Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Charles d’Egmont dit Charles de Gueldre

Charles d’Egmont dit Charles de Gueldre

mercredi 6 mai 2020, par ljallamion

Charles d’Egmont dit Charles de Gueldre (1467-1538)

Duc de Gueldre et comte de Zutphen de 1492 à 1538

Né à Grave [1]. Il était fils d’ Adolphe de Gueldre , duc de Gueldre [2] et de Catherine de Bourbon .

Comme Charles le Téméraire avait emprisonné son père et envahi le duché de Gueldre, Charles d’Egmont fut élevé à Gand [3] et resta plus tard à la cour de la duchesse Marie de Bourgogne et de l’archiduc Maximilien, le futur Empereur.

C’est ainsi que Charles accompagna l’occupant de son territoire dans sa guerre contre la France. Il fit sa première campagne sous les ordres d’Engelbert de Nassau, se distingua en 1485 aux sièges d’Ath [4] et d’Oudenarde [5], fut capturé par les Français près de Béthune [6] et retenu prisonnier à Abbeville [7] jusqu’en 1492.

Les États de Gueldre n’avaient toutefois pas oublié leur jeune héritier. Ils ne supportaient qu’à contrecœur la domination austro bourguignonne. Ils rassemblèrent l’argent de la rançon auprès de tous les ennemis que Maximilien comptait dans le duché de Gueldre et le comté de Zutphen [8] et payèrent sa rançon.

C’est ainsi que Charles sortit de sa prison en 1492 et retourna prendre possession de son héritage, où il fut reconnu par la plupart des nobles et des villes, malgré les menaces de Maximilien et les efforts de son administrateur, le comte Adolphe III de Nassau-Wiesbaden .

Charles de Gueldre avait épousé le 5 février 1519 Élisabeth de Brunswick-Lunebourg , fille d’ Henri Ier de Brunswick-Lunebourg , duc de Brunswick-Lunebourg [9], et de Marguerite de Saxe . Ils n’avaient pas eu d’enfants.

Les Français n’avaient pas fait un mauvais calcul en le libérant. La vie entière de Charles fut désormais consacrée à une guerre presque ininterrompue contre la Maison d’Autriche. Même s’il ne fut pas leur ennemi le plus dangereux, il fut l’adversaire le plus tenace de l’Archiduché, un ennemi infatigable qui considérait que ce combat était la tâche de sa vie.

Soutenu par le roi de France, il lutta pendant plus de 25 ans contre les Habsbourg [10], qui revendiquaient le duché de Gueldre. Ce n’est qu’au Traité de Gorinchem [11] en 1528 que l’Empereur Charles Quint le reconnut comme duc. À sa mort, bien que sa sœur la duchesse douairière de Lorraine et de Bar Philippe de Gueldre fît valoir ses droits, l’empereur donna le duché à Guillaume de Clèves . La duchesse douairière transmit ses revendications à son fils, le duc Antoine II de Lorraine et de Bar qui ajouta les armoiries de Gueldre au siennes.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Charles de Gueldre/ Portail de l’Allemagne/ Portail du Saint-Empire romain germanique/ Catégories : Maison d’Egmont/ Duc de Gueldre

Notes

[1] Grave est une ville et une commune des Pays-Bas, de la province du Brabant-Septentrional. En 1133, les seigneurs Godfried et Herman de Cuijk assassinent le comte de Hollande Florent le Noir. En revanche, le château de Cuijk est démantelé et les seigneurs bannis. À leur retour en 1137, ils choisissent au nord de Cuijk un tertre de sable pour construire le nouveau château, très vite appelé De Graaf (nom populaire) qui devient officiellement Grave. Vers 1290, Jean I de Cuijk vend le droit de ville de Cuijk à Grave et il construit les premières fortifications. En 1423, Grave devient propriété de la famille d’Egmond qui la donne en fief à Arnold de Gueldre.

[2] Le comté de Gueldre, devenu à la fin du 12ème siècle duché de Gueldre, est un ancien duché du Saint Empire romain germanique. Au début du 16ème siècle il fut incorporé dans le Cercle de Bourgogne et se trouve actuellement dans les Pays-Bas. Les principales villes sont Arnhem, Nimègue, Zutphen, Venlo, Ruremonde et Tiel ou Thiel.

[3] Gand est une ville belge néerlandophone, située en Région flamande au confluent de la Lys et de l’Escaut. C’est le chef-lieu de la province de Flandre-Orientale et depuis 1559 le siège de l’évêché de Gand. Capitale de l’ancien comté de Flandre, grande cité drapière et commerçante, puis ville natale de Charles Quint, elle connut à partir du 12ème siècle, et plus encore du 14ème au 16ème siècle, une période de floraison tant économique que culturelle. En 1500, Jeanne de Castille y donna naissance à Charles Quint, futur empereur romain germanique et roi d’Espagne. Quoique natif de Gand, celui-ci prit des mesures brutales pour réprimer la révolte de Gand en 1539, exigeant que les notables de la ville défilent pieds nus avec une corde autour du cou : depuis cette époque, les Gantois sont surnommés Stroppendragers (les « garrotés »). La congrégation de Saint-Bavon fut dissoute, son monastère rasé et remplacé par une caserne ducale. Seuls quelques édifices de l’ancienne abbaye échappèrent à la démolition. La fin du 16ème et le début du 17ème siècle se traduisirent par des bouleversements liés à la guerre de Quatre-Vingts Ans. Face à la menace des troupes espagnoles, des états généraux des Dix-Sept Provinces se tiennent à Gand en 1576. Il en résulte un acte de pacification qui affirme l’autonomie nationale contre les ministres et les troupes espagnoles. Don Juan d’Autriche est obligé d’accepter la pacification de Gand. Cependant, la minorité calviniste, organisée en un parti d’une grande efficacité, s’empare du pouvoir par la force. En 1577, les calvinistes s’appuient sur le programme du prince d’Orange qui promet la restauration des libertés communales. Les vieilles magistratures municipales retrouvèrent leurs prérogatives, les chartes confisquées réapparurent et les métiers siégèrent derechef à la Collace. Gand est pour un temps une république calviniste. Mais bientôt les Espagnols, conduits par Alexandre Farnèse, reprirent la ville, la convertissant définitivement au catholicisme. Les conflits de la guerre de Quatre-Vingts Ans mirent un terme au rayonnement international de Gand. La ville est prise en 1678 par Vauban

[4] Ath est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne, chef-lieu d’arrondissement en province de Hainaut. Au 15ème siècle, quelque 5 000 personnes vivent en ville. Les activités de production (draps, toiles, peaux, pierre) et l’artisanat de luxe (orfèvrerie, ébénisterie, sculpture) sont en plein essor. Le marché du mardi et la foire annuelle génèrent une intense animation commerciale. Cependant, sous Philippe le Bon, exactement le 3 mai 1435, un incendie détruisit 800 maisons avec une vitesse effrayante. La ville fut reconstruite

[5] Audenarde est une ville néerlandophone de Belgique, située en province de Flandre-Orientale. La ville est située au sud de Gand, sur les rives de l’Escaut.

[6] Béthune est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais.

[7] Abbeville est une commune française, sous-préfecture du département de la Somme. Ancienne capitale du Ponthieu, elle faisait partie de la province de Picardie. En 992, Hugues Capet fait fortifier la ville et la donne à sa fille, Gisèle, lors de son mariage avec Hugues 1er comte de Ponthieu qui résidait alors à Montreuil.

[8] Le comté de Zutphen se limitait à la ville du même nom. Il apparaît en 1025, avec le comte Otton 1er de Zutphen. Son petit-fils Conrad fut brièvement duc de Bavière. À sa mort, Zutphen passa à sa sœur Adélaïde. Ermengarde, petite-fille d’Adélaïde épousa vers 1116 Gérard II, comte de Gueldre. Depuis, le comté de Zutphen resta une partie intégrante du duché de Gueldre.

[9] Le duché de Brunswick-Lunebourg était une principauté et un État du Saint-Empire romain germanique, situé dans l’actuel Land de Basse-Saxe. C’est l’une des entités suivantes de l’ancien duché de Saxe, créée en 1235 lorsque l’empereur Frédéric II donna le fief à Othon l’Enfant de la famille des Welf. Le duché a été partagé pour la première fois en 1269, entre les fils d’Othon, Albert 1er et son frère cadet Jean. À partir de là, les principautés de Brunswick-Wolfenbüttel et de Lunebourg constituaient le duché ; plusieurs divisions et fusions ont suivi. Après la dissolution du Saint Empire en 1806, le congrès de Vienne a désigné deux États successeurs : le royaume de Hanovre et le duché de Brunswick.

[10] La maison de Habsbourg ou maison d’Autriche est une importante Maison souveraine d’Europe connue entre autres pour avoir fourni tous les empereurs du Saint Empire romain germanique entre 1452 et 1740, ainsi qu’une importante lignée de souverains d’Espagne et de l’empire d’Autriche, puis de la double monarchie austro-hongroise. La dynastie a pris le nom de « Maison de Habsbourg-Lorraine » depuis 1780.

[11] Le traité de Gorinchem (également traité de Gorinchem ) est un traité qui devait être signé à Gorinchem le 3 octobre 1528 . L’accord devait mettre fin aux guerres de Gelderland, qui se sont déroulées entre Charles d’Egmont et l’empereur Charles V de Habsbourg. Karel voulait ajouter le duché de Gelderland à ses autres possessions aux Pays-Bas. L’accord stipulait que Karel van Egmont obtiendrait le prêt de ses pays à l’empereur Charles Quint et resterait le seigneur de Groningue et les Ommelanden et Drenthe. Le traité a également déclaré que dès que le duc mourrait sans enfant, ses territoires tomberaient sous la coupe de l’empereur. Le traité a été rompu en 1534 lorsque Charles d’Egmont a nommé le roi François 1er comme son successeur.