Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Gilbert de Gand

jeudi 28 février 2019, par ljallamion

Gilbert de Gand (vers 1123-1155/1156)

Comte de Lincoln-Lord de Folkingham et de Hunmanby

La bataille de Lincoln.Il fut un partisan du roi Étienne d’Angleterre dans la guerre civile pour le trône d’Angleterre, qui l’opposait à Mathilde l’Emperesse.

Fils de Gautier de Gand et de Maud de Bretagne, fille de Étienne 1er de Penthièvre. Il est donc un cousin germain d’Alain le Noir.

Il est élevé au prieuré de Bridlington [1], qu’avait fondé son père.

Bien que jeune chevalier, il combat pour le roi Étienne à la bataille de Lincoln [2] en 1141, face à Robert comte de Gloucester, Ranulf de Gernon , comte de Chester [3] et Guillaume de Roumare , comte de Lincoln [4].

Il y est fait prisonnier par Ranulf, qui le force à épouser sa nièce Rohaise, fille de Richard de Clare.

Vers 1143, il combat avec Ranulf contre Guillaume le Gros, comte de York [5]. Ce dernier s’empare du prieuré familial de Bridlington [6] et le fortifie. Dans les années 1140, il est aussi en conflit avec Henri de Lacy, lord de Pontefract. Durant les combats, il abîme sérieusement le prieuré de Pontefract, et pour cela, il est excommunié temporairement. Ce conflit avait probablement pour origine la rétention par sa sœur Alice de Gand des terres de son mari défunt Ilbert de Lacy.

Entre octobre 1149 et 1150, il est créé comte de Lincoln, en concurrence avec Guillaume de Roumare, et reçoit la charge de connétable royal. Cette nomination provoque un conflit ouvert avec l’autre comte de Lincoln, qui est aidé par les comtes de Chester et York.

Durant cette guerre, le fils et héritier de Roumare est tué en 1151, Gilbert de Gand s’empare du château de Bytham appartenant à Guillaume le Gros, et son château de Hunmanby est détruit.

Entre 1153 et 1154, il semble perdre officiellement son titre de comte, mais continue quand même à se faire désigner comte de Lincoln.

Il fonde l’abbaye de Rufford dans le Nottinghamshire [7] vers 1147, et est aussi un bienfaiteur de nombreuses autres abbayes, dont celle de Rievaulx [8] et de prieurés.

Peu avant sa mort en 1155/1156, il devient chanoine au prieuré de Bridlington où il est inhumé.

Sa fille mineure Alice lui succède. Elle épouse Simon III de Senlis, comte de Northampton [9] et Huntingdon [10].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Paul Dalton, « Gant, Gilbert de, earl of Lincoln (c.1123–1155/6) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, Sept 2004

Notes

[1] Yorkshire

[2] La bataille de Lincoln ou première bataille de Lincoln se déroule le 2 février 1141. Cet événement est un épisode important d’une période sombre de l’Histoire de l’Angleterre, la guerre civile entre Étienne d’Angleterre et Mathilde l’Emperesse. À l’issue de cette bataille, le roi Étienne est capturé, puis emprisonné et déposé.

[3] Le comté de Chester fut l’un des plus puissants comtés de l’Angleterre médiévale. Le Cheshire appartenait aux comtes de Chester, ainsi que l’honneur de Chester, formé de terres et de places dans toute l’Angleterre. En 1237, après la mort de John le Scot, le titre est racheté aux sœurs de Ranulf de Blondeville, gendre de Conan IV de Bretagne, par le roi Henri III, qui le donna à son fils Édouard. Depuis 1301, le titre est généralement donné à l’héritier désigné du trône d’Angleterre. Depuis 1399, il est donné conjointement avec le titre de prince de Galles.

[4] En 1139, Étienne d’Angleterre créa le titre de comte de Lincoln pour Guillaume d’Aubigny. Cela offensa profondément, Guillaume de Roumare et son demi-frère Ranulph de Gernon, comte de Chester qui par leur mère, avaient hérité de vastes terres et de bâtiments dans ce comté. En décembre 1140, ces deux derniers prirent le château de Lincoln par la ruse, et le roi Étienne accorda le titre de comte à Guillaume de Roumare. Deux mois plus tard eu lieu la bataille de Lincoln dans laquelle le roi fut capturé. À sa libération, il confirma malgré tout le titre à Roumare. Les fréquents revirements d’alliance de son demi-frère Ranulf de Gernon, le puissant comte de Chester provoquèrent des reprises du titre par le roi en représailles. C’est pourquoi Guillaume d’Aubigny, comte d’Arundel est parfois mentionné comme comte de Lincoln dans certaines chartes.

[5] York est une ville du nord de l’Angleterre. Située à la confluence de deux rivières, l’Ouse et la Foss, elle donne son nom au comté du Yorkshire. Fondée par les Romains sous le nom d’Eboracum, elle est l’une des villes majeures du royaume anglo-saxon de Northumbrie, puis la capitale du royaume viking de Jórvík. Elle est également le siège d’un archevêché de l’Église d’Angleterre. Après l’arrivée des Anglo-Saxons, York devint l’une des principales villes du royaume de Northumbrie sous le nom vieil anglais Eoforwic. Le roi Edwin y fut baptisé en 627. Elle devint le siège d’un évêché, puis d’un archevêché en 735. Tombée aux mains de la Grande Armée en 866, elle fut la capitale d’un royaume viking de 876 à 954 sous le nom de Jórvík, date de sa conquête définitive par le royaume d’Angleterre. Le 20 septembre 1066, Harald Hardrada s’empara de la ville, mais fut tué cinq jours plus tard par le roi Harold Godwinson à la bataille de Stamford Bridge, vainqueur qui devait périr à son tour à la bataille de Hastings peu de temps après. En 1190, Richard de Malbis et d’autres nobles d’York qui envisageaient de se joindre à Richard dans la troisième croisade profitèrent d’un incendie qui avait éclaté en ville pour faire courir une rumeur contre les Juifs. Les maisons de Benoît et Joce furent attaquées et ce dernier obtint la permission du gardien du château d’York d’y évacuer sa famille et l’ensemble des Juifs, probablement dans la tour de Clifford. Assaillis par la foule, les Juifs prirent peur et ne laissèrent pas rentrer le gardien qui avait quitté la tour. Il en appela au shérif, qui fit venir la milice du Comté. La tour de Clifford fut assiégée plusieurs jours. Un moine fit la cérémonie de sacrement chaque matin autour des murs comme pour sacraliser la lutte. Il fut écrasé d’une pierre jetée par les Juifs assiégés ; la colère de la foule devint alors une folie forcenée. Quand les Juifs de la tour de Clifford virent qu’ils n’avaient aucune alternative autre que de se soumettre au baptême ou périr aux mains de la foule, Yom-Tob ben Isaac de Joigny, tossafiste français et nouveau chef de la communauté, les exhorta à se tuer eux-mêmes plutôt que de succomber à la cruauté de leurs ennemis. Ceux qui étaient en désaccord furent autorisés à se retirer. Les autres se donnèrent la mort, après avoir mis le feu à leurs vêtements et marchandises pour éviter que ceux-ci ne tombent dans les mains de la foule.

[6] Bridlington est une ville côtière et station balnéaire du Yorkshire de l’Est, dans le nord de l’Angleterre.

[7] Le Nottinghamshire est un comté d’Angleterre situé dans les Midlands de l’est. Il est bordé au nord-ouest par le Yorkshire du Sud, à l’est par le Lincolnshire, au sud par le Leicestershire et à l’ouest par le Derbyshire. Son chef-lieu traditionnel est Nottingham, bien que le siège du comté (county council) soit situé à West Bridgford dans le district (borough) de Rushcliffe, près de Nottingham, de l’autre côté de la Trent.

[8] L’abbaye de Rievaulx est une ancienne abbaye cistercienne située dans le village de Rievaulx, près de Helmsley dans le Yorkshire du Nord en Angleterre.

[9] Le titre de comte de Northampton fut créé pour la première fois dans la pairie d’Angleterre en 1070, par Guillaume le Conquérant pour le comte Waltheof. Ce dernier était déjà comte de Northampton avant la conquête normande, car il était comte de Huntingdon.

[10] Comte de Huntingdon est un titre de noblesse créé plusieurs fois dans la pairie d’Angleterre. Le comte ne possède aucun titre subsidiaire, mais son fils aîné utilise le titre inventé de vicomte Hastings. Le siège familial de la présente lignée est à Hodcott House, près de West Ilsley dans le Berkshire.