Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Shammaï

vendredi 13 novembre 2020, par ljallamion

Shammaï (mort en 30)

Il fut contemporain d’Hillel, et comme lui, une figure majeure de la Mishna [1].

Shammaï et Hillel forment le couple de Sages le plus célèbre de l’histoire talmudique. Ils sont en constant désaccord sur la Halakha [2], et on ne les mentionne pratiquement jamais l’un sans l’autre.   Shammai est vraisemblablement né en Terre d’Israël, et exerçait le métier d’architecte, ou tout au moins maçon, car on le voyait souvent avec un instrument de mesure. Sa sévérité et sa rigueur ne seraient donc, selon certains, qu’une déformation professionnelle. Lorsqu’un Gentil [3] vint le trouver, lui demandant avec insolence de lui enseigner la Tora [4] dans le temps où il se tiendrait sur un pied, il le chassa, alors qu’Hillel le convertit.   Néanmoins, Shammaï n’était ni misanthrope ni implacable, il recommandait une attitude amicale envers chacun et était resté modeste, même avec ses élèves. Seulement, il était entièrement dévolu à l’application la plus stricte des prescriptions rituelles en tout domaine. Au-delà de la sévérité, on trouve chez Shammaï un idéalisme détaché des contraintes de ce monde. Il est strict et minutieux dans son observation de la loi parce qu’il vit son idéal de "justesse" en toute chose, de manière absolue.   Lorsque son fils lui demanda à manger à Yom Kippour [5], ne voulant ni le laisser souffrir de faim, ni enfreindre Kippour, il lui donna à manger d’une seule main. Voyant cela, des Sages lui intimèrent d’arrêter ce manège et de le nourrir normalement, des 2 mains. Sa belle-fille ayant accouché pendant Souccot [6], tenant à ce que son petit-fils à peine né observe les prescriptions, sans toutefois déranger la maman, il ouvrit un orifice dans le toit afin de confectionner la cabane rituelle.   Shammaï fut élu Av Bet Din [7] lorsqu’Hillel en était le Nassi [8]. À la mort de celui-ci, vers 20, Shammaï prit sa succession, et comme aucun vice-président ne fut élu, il eut l’ascendant total sur la politique et la religion en Terre d’Israël.   Rabban Gamaliel 1er, petit-fils de Hillel, lui succéda à la tête du Sanhédrin [9] en 30, mais l’influence de l’école de Shammaï [10] persista jusqu’en 70, année de la destruction du Second Temple [11].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Shammaï/ Portail de la culture juive et du judaïsme/ Sages de la Mishna

Notes

[1] La Mishna est le premier recueil de la loi juive orale et par conséquent de la littérature rabbinique. Compilée vers le début du 3ème siècle de l’ère chrétienne par Juda Hanassi, elle est, hormis quelques versets araméens, écrite dans un hébreu qui lui est propre, et recense les opinions, polémiques et éventuelles résolutions légales des Tannaïm (« Répétiteurs ») sur les prescriptions de la Torah, organisées thématiquement en six ordres subdivisés en 63 traités

[2] ensemble des règles de la vie ordinaire, religieuses et juridiques, en opposition à Shammaï, partisan d’une pratique plus rigoureuse

[3] non-juif

[4] La Torah ou Thora est, selon la tradition du judaïsme, l’enseignement divin transmis par Dieu à Moïse sur le mont Sinaï et retransmis au travers de ses cinq livres ainsi que l’ensemble des enseignements qui en découlent. Elle est composée de cinq livres désignés en hébreu par un des premiers mots du texte et traditionnellement en français : la Genèse (Berēshīṯ : Commencement), l’Exode (Shemōṯ : Noms), le Lévitique (Wayyiqrā : Et il appela), les Nombres (Bamiḏbar : Dans le désert) et le Deutéronome (Devarim : Paroles). Elle contient, selon la tradition juive, 613 commandements

[5] Yom Kippour également appelé le Jour du Grand Pardon, est un jour saint du judaïsme. Fixé au 10ème jour du premier mois de l’année juive civile, il est observé au temps des temples de Jérusalem par un chômage complet, un jeûne et un rituel élaboré au cours duquel un bouc chargé des fautes d’Israël est envoyé dans le désert tandis que le grand-prêtre d’Israël pénètre pour la seule fois de l’année dans le saint des saints afin d’y rencontrer Dieu. Après la destruction des temples, seul le souvenir de ce rituel subsiste dans la liturgie ; la loi juive appuie en revanche sur le chômage et diverses privations outre le jeûne pour réaliser au mieux la « mortification des esprits » décrétée par la Bible. Les rabbins rapportent que Dieu signe en ce jour le destin du peuple juif pour l’année à venir, et rappellent à la suite des prophètes que ce jour expie seulement les fautes commises envers Dieu mais non envers autrui ; ils enseignent de surcroît qu’il est, en dépit de sa solennité et de son austérité, l’un des jours les plus joyeux du calendrier juif. Yom Kippour a donc lieu en septembre ou en octobre dans le calendrier grégorien selon les années. Devenu au fil du temps le point culminant d’une période pénitentielle d’au moins 10 jours, il est marqué par un chômage et un jeûne complets, ainsi qu’une longue prière répartie en cinq offices, et enrichie de nombreuses compositions liturgiques déclamées par un chantre souvent recruté pour l’occasion.

[6] Souccot est l’une des trois fêtes de pèlerinage prescrites par la Torah, au cours de laquelle on célèbre dans la joie l’assistance divine reçue par les enfants d’Israël lors de l’Exode et la récolte qui marque la fin du cycle agricole annuel. Elle est fêtée à partir du 15 tishri (qui correspond, selon les années, aux mois de septembre ou octobre dans le calendrier grégorien) et dure 7 jours, outre le ou les 2 jours de la fête suivante, Chemini Atseret. Seuls les premiers jours (le premier en terre d’Israël et dans le judaïsme réformé) sont totalement fériés.

[7] vice-président du Sanhédrin

[8] président)

[9] Le Sanhédrin est l’assemblée législative traditionnelle du peuple juif ainsi que son tribunal suprême qui siège normalement à Jérusalem. Son nom n’est pas d’origine hébraïque mais dérive du grec. Composé de 71 sages experts en Loi Juive, il doit comporter 23 membres pour décider en matière judiciaire ; il est alors nommé petit sanhédrin et siège dans les principales villes.

[10] La maison de Hillel (Beit Hillel) et la maison de Shammai (Beit Shammai) étaient, parmi les érudits juifs, deux écoles de pensée pendant la période de tannaim , du nom des sages Hillel et Shammai (du siècle dernier avant notre ère et du début du 1er siècle.) qui les a fondés. Ces deux écoles ont eu des débats animés sur des questions de pratique rituelle, d’éthique et de théologie qui étaient essentielles pour la formation de la loi orale et du judaïsme tel qu’il est aujourd’hui.

[11] En 66, la population juive se rebelle contre l’Empire romain. 4 ans plus tard, en 70, les légions romaines menées par Titus reconquièrent et détruisent Jérusalem, y compris le Second Temple. Cet évènement particulièrement douloureux dans l’histoire des Juifs est commémoré chaque année le 9 av.(Le neuvième jour du mois d’av est la date correspondant selon la tradition rabbinique au « jeûne du cinquième mois » évoqué dans le Livre de Zacharie. C’est le plus strict des quatre jeûnes d’institution prophétique. Institué par les prophètes pour pleurer la chute du premier Temple de Jérusalem, il commémore ensuite une série de calamités nationales pour le peuple judéen puis juif, dont la destruction du second Temple de Jérusalem.)