Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Charles II d’Autriche-Styrie ou Karl II Franz

Charles II d’Autriche-Styrie ou Karl II Franz

vendredi 13 septembre 2019, par ljallamion

Charles II d’Autriche-Styrie ou Karl II Franz (1540-1590)

Archiduc d’Autriche intérieure

Charles II d'Autriche, d'après une gravure allemande.Troisième fils de Ferdinand 1er, empereur germanique et d’Anne Jagellon, elle-même fille de Vladislas IV , roi de Bohême [1] et de Hongrie [2] et de son épouse Anne de Foix .

Charles épouse, le 26 août 1571, sa nièce Marie-Anne de Bavière , fille d’Albert V duc de Bavière et d’ Anne d’Autriche . Des négociations avaient pourtant eu lieu en 1559 et à nouveau de 1564 à 1568 pour arranger un mariage entre Charles et Élisabeth 1ère d’Angleterre. Mais la reine avait finalement décidé qu’elle n’épouserait pas l’archiduc.

Contrairement à son frère Maximilien II, Charles est un catholique pieux qui promeut la Contre-Réforme [3] et invite les Jésuites [4] sur ses terres. Cependant, en 1572, il doit faire des concessions significatives aux États de l’Autriche intérieure [5] suite aux événements de Graz [6] et Bruck [7] en 1578, et le protestantisme est désormais toléré en pratique.

Charles meurt à Graz le 10 juillet 1590. Il est enterré dans un mausolée à Seckau [8] avec d’autres membres de la famille des Habsbourg. Ce mausolée, dont la construction est entreprise par Alessandro de Verda en 1587 et achevée par Sébastien Carlone en 1612, est l’un des plus importants édifices du baroque précoce dans les alpes du Sud-Est.

Alors que la lignée d’Autriche intérieure devait supporter la majeure partie de la guerre contre l’Empire ottoman, la forteresse de Karlovac [9] en Croatie fut fondée et nommée d’après Charles II.

Charles est également connu comme mécène des arts et des sciences. Roland de Lassus et Lodovico Zacconi était notamment ses protégés.

En 1580, il fonda un haras à Lipica [10] en Slovénie [11], jouant ainsi un rôle important dans la création de la race Lipizzan [12].

En 1585, il fonda l’université de Graz, nommée d’après lui Karl-Franzens-Universität [13].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Charles II, Archduke of Austria »

Notes

[1] Le royaume de Bohême était un royaume situé dans la région de la Bohême, en Europe centrale, dont la plupart des territoires se trouvent actuellement en République tchèque. Devenu une possession héréditaire des Habsbourg en 1620, le royaume a fait partie du Saint Empire jusqu’à sa dissolution en 1806, après quoi il est devenu une partie de l’Empire d’Autriche, puis de l’Empire austro-hongrois.

[2] Le royaume de Hongrie est le terme historiographique donné à différentes entités politiques de la Hongrie au Moyen Âge (à partir de 1001), à l’époque moderne et jusqu’à l’époque contemporaine (1946). La date de création du royaume remonte à l’an 1001, lorsque Étienne (István) transforme l’ancienne grande-principauté en royaume chrétien. L’unité du royaume est mise à mal lors de l’occupation ottomane d’une partie du pays en 1526, durant laquelle deux territoires se disputent la continuité royale (la Hongrie royale dominée par l’empire d’Autriche et la Hongrie orientale, prémisse de la principauté de Transylvanie). Le royaume de Hongrie recouvre l’essentiel de son territoire médiéval dans le cadre du compromis austro-hongrois signé en 1867

[3] La Contre-Réforme est le mouvement par lequel l’Église catholique romaine réagit, dans le courant du 16ème siècle, face à la Réforme protestante. L’expression provient de l’historiographie allemande du 19ème siècle et est employée dans un esprit polémique. Une partie des historiens actuels la distinguent du terme de Réforme catholique et ne l’emploient plus en historiographie, car ils estiment que le terme de « Contre-Réforme » limite la Réforme catholique à un simple processus de réaction face au protestantisme alors qu’elle est bien plus profonde. La Contre-Réforme a lieu dans le cadre d’une vaste aspiration à la réforme et au renouveau religieux qui traverse l’Occident chrétien depuis le 15ème siècle. Elle répond en partie aux objectifs de l’Église catholique visant à faire reculer et disparaître le protestantisme. Elle permet de doter l’Église catholique des outils spirituels et matériels pour amorcer une reconquête partielle des régions acquises aux différentes Églises protestantes et amorcer une renaissance religieuse. Les oppositions postérieures au protestantisme se définissent dans le cadre de l’antiprotestantisme.

[4] La Compagnie de Jésus est un ordre religieux catholique masculin dont les membres sont des clercs réguliers appelés « jésuites ». La Compagnie est fondée par Ignace de Loyola et les premiers compagnons en 1539 et approuvée en 1540 par le pape Paul III.

[5] Styrie, Carniole et Carinthie

[6] Graz est une ville d’Autriche et la capitale de la province de Styrie. En 1540, Eggenberg fonda les Paradies, ou école luthérienne, dans laquelle Johannes Kepler enseigna de 1594 à 1598. L’archiduc Charles II d’Autriche-Styrie a brûlé 20 000 livres protestants dans le carré de ce qui est de nos jours un asile de malades mentaux et réussit à remettre la Styrie sous l’autorité de Rome.

[7] Bruck an der Mur est une ville du Land autrichien de Styrie. Elle se trouve au confluent de la Mur et de la Mürz. Favorisée par sa situation au carrefour de grandes voies de communication. Elle est dominée par les ruines de la vieille forteresse de Landskron. Elle fut fondée en 1263 par le roi Ottokar II Premysl. On y trouve une église gothique du 15ème siècle.

[8] Seckau est une localité autrichienne dans le Land de Styrie.

[9] Karlovac est une ville et une municipalité de Croatie centrale, chef-lieu du comitat de Karlovac, en Croatie. Le fort de Karlovac (actuel centre-ville) fut fondé au 16ème siècle. La ville de Karlstadt était située au nord des Confins militaires de l’empire des Habsbourg, dont elle était le chef-lieu. Le château de Dubovac, à quelques kilomètres du centre-ville constitue la vieille ville de Karlovac (16ème siècle) et fut transformé par la suite en hôtel.

[10] Sežana est une commune de l’ouest de la Slovénie proche de la frontière italienne faisant partie de la région du Karst. La commune détient sur son territoire le village de Lipica rendu célèbre par son haras à l’origine de la race de chevaux lipizzans

[11] Le territoire de l’actuelle Slovénie commence à partir du 9ème siècle à passer de main en main au gré des invasions des puissances voisines, qu’il s’agisse de la Bavière, de la république de Venise, ou des Habsbourgs. Les Slovènes restent sous la domination de ces derniers du 14ème siècle à 1918, sans réel statut juridique mais avec toutefois une représentation à Vienne. La région subit successivement l’influence de la Réforme au 16ème siècle, puis de la Contre-Réforme sous le règne de l’Archiduc Ferdinand d’Autriche au début du 17ème siècle. Tandis que les élites se germanisent, la population paysanne demeure largement à l’écart de ces transformations.

[12] Le lipizzan est une race de chevaux originaire de Slovénie, culturellement liée à l’École espagnole de Vienne en Autriche. Cette célèbre école, qui tire par ailleurs son nom des chevaux espagnols qui furent à l’origine de la race lipizzane, n’utilise en effet que des lipizzans. L’élevage du lipizzan remonte au 16ème siècle, lorsque la famille impériale des Habsbourg décide de fonder un nouveau haras dans la localité slovène de Lipica dans la région vallonnée du Kras qui appartenait à l’époque à l’Empire autrichien.

[13] L’université de Graz, est une université autrichienne se trouvant à Graz, dans le Land de Styrie (Autriche méridionale). Le collège jésuite fondé en 1573 devint université en 1585. Celle-ci passa entre les mains du pouvoir civil en 1773, lorsque la Compagnie de Jésus fut supprimée. Son nom latin Carola-Franciscea tire son origine de l’archiduc Charles II d’Autriche, qui en fut le fondateur.