Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Hercule-Mériadec de Rohan

lundi 6 mai 2019, par ljallamion

Hercule-Mériadec de Rohan (1669-1749)

Duc de Rohan-Rohan-Prince de Soubise

Hercule-Mériadec de Rohan-Soubise (Château de Sychrov en République tchèque)Membre de la Maison de Rohan [1]. Il est désigné dans les textes contemporains comme prince de Rohan. Il est le grand-père du maréchal de Soubise Charles de Rohan-Soubise .

Né à Paris, Hercule-Mériadec de Rohan est le quatrième d’une famille d’onze enfants. Son père François de Rohan est le fondateur de la branche Soubise de la Maison de Rohan. Sa famille se réclame de la descendance des Ducs de Bretagne et elle possédait à la Cour de France le rang de prince étranger [2].

Sa mère, Anne-Julie de Rohan , était une des maîtresses de Louis XIV. Deuxième fils de la fratrie, il devient l’héritier présomptif à la mort de son frère aîné Louis en 1689, à l’âge de 22 ans.

Il exerce “en survivance” de son père la fonction de Gouverneur de Champagne [3] le 7 novembre 1693 qu’il cède à son petit-fils Charles de Rohan-Soubise le 6 juillet 1734.

Hercule-Mériadec porte le titre de prince de Maubuisson* jusqu’à 1714 lorsqu’il devient duc de Rohan-Rohan [4].

Il se marie 2 fois. Une première fois à Paris le 15 février 1694 avec Anne-Geneviève de Lévis, fille de Louis-Charles de Lévis et de Charlotte de La Mothe-Houdancourt plus connue sous le nom de Madame de Ventadour, gouvernante du jeune Louis XV . Anne-Geneviève apporte la seigneurie à Hercule, elle était veuve depuis 1692 de Louis-Charles de La Tour d’Auvergne , fils de Godefroy-Maurice de La Tour d’Auvergne et de Marie-Anne Mancini , mort au combat.

Il perd son fils unique Jules emporté par la variole en 1724 ainsi que sa belle-fille Anne-Julie de Melun . Son petit-fils, Charles, prince de Soubise naît en 1715 et, après la mort de ses parents, il est élevé par Hercule-Mériadec lui-même afin qu’il devienne un homme de Cour. Charles sera par la suite un grand ami de Louis XV et l’arrière-grand-père du duc d’Enghien Louis-Antoine de Bourbon-Condé , à travers sa fille aînée Charlotte . Sa deuxième fille Charlotte-Armande sera abbesse de Jouarre  [5] en succession de sa tante Anne-Marguerite de Rohan en 1721.

Hercule-Mériadec décore l’intérieur de l’Hôtel de Soubise[L’hôtel de Soubise, anciennement hôtel de Clisson puis hôtel de Guise, est un hôtel particulier parisien situé au coin de l’actuelle rue des Francs-bourgeois et de la rue des Archives. Il est affecté aux Archives nationales.]] en compagnie de Germain Boffrand entre 1730 et 1740.

Anne-Geneviève meurt en mars 1727. Hercule-Mériadec se remarie le 2 septembre 1732 avec  [6] fille de Philippe-Égon, marquis de Courcillon et de Françoise de Pompadour née en 1713 et qui avait été l’une des maîtresses du duc de Richelieu Louis-François-Armand de Vignerot du Plessis . Elle est également la petite-fille du fameux mémorialiste de la Cour, le marquis de Dangeau Philippe de Courcillon de Dangeau .

Il meurt à Paris, rue de Paradis [7]. Son petit-fils, Charles lui succède aux titres de Rohan-Soubise.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Hercule-Mériadec de Rohan Portail du royaume de France/ Catégories : Famille de Rohan

Notes

[1] La maison de Rohan est une famille princière du duché de Bretagne, qui a marqué l’histoire de France. Elle fut, avec la maison de Clisson et la maison de Laval, l’une des plus puissantes familles du duché. Elle doit son nom à la ville de Rohan dans le Morbihan. C’est l’une des plus anciennes familles subsistantes de la noblesse française.

[2] Prince étranger et princesse étrangère était une dignité de la cour de France sous l’ancien Régime. Cette dignité était accordée par le roi aux membres de dynasties souveraines étrangères ou de familles nobles prétendant à la souveraineté et résidant habituellement en France.

[3] La Champagne est une ancienne province française, formée en 1065 à partir d’un comté palatin par la réunion autour de Provins, troisième métropole du Royaume de France, de comtés issus du démantèlement de la fraction occidentale de l’Austrasie mérovingienne, c’est-à-dire l’est de la France. Elle recouvrait l’ex région administrative Champagne-Ardenne, le sud du département de l’Aisne et la majeure partie du département de Seine-et-Marne jusqu’à la Brie française. Au nord, la frontière changeante avec la Principauté de Liège incluait Sugny et excluait Givet. Son terroir a donné son nom au vignoble de Champagne.

[4] La baronnie de Frontenay en Saintonge (aujourd’hui Frontenay-Rohan-Rohan), fut érigée en duché-pairie de Frontenay en juillet 1626 en faveur de Benjamin de Rohan, seigneur de Soubise. A sa mort sans postérité en 1642, le duché passa par héritage à sa nièce Marguerite de Rohan, qui devint dame du duché de Frontenay. Mariée à Henri Chabot seigneur de Saint-Aulaye puis duc de Rohan en 1648. Elle légua le duché de Frontenay à sa fille Anne de Rohan-Chabot qui épousa en 1663 François de Rohan, comte de Rochefort et lui apporta Frontenay. La terre de Frontenay fut à nouveau érigée en duché sous le nom de Rohan-Rohan (pour le distinguer du titre de duc de Rohan, porté par la famille de Rohan-Chabot) en 1714 en faveur de leur fils Hercule-Mériadec de Rohan-Soubise

[5] L’abbaye Notre-Dame de Jouarre, fondée au 7ème siècle, est une abbaye bénédictine située sur la commune de Jouarre dans le département de Seine-et-Marne. Une communauté de moniales bénédictines l’anime de nos jours. Au moment du massacre de la Saint-Barthélemy, l’abbesse Charlotte de Bourbon-Vendôme convertie au protestantisme, s’en échappe dans une charrette de foin, et fuit vers l’Allemagne. Elle épouse Guillaume 1er d’Orange-Nassau. Au 17ème siècle, l’abbesse Jeanne de Bourbon construit une imposante église de style classique. L’Abbesse Jeanne de Lorraine amie personnelle de la reine Anne d’Autriche accueille fréquemment la souveraine à Jouarre.

[6] Marie-Sophie de Courcillon

[7] dans le 10ème arrondissement. Elle a été « la » rue du cristal, de la porcelaine et autre faïence du fait de la proximité de la gare de Paris-Est qui permettait l’acheminement des matières en provenance de la Lorraine notamment.