Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Shapur II ou Shapour dit Le Grand

Shapur II ou Shapour dit Le Grand

mercredi 6 juin 2018 (Date de rédaction antérieure : 17 août 2011).

Shapur II ou Shapour dit Le Grand

Empereur de la dynastie Sassanide en Perse de 309 à 379

Pendant son règne, l’Empire Sassanide [1] vit un second âge d’or après celui qui avait eu lieu pendant le règne de Shapur 1er.

Quand le roi Hormizd II mourut, les dirigeants persans tuèrent son fils aîné Adhur-Narseh, aveuglèrent le 2ème et emprisonnèrent le 3ème Hormizd, qui s’est ensuite enfuit à Byzance.

Le trône fut réservé pour le fils pas encore né d’une des femmes de Hormizd II, qui s’appellera Shapour. Le gouvernement fut exercé par sa mère et d’autres personnages haut placés de l’Empire. Quand il atteint l’âge de gouverner, il se révéla être un des plus grands rois de la dynastie. Il épousa une noble persane du nom de Sithil-Horak

En 337, juste avant la mort de l’Empereur Constantin 1er, il brisa le traité de paix conclu en 297 entre Narseh et l’Empereur Dioclétien, qui avait été respecté pendant 40 ans. Un conflit d’une durée de 26 ans commença alors en 2 séries de guerres, la 1ère ayant lieu de 337 à 350.

Il tenta alors de conquérir, avec des succès variés, les grandes forteresses de la Mésopotamie romaine, Singara [2], Nisibis [3] et Amida [4].

L’empereur romain Constance II était toujours vaincu sur le champ de bataille. Néanmoins, Shapur II ne faisait presque aucun progrès.

Le pouvoir militaire de son royaume n’était pas suffisant pour une occupation durable des territoires conquis. En même temps, il était attaqué à l’est par des tribus nomades, parmi lesquelles sont cités les Chionites [5]. Après une lutte prolongée de 353 à 358, ils furent forcés de conclure un traité de paix, et leur roi, Grumbates , accompagna Shapur II dans sa guerre contre les romains.

En 358, il fut prêt pour entamer la 2ème série des guerres contre Rome, qui connurent un succès plus grand. En 359, il conquit Amida après un siège de 73 jours, et il prit Singara et d’autres forteresses l’année suivante en 360.

En 363, l’empereur Julien, à la tête d’une forte armée, s’avança jusqu’à la capitale de Shapur, Ctésiphon [6] et bat une armée sassanide supérieure à la bataille de Ctésiphon, mais fut mortellement blessé au cours de sa retraite. Son successeur Jovien conclut une paix, par laquelle les districts du Tigre et Nisibis étaient donnés aux Perses, et les romains promirent de ne plus interférer en Arménie.

Il envahit alors l’Arménie, où il fit prisonnier le Roi Arshak II, fidèle allié des Romains, pour trahison et le fait ensuite mettre à mort. Il essaya ensuite d’introduire le zoroastrisme [7] en Arménie. Les nobles arméniens lui résistèrent avec succès, supportèrent secrètement les Romains, qui envoyèrent le roi Pap, fils d’Arshak II, en Arménie.

La guerre avec Rome menaçait d’éclater de nouveau, mais Valens sacrifia Pap, s’arrangeant pour le faire assassiner à Tarsus [8] où il avait trouvé refuge en 374. Shapur II avait amené des captifs en nombre depuis les territoires romains sous sa domination, dont la plupart s’installèrent en Susiane [9]. Il reconstruit Suse après avoir tué ses habitants rebelles.

À sa mort en 379, l’Empire Perse était plus fort qu’avant, considérablement plus grand qu’au moment où il accéda au trône, les ennemis orientaux étaient pacifiés et la Perse avait pris le contrôle de l’Arménie.

Il eut comme successeur son frère Ardachîr II vraisemblablement très âgé qui ne régnera que 4 ans avant de disparaître à son tour

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Encyclopédia.iranica/ /articles/shapur II/ Traduit par mes soins

Notes

[1] Les Sassanides règnent sur le Grand Iran de 224 jusqu’à l’invasion musulmane des Arabes en 651. Cette période constitue un âge d’or pour la région, tant sur le plan artistique que politique et religieux. Avec l’Empire romano byzantin, cet empire a été l’une des grandes puissances en Asie occidentale pendant plus de quatre cents ans. Fondée par Ardashir (Ardéchir), qui met en déroute Artaban V, le dernier roi parthe (arsacide), elle prend fin lors de la défaite du dernier roi des rois (empereur) Yazdgard III. Ce dernier, après quatorze ans de lutte, ne parvient pas à enrayer la progression du califat arabe, le premier des empires islamiques. Le territoire de l’Empire sassanide englobe alors la totalité de l’Iran actuel, l’Irak, l’Arménie d’aujourd’hui ainsi que le Caucase sud (Transcaucasie), y compris le Daghestan du sud, l’Asie centrale du sud-ouest, l’Afghanistan occidental, des fragments de la Turquie (Anatolie) et de la Syrie d’aujourd’hui, une partie de la côte de la péninsule arabe, la région du golfe persique et des fragments du Pakistan occidental. Les Sassanides appelaient leur empire Eranshahr, « l’Empire iranien », ou Empire des Aryens.

[2] Singara était un poste fortement fortifié à l’extrémité nord de la Mésopotamie, qui pendant un certain temps, comme il ressort de nombreuses pièces de monnaie retrouvée à notre époque, a été occupée par les Romains comme une colonie avancée contre les Perses. C’était le camp de la 1ère Légion "Parthica".

[3] Nusaybin ou Nisibe est une ville du sud-est du Kurdistan située dans la province de Mardin, à la frontière turco syrienne. Elle est un haut lieu de l’histoire du christianisme de langue syriaque.

[4] Diyarbakir

[5] Les Kidarites s’installèrent dans le nord du Pendjab, au sud de l’Hindoukouch, dans la région de Kaboul Gandhara. On date leur arrivée entre 380 et 430. Ces résidus de l’Empire kouchan furent finalement balayés au 5ème siècle par les invasions des Huns blancs, et plus tard par expansion de l’islam.

[6] Ctésiphon est une ancienne ville parthe, située face à Séleucie du Tigre, sur la rive gauche du Tigre, à 30 km au sud-est de la ville actuelle de Bagdad, en Irak. La ville s’étendait sur 30 km².

[7] Le zoroastrisme est une religion monothéiste dont Ahura Mazdâ est le seul responsable de la mise en ordre du chaos initial, le créateur du ciel et de la Terre. Le zoroastrisme est une réforme du mazdéisme, réforme prophétisée par Zarathoustra, dont le nom a été transcrit Zoroastre par les Grecs. Cette réforme, fondée au cours du 1er millénaire av. jc dans l’actuel Kurdistan iranien (Iran occidental), est devenue la religion officielle des Iraniens sous la dynastie des Sassanides (224-651), jusqu’à ce que l’islam arrive, même si cette religion a réussi à se fondre dans le patrimoine culturel iranien. En effet, les Iraniens indépendamment de leur religion, accordent beaucoup d’importance aux fêtes zoroastriennes.

[8] Tarse ou Tarsus est une ville de Cilicie, en Turquie. Elle est située sur la rivière Tarsus. À l’origine, Tarse était un port maritime important. Aujourd’hui, ce port se trouve à une quinzaine de kilomètres à l’intérieur des terres, à cause d’un envasement important.

[9] Suse ou Chouchan dans la Bible est une ancienne cité de l’Iran située dans le sud-ouest de ce pays à environ 140 km à l’est du fleuve Tigre. Habitée dès la fin du 5ème millénaire av. jc, elle fut durant la haute Antiquité une des principales villes de la civilisation élamite, puis aux 5ème/5ème siècle av. jc la capitale de l’Empire perse achéménide, et resta peuplée jusqu’au 15ème siècle de notre ère au moins. La petite ville iranienne de Shush qui se trouve à proximité, a pris sa continuité depuis le milieu du 20ème siècle.