Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Cuthbert de Lindisfarne ou saint Cuthbert

Cuthbert de Lindisfarne ou saint Cuthbert

mercredi 7 octobre 2020, par ljallamion

Cuthbert de Lindisfarne ou saint Cuthbert (vers 635-687)

Moine et évêque anglo-saxon

Il est considéré comme l’un des plus importants saints du Nord de l’Angleterre tout au long du Moyen Âge.   La carrière de Cuthbert est documentée par trois hagiographies [1] en latin rédigées peu après sa mort. La première est rédigée en prose par un moine de Lindisfarne [2] entre 698 et 705, à la demande de l’évêque Eadfrith . Quelques années plus tard, avant 716, Bède le Vénérable produit à son tour une biographie du saint, en vers cette fois-ci, avant d’en tirer une version en prose avant 721.   Au 12ème siècle, la communauté bénédictine de Durham [3] produit de nouvelles œuvres sur la vie et les œuvres de Cuthbert. Siméon de Durham rédige un “Capitula de miraculis”, tandis que Reginald de Durham produit le “Libellus de admirandis beati Cuthberti virtutibus quae novellis patratae sunt temporibus,” ainsi que peut-être le “Libellus de ortu sancti Cuthberti”.   Cuthbert est originaire de Northumbrie [4], peut-être de la région du Lothian [5]. Il entre dans les ordres en 651, inspiré par une vision : alors qu’il gardait des moutons, il aurait vu l’âme d’Aidan de Lindisfarne s’élever aux cieux. Son occupation pourrait laisser penser qu’il était d’extraction modeste, mais d’autres indices suggèrent plutôt une origine aristocratique. Ainsi, lorsqu’il se rend à l’abbaye de Melrose [6] pour se faire moine, c’est à dos de cheval, armé d’une lance et accompagné d’un serviteur. Sa première hagiographie mentionne également en passant une carrière militaire, ce qui implique également une origine noble.   À Melrose, Cuthbert reçoit l’enseignement du prieur Boisil. Vers la fin de la décennie, il participe à la fondation de l’abbaye de Ripon [7] avec Eata de Hexham , mais la communauté de Ripon est chassée par Wilfrid quelques années plus tard et ils retournent donc à Melrose, où Cuthbert succède à Boisil comme prieur à sa mort, en 664. Quelque temps plus tard, dans les années 670, Eata invite Cuthbert à le rejoindre à Lindisfarne, où il devient prieur et joue un rôle important dans l’introduction du rite romain, qui supplante les anciennes coutumes celtiques.   En 676, Cuthbert quitte Lindisfarne pour vivre en ermite sur l’îlot rocheux d’Inner Farne [8]. Entouré d’animaux et d’oiseaux, il mène une vie d’ascète [9], priant dans l’eau glacée de la mer. Cette période prend fin en 684, lorsque Cuthbert est élu pour succéder à Tunberht , l’évêque de Hexham [10]. Il procède à un échange avec Eata, qui devient évêque de Hexham tandis que lui-même obtient le siège de Lindisfarne. Il est sacré le 26 mars 685.   Durant son épiscopat, Cuthbert se consacre à des activités pastorales et conserve un mode de vie ascétique. Il est également proche de la famille royale de Northumbrie, notamment de la princesse AElfflæd elle-même religieuse et le roi Ecgfrith. En mai 685, il se trouve en compagnie de la reine lorsque son mari est tué à la bataille de Nechtansmere [11]. Au début de l’année 687, sentant sa propre mort approcher, Cuthbert retourne dans son ermitage des îles Farne, où il meurt le 20 mars.   Bien que Cuthbert ait souhaité être inhumé sur son îlot, son corps est ramené à Lindisfarne pour y être enterré dans l’église abbatiale.   Le culte de Cuthbert survit à la conquête normande de l’Angleterre, et la cathédrale de Durham [12] reste un lieu de pèlerinage populaire tout au long du Moyen Âge. D’après Reginald de Durham, il fait partie des trois saints les plus populaires d’Angleterre, avec Edmond le Martyr et Etheldrède d’Ély .

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Alan Thacker, « Cuthbert, St », dans Michael Lapidge, John Blair, Simon Keynes et Donald Scragg (éd.), The Wiley Blackwell Encyclopedia of Anglo-Saxon England, Wiley Blackwell, 2014, 2e éd. (ISBN 978-0-470-65632-7).

Notes

[1] L’hagiographie est l’écriture de la vie et / ou de l’œuvre des saints. Pour un texte particulier, on ne parle que rarement d’« une hagiographie » (sauf dans le sens figuré), mais plutôt d’un texte hagiographique ou tout simplement d’une vie de saint. Le texte hagiographique étant destiné à être lu, soit lors de l’office des moines soit en public dans le cadre de la prédication, on lui donne souvent le nom de légende (du latin legenda, « ce qui doit être lu », terme utilisé dans son acception la plus littérale et non dans son sens péjoratif actuel de récit dépourvu de tout enracinement dans l’histoire événementielle). Un texte hagiographique recouvre plusieurs genres littéraires ou artistiques parmi lesquels on compte en premier lieu la vita, c’est-à-dire le récit biographique de la vie du saint. Une fresque à épisode est également une hagiographie, de même qu’une simple notice résumant la vie du bienheureux. Par rapport à une biographie, l’hagiographie est un genre littéraire qui veut mettre en avant le caractère de sainteté du personnage dont on raconte la vie.

[2] Lindisfarne est une île située en Angleterre, sur la côte de la Northumbrie. Accessible à marée basse par une chaussée submersible, elle abrite un célèbre monastère et un château en ruines.

[3] L’évêché de Durham est d’une importance particulière dans le Royaume d’Angleterre, car 15 ans après la conquête normande, le nord du royaume est toujours plus ou moins hors du contrôle royal. En 1069-1070, le Conquérant avait mené une campagne sanglante et dévastatrice dans le nord afin de le soumettre, mais la région n’était toujours pas pacifiée.

[4] La Northumbrie est un royaume médiéval situé dans le nord de l’actuelle Angleterre et constituait l’un des principaux royaumes de l’Heptarchie. Sa notoriété est surtout liée à son rôle dans la propagation du christianisme nicéen dans l’île et à la constitution d’un centre culturel d’importance européenne avec l’archevêché d’York. Le nom de Northumbria désigne à l’origine les terres envahies par les Angles au 6ème siècle situées au nord de la rivière Humber. La Northumbrie en tant que royaume se constitue au début du 7ème siècle par l’union de deux autres entités Angles : celle de Bernicie (Bernicia) au nord et celle de Deirie (Deira) au sud.

[5] Le Lothian est une région traditionnelle d’Écosse, s’étendant entre la rive sud du Firth of Forth et les Lammermuir Hills. Son nom provient du semi légendaire roi breton Loth ou Lot. Au 7ème siècle, il devient la partie nord du royaume saxon de Northumbria. Mais au 8ème siècle les clans pictes la revendiquèrent en profitant de l’affaiblissement de la Northumbrie. Le Lothian est connu en Écosse pour avoir été la seule partie Anglo-saxonne de cette nation, et une des rares où l’écossais n’ait pas pris racine.

[6] L’abbaye de Melrose, située à Melrose en Écosse a été fondée en 1136 par des moines cisterciens venus de l’abbaye de Clairvaux à la demande du roi David 1er, roi d’Écosse. Aujourd’hui l’abbaye est sous la tutelle de l’organisme Historic Scotland. L’aile Est de l’abbaye a été achevée en 1146, les autres parties de l’édifice ayant été ajoutées dans les 50 années qui ont suivi. L’abbaye est construite sous la forme d’une croix de Saint-Jean (un style architectural gothique). La plupart des bâtiments sont aujourd’hui en ruines.

[7] Ripon est une ville d’Angleterre, dans le Yorkshire du Nord, qui possède le statut de Cité (historiquement associé à la présence d’une cathédrale).

[8] Les Îles Farne sont un archipel de 15 à 20 îles (selon la hauteur de la marée1) situé au large du Northumberland, en Angleterre. En 651, s’y installent Saint Aidan puis Saint Cuthbert qui y meurt en 687. Parmi d’autres actes, Saint Cuthbert édicte en 676 des lois de protection des eiders et d’autres oiseaux de mer nichant sur les îles, considérées comme les premières lois de protection des oiseaux au monde. Une cellule monastique de 2 à 6 moines bénédictins s’établit sur les îles vers 1255, accueillant notamment Barthélemy de Farne, jusqu’à sa suppression en 1536 dans le cadre de la dissolution des monastères par le roi Henry VIII

[9] Personne qui s’impose, par piété, des exercices de pénitence, des privations, des mortifications

[10] Le diocèse de Hexham est créé en 678 à partir du diocèse d’York, et son premier titulaire est Eata. Le dernier, Tidfrith, meurt en 821 sans être remplacé. La raison de la disparition de l’évêché de Hexham reste incertaine. Son territoire est par la suite rattaché à l’évêché de Lindisfarne.

[11] La bataille de Dun Nechtain ou bataille de Nechtansmere se déroule le 20 mai 685. Elle oppose les Pictes du roi Bridei mac Bili aux Northumbriens du roi Ecgfrith et se solde par une défaite écrasante des seconds. Cherchant à raffermir l’hégémonie exercée par ses prédécesseurs sur les Pictes, Ecgfrith s’enfonce dans le territoire picte contre l’avis de ses conseillers. Il tombe dans une embuscade en pourchassant les troupes pictes qui feignent de battre en retraite. L’affrontement coûte la vie à la majeure partie de l’armée northumbrienne, ainsi qu’à Ecgfrith lui-même. Grâce à cette bataille, les Pictes assurent définitivement leur indépendance vis-à-vis de la Northumbrie.

[12] La cathédrale de Durham est située dans la cité de Durham dans le comté de Durham, en Angleterre. Fondée en 1093, c’est le premier édifice anglais à avoir reçu des voûtes sur toutes ses parties, à être à la fois une abbatiale et une cathédrale, le siège d’un pèlerinage important aux reliques de saint Cuthbert et un point de défense de l’Angleterre face à l’Écosse