninsule balkanique partagée entre la Grèce, la Bulgarie et la Turquie ; elle doit son nom aux Thraces, la peuplade qui occupait la région dans l’Antiquité. Au 21ème siècle, la Thrace fait partie, à l’ouest, de la Grèce, Thrace occidentale, au nord, de la Bulgarie et, à l’est, de la Turquie, Thrace orientale.

[5] Autrefois, les Balkan étaient connus comme la Haemus Mons

[6] Le Danube est le deuxième fleuve d’Europe par sa longueur (après la Volga qui coule entièrement en Russie). Il prend sa source dans la Forêt-Noire en Allemagne lorsque deux cours d’eau, la Brigach et la Breg, se rencontrent à Donaueschingen où le fleuve prend le nom de Danube. La longueur du Danube dépend du point de départ considéré : 2 852 km pour la confluence de Donaueschingen mais 3 019 km à partir de la source de la Breg. Il coule vers l’est et baigne plusieurs capitales de l’Europe centrale, orientale et méridionale

[7] Les Huns sont un ancien peuple nomade originaire de l’Asie centrale, dont la présence en Europe est attestée à partir du 4ème siècle et qui y établirent le vaste empire hunnique. L’origine des Huns est disputée. Les Huns ont joué un rôle important dans le cadre des grandes invasions qui contribuèrent à l’écroulement de l’Empire romain d’Occident. Sous le règne d’Attila, l’empire est unifié mais ne lui survit pas plus d’un an. Les descendants et successeurs des Huns occupent encore diverses parties de l’Europe de l’Est et d’Asie centrale entre les 4ème et 6ème siècles, et laissent encore quelques traces dans le Caucase jusqu’au début du 8ème siècle.

[8] Les Alains étaient un groupe de nomades scythes. Les Alains forment un peuple scythique, probablement originaire d’Ossétie. D’ailleurs, les Ossètes d’aujourd’hui se présentent comme les descendants directs des Alains. Ce sont des cavaliers nomades apparentés aux Sarmates et très proches des Iazyges, des Roxolans et des Taïfales.

[9] La Thrace désigne une région de la péninsule balkanique partagée entre la Grèce, la Bulgarie et la Turquie ; elle doit son nom aux Thraces, la peuplade qui occupait la région dans l’Antiquité. Au 21ème siècle, la Thrace fait partie, à l’ouest, de la Grèce, Thrace occidentale, au nord, de la Bulgarie et, à l’est, de la Turquie, Thrace orientale.

[10] La bataille d’Andrinople ou d’Adrianople (aujourd’hui Edirne en Turquie européenne) a eu lieu le 9 août 378. Elle désigne l’affrontement entre l’armée romaine, commandée par l’empereur romain Valens et certaines tribus germaniques, principalement des Wisigoths (Goths Thervingues), et des Ostrogoths (Goths Greuthungues), commandées par Fritigern. Il s’agit d’un des plus grands désastres militaires romains du 4ème siècle, comparable à la défaite de Cannes. Cette bataille ne résulte pas d’une invasion, mais d’une mutinerie des fédérés Goths établis dans l’Empire romain.

[11] Les peuples fédérés (en latin fœderati) sont pour l’Empire romain des groupes de population ayant passé un traité (fœdus), d’alliance ou de soumission, avec l’Empire. Une fois fédérés de Rome, les peuples entrés dans l’Empire sont sommés de cesser leurs exactions en échange de la paix ; il s’agit donc de diplomatie dans le monde antique tardif. Associé à l’intégration des troupes auxiliaires dans l’armée, ce dispositif fonctionne pour l’Empire les 3ème et 4ème siècles. Il se délite au 5ème siècle lorsque les peuples germaniques se sédentarisent au cœur même des provinces, commençant à régner (et bientôt, légiférer) sans en rapporter à la structure de pouvoir impériale. En quelque sorte, dès lors que l’Empire ne peut plus assurer la paix armée par ses propres moyens en plus du passage d’un foedus, son pouvoir cesse sur ses provinces.