Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Démétrios Paléologue (fils de Manuel II)

Démétrios Paléologue (fils de Manuel II)

lundi 29 avril 2019, par ljallamion

Démétrios Paléologue (fils de Manuel II) (1407-1470)

Sceau de Démétrios PaléologueCinquième fils de l’empereur Manuel II et de Hélène Dragaš , nommé gouverneur de Lemnos [1], poste qu’il refusa avant de se réfugier à la cour de Sigismond de Hongrie.

Il revint à Constantinople en 1427 et reçut en apanage Selymbria [2]).

Dix ans plus tard et bien qu’il fut connu comme un opposant à l’Union, il accompagna son frère, Jean VIII au concile de Basel-Ferrera-Florence [3] qui avait pour but de réunir les Églises de Rome et de Constantinople.

En 1442 ou 1443, Jean VIII, qui se méfiait de Démétrios, décida de lui retirer son apanage trop près de Constantinople et de le donner à Constantin, envoyant Démétrios dans le Péloponnèse [4]. Pour se venger, Démétrios s’allia aux Turcs et ravagea les alentours de Constantinople. La paix rétablie, Jean VIII décida de confier Selymbria à Constantin, puis après avoir renvoyé celui-ci au Péloponnèse, à Théodore qui y demeura jusqu’à sa mort en 1448. Démétrios, en défaveur, ne reçut aucun apanage jusqu’à la mort de Théodore, alors qu’il reprit Selymbria.

À la mort de Jean VIII le 31 octobre 1448, il crut brièvement pouvoir accéder au trône, mais l’impératrice mère et son frère Thomas favorisèrent Constantin alors despote de Morée [5]. L’un de ses premiers gestes de celui-ci comme empereur fut de diviser le Péloponnèse en deux apanages, dirigé chacun par l’un de ses frères. Thomas recevant la partie ouest du Péloponnèse, Démétrios la partie est.

Dès leur installation, les deux frères ne cessèrent de se quereller, Démétrios cherchant systématiquement l’appui des Turcs. Ces querelles incessantes finirent par lasser le sultan Mehmet II déjà aux prises avec les forces albanaises dirigées par Skanderbeg et menacé par une nouvelle croisade annoncée par le pape.

Convoqué par le sultan, il dépêcha le frère de sa femme, Matthieu, à sa place. Outré, le sultan marcha sur Mistra [6]. Démétrios dut se rendre et, avec sa femme, aller vivre à Andrinople [7] alors que sa fille Hélène était envoyée au harem du sultan.

En 1467, Matthieu ayant été soupçonné de fraude, Démétrios fut exilé à Didymotique [8]. Pris de pitié, le sultan lui permit de revenir peu après à Andrinople où il se retira dans un monastère de même que son épouse. Il y mourut vers 1470.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Demetrios Palaiologos »

Notes

[1] Lemnos ou Límnos est une île grecque du nord-est de la mer Égée, située entre la péninsule du mont Athos à l’ouest, les îles de Thasos et Samothrace au nord, la Turquie (et l’île turque de Gökçeada/Ténédos) à l’est, Lesbos au sud-est, Agios Efstrátios et les Sporades au sud-ouest. Elle forme un dème (municipalité) et un district régional de la périphérie d’Égée-Septentrionale.

[2] aujourd’hui Silivri en Turquie le long de la mer de Marmara, à 67 kilomètres à l’ouest de Constantinople

[3] Le 17ème concile œcuménique de l’Église catholique commence à Bâle le 23 juillet 1431. Transféré par Eugène IV à Ferrare en 1437 puis à Florence en 1439, il se termine à Rome en 1441.

[4] Le Péloponnèse est une péninsule grecque, qui couvre 21 379 km². Elle a donné son nom à la périphérie du même nom qui couvre une part importante de la péninsule, regroupant cinq des sept nomes modernes qui la divisent. Seuls deux nomes (l’Achaïe et l’Élide) situés au nord-ouest de celle-ci sont rattachés à la périphérie de Grèce-Occidentale.

[5] Le despotat de Morée était une province de l’Empire byzantin, puis un État grec plus ou moins dépendant de cet Empire, État fondé au milieu du 14ème siècle dans la péninsule du Péloponnèse, ayant pour capitale la cité de Mistra près de l’ancienne Sparte. La taille de son territoire a varié au cours de son existence, mais a fini par inclure presque toute la péninsule. Le territoire était généralement dirigé par un ou plusieurs fils de l’empereur byzantin contemporain, voire à un membre de la famille impériale à qui on donnait le titre de despote. Son équivalent le plus proche est prince, un despotat correspondant donc à une principauté.

[6] La cité de Mistra ou Mystrás est une ancienne cité de Morée (Péloponnèse) fondée par les Francs au 13ème siècle, près de l’antique Sparte. Elle est aujourd’hui en ruines.

[7] Edirne (autrefois Andrinople ou Adrianople) est la préfecture de la province turque du même nom, limitrophe de la Bulgarie et de la Grèce. Elle est traversée par la Maritsa (Meriç en turc).

[8] Didymotique, est une ville de Thrace, située au nord-est de la Grèce dans le district régional (préfecture) de l’Évros. Le nom peut être romanisé de plusieurs façons et plusieurs graphies sont donc utilisées.