Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Abū Sufyān Ben Harb dit Abu Sufyan ibn Harb

Abū Sufyān Ben Harb dit Abu Sufyan ibn Harb

samedi 28 mars 2020, par ljallamion

Abū Sufyān Ben Harb dit Abu Sufyan ibn Harb (mort en 652)

Dirigeants de la tribu quraychite

Bataille de Badr, Il-Khanid : Représentation de cavaliers arabes (Tabriz Khalili Collection, MSS. 727, folio 66a du 14ème siècle)Cousin éloigné de Mahomet, il fut longtemps un de ses adversaires les plus résolus. Il est le petit-fils de Umayya et le père du premier calife omeyyade [1] Mu`âwîya.

Abû Sufyân ibn Harb était chef de la Mecque [2], carrefour commercial de toute l’Arabie, lorsque Mahomet commença à répandre le message de l’islam. Les Quraychites [3] tentèrent immédiatement d’étouffer ce message car il répandait l’idée selon laquelle les hommes devaient adorer une unique divinité, sont égaux devant Dieu et qu’aucun ne peut en gouverner librement un autre : une idée d’autant plus insupportable pour les Quraychites que cela remettait en cause la supériorité de leur clan et l’ordre social établi à l’époque à la Mecque. C’est une des raisons qui poussèrent les chefs de la Mecque, dont Abû Sufyân, à persécuter les Musulmans.

Les disciples de la nouvelle religion furent finalement contraints à l’exil [4] vers Médine [5] en 622. Peu de temps après, Abû Sufyân décida de confisquer tous les biens que les Musulmans avaient laissés à la Mecque afin de les revendre à Damas.

Les Musulmans contre-attaquèrent et firent le choix de récupérer leurs biens en pillant la caravane qui faisait déjà route vers Damas, dirigée par Abû Sufyân. Néanmoins, ce dernier fut tenu au courant de l’attaque imminente des Musulmans, et lorsque les autres chefs de la Mecque l’informèrent qu’ils viendraient le secourir, il valida ce plan... sans accepter toutefois de se joindre à la bataille.

La bataille qui suivit fut appelée bataille de Badr [6] en 624. Ce fut une victoire pour les Musulmans contre les Mecquois et de nombreux chefs quraychites y trouvèrent la mort.

Abû Sufyân se retrouva pratiquement seul à diriger la Mecque et à lutter contre Mahomet et ses partisans. Sa femme, Hind, qui avait à la fois perdu son père Utba ibn Rabia, son frère Walid ibn Utba et son oncle Chayba ibn Rabî’a durant la bataille, lui reprocha farouchement de ne pas avoir participé à la bataille.

L’an suivant, Abû Sufyân décida de prendre sa revanche lors de la bataille de Uhud [7] aux portes de Médine. Ce fut une victoire in extremis pour les mecquois qui ont vu le vent tourner en leur faveur lorsque les archers musulmans, assurant la couverture des fantassins et cavaliers musulmans, ont quitté leur poste pour récupérer le butin de guerre alors que les mecquois venaient juste de se retirer du champ de bataille.

En l’an cinq de l’hégire, les Juifs décidèrent de prendre une revanche et demandèrent à Abû Sufyân de donner enfin l’assaut à Médine. Celui-ci avait entre temps réuni plusieurs tribus pour l’aider à combattre l’Islam, comme les Ghatafâne et les Kinânâ. Mahomet, sur le conseil d’un de ses compagnons appelé Salman al farissi c’est-à-dire Salman le Persan, fit creuser un fossé autour du camp où se retranchèrent les Musulmans pour arrêter les assaillants à la Bataille de Handaq ou d’Ahzab [8]. Une tempête de sable obligea ceux-ci à se replier à La Mecque.

En 628, Mahomet décida de profiter de sa récente victoire pour faire le pèlerinage à La Mecque. Il fut arrêté aux portes de la ville, mais au lieu d’attaquer il accepta un traité de non-agression avec les Mecquois : le traité de Hudaybiya.

Peu après, Mahomet épousa la fille d’Abû Sufyân, Umm Habîba, qui s’était convertie à l’Islam. Abû Sufyân se convertit à l’Islam lors de la Prise de la Mecque en 630.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Tabarî (839-923), La Chronique Tome II, Les Omayyades, éditions Actes Sud / Sindbad

Notes

[1] Les Omeyyades, ou Umayyades sont une dynastie arabe de califes qui gouvernent le monde musulman de 661 à 750. Ils tiennent leur nom de leur ancêtre Umayya ibn Abd Shams, grand-oncle de Mahomet. Ils sont originaires de la tribu de Quraych, qui domine La Mecque au temps de Mahomet. À la suite de la guerre civile ayant opposé principalement Muʿāwiyah ibn ʾAbī Sufyān, gouverneur de Syrie, au calife ʿAlī ibn ʾAbī Ṭalib, et après l’assassinat de ce dernier, Muʿāwiyah fonde le Califat omeyyade en prenant Damas comme capitale, faisant de la Syrie la base d’un Califat qui fait suite au Califat bien guidé et qui devient, au fil des conquêtes, le plus grand État musulman de l’Histoire.

[2] La Mecque est une ville de l’ouest de l’Arabie saoudite, non loin de la charnière séparant le Hedjaz de l’Asir, à 80 km de la mer Rouge, et capitale de la province de la Mecque. Lieu de naissance, selon la tradition islamique, du prophète de l’islam Mahomet à la fin du 6ème siècle, elle abrite la Kaaba au cœur de la mosquée Masjid Al-Haram (« La Mosquée sacrée ») et la tradition musulmane a lié sa fondation à Ibrahim (Abraham), ce qui en fait la ville sainte la plus sacrée de l’islam. L’accès est interdit aux personnes qui ne sont pas de confession musulmane ainsi qu’aux femmes seules, même musulmanes

[3] la tribu la plus puissante de la Mecque

[4] hégire

[5] Médine est une ville d’Arabie saoudite, capitale de la province de Médine, située dans le Hedjaz. C’est là que vint s’installer en 622 à l’hégire le prophète de l’islam, Mahomet, après qu’il eut, selon le Coran, reçu l’ordre de Dieu de quitter La Mecque, ville distante de plus de 430 km. C’est aussi là qu’il mourut et fut enterré en 632. La ville abrite son tombeau dans la Masjid An Nabawi (mosquée du Prophète) ainsi que les premiers califes Abou Bakr et Omar, les autres personnes importantes de l’islam restant au cimetière Al-Baqi.

[6] La bataille de Badr, aussi appelée Invasion de Safouan, est la première bataille victorieuse des Arabes musulmans. C’est la bataille de Mahomet contre le clan quraychite qui l’avait contraint à l’exil vers Médine, et eut lieu le 17 mars 624.

[7] La bataille de `Uhud ou de `Ohod est une bataille entre les musulmans yathribins et le clan mecquois des Quraychites sur le mont `Uhud près de Médine en 625. La victoire fut aux traditionalistes mecquois.

[8] Bataille de la Tranchée. En 627, la bataille de la Tranchée est un des épisodes de la guerre entre le prophète Mahomet, exilé à Médine, et les habitants de La Mecque qui l’avaient contraint à l’exil en 622. Elle est aussi appelée bataille du Fossé, ou bataille des Coalisés, ce dernier nom se réfère à la sourate XXXIII intitulée Les Coalisés qui prophétise le déroulement et l’issue de la bataille. Elle fut très peu sanglante, la mêlée n’ayant pas eu lieu ; elle s’acheva par le retrait des troupes coalisées contre Mahomet, retrait obtenu par la ruse.