Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Procope l’Usurpateur

Procope l’Usurpateur

samedi 11 novembre 2017 (Date de rédaction antérieure : 17 août 2011).

Procope l’Usurpateur (326-366)

Né en Cilicie [1], cousin de l’empereur Julien. Membre de la dynastie des Constantiniens [2] il essaya de ravir le titre d’empereur romain à Valens. Il soutenait également la cause du paganisme, puisque, avec son cousin, il fréquentait à Carrhes [3] le temple de Sin [4]. En 363, il prit part à la campagne de Julien contre les Sassanides [5] où on le chargea de poster 30 000 hommes à travers l’Arménie, puis de revenir

Julien étant mort durant cette expédition, des rumeurs circulèrent, prétendant qu’il avait désigné Procope comme successeur. Cependant Jovien fut élu par l’armée. Il fuit alors à Chalcédoine [6] pour sauver sa vie avant que le sénateur Strategius ne réagisse. Jovien étant mort à son tour, le pouvoir fut confié à Valentinien 1er qui le partagea avec Valens.

Il se proclama empereur le 28 septembre 365 et contrôla rapidement les provinces de Thrace [7] et de Bithynie [8].

Valens négocia avec les généraux de l’armée rebelle et, le mois suivant, parvint à gagner leur allégeance. Les forces de Procope furent défaites à la bataille de Thyatire [9]. Il parvint à s’enfuir mais il fut livré par 2 de ses suivants. Valens le fit décapiter le 27 mai 366.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de empereurs-romains.net/ Procope

Notes

[1] La Cilicie est une ancienne province romaine située dans la moitié orientale du sud de l’Asie Mineure en Turquie. Elle était bordée au nord par la Cappadoce et la Lycaonie, à l’est par la Pisidie et la Pamphylie, au sud par la Méditerranée et au sud-est par la Syrie. Elle correspond approximativement aujourd’hui à la province d’Adana : région comprise entre les monts Taurus, les monts Amanos et la Méditerranée. Vers 27, sous l’empereur Tibère, la Cilicie est rattachée à la province de Syrie. Certaines parties de la région restent néanmoins dirigée par des souverains locaux jusqu’à l’annexion complète par Vespasien en 74. La province est suffisamment importante pour qu’un proconsul y soit nommé.

[2] La dynastie constantinienne est ainsi nommée d’après Constantin 1er, qui n’est pourtant pas le premier de cette famille à avoir régné. Le premier empereur de la dynastie, Constance Chlore, s’appelait Flavius Valerius Constantius. Son nom de famille ou gentilice Flavius explique que les membres de la dynastie constantinienne aient parfois été qualifiés de seconds Flaviens. Elle a prétendu descendre de l’empereur du 3ème siècle Claude le Gothique et, succédant à la Tétrarchie, elle a dirigé l’Empire romain pendant la première moitié du 4ème siècle.

[3] Harran ou Carrhes est une ville et un district de Turquie, au sud-est de la Turquie actuelle, au croisement des routes de Damas, de Karkemich et de Ninive. C’est également un site archéologique

[4] le dieu-Lune

[5] Les Sassanides règnent sur le Grand Iran de 224 jusqu’à l’invasion musulmane des Arabes en 651. Cette période constitue un âge d’or pour la région, tant sur le plan artistique que politique et religieux. Avec l’Empire romano byzantin, cet empire a été l’une des grandes puissances en Asie occidentale pendant plus de quatre cents ans. Fondée par Ardashir (Ardéchir), qui met en déroute Artaban V, le dernier roi parthe (arsacide), elle prend fin lors de la défaite du dernier roi des rois (empereur) Yazdgard III. Ce dernier, après quatorze ans de lutte, ne parvient pas à enrayer la progression du califat arabe, le premier des empires islamiques. Le territoire de l’Empire sassanide englobe alors la totalité de l’Iran actuel, l’Irak, l’Arménie d’aujourd’hui ainsi que le Caucase sud (Transcaucasie), y compris le Daghestan du sud, l’Asie centrale du sud-ouest, l’Afghanistan occidental, des fragments de la Turquie (Anatolie) et de la Syrie d’aujourd’hui, une partie de la côte de la péninsule arabe, la région du golfe persique et des fragments du Pakistan occidental. Les Sassanides appelaient leur empire Eranshahr, « l’Empire iranien », ou Empire des Aryens.

[6] Chalcédoine est une cité grecque de Bithynie (actuellement en Turquie), située sur l’entrée orientale du Pont-Euxin, face à Byzance et au sud de Chrysopolis (actuellement Üsküdar). La ville turque de Kadıköy est aujourd’hui située sur l’emplacement de Chalcédoine, dans le prolongement d’Üsküdar. Au 2ème siècle av. jc, elle tombe sous la coupe du royaume de Bithynie et en 145, ses habitants sont contraints de partir pour Nicomédie. La ville revient à l’Empire romain après qu’Attale III, roi de Pergame lui lègue son royaume en 133 av. jc. Elle fait partie, avec le reste du royaume de Bithynie, du legs de Nicomède IV à l’Empire romain en 74 av. jc. Elle subit l’invasion de Mithridate VI, qui est ensuite chassé par Lucullus. De nouveau dans le giron de l’Empire romain, elle redevient une ville libre.

[7] La Thrace désigne une région de la péninsule balkanique partagée entre la Grèce, la Bulgarie et la Turquie ; elle doit son nom aux Thraces, la peuplade qui occupait la région dans l’Antiquité. Au 21ème siècle, la Thrace fait partie, à l’ouest, de la Grèce, Thrace occidentale, au nord, de la Bulgarie et, à l’est, de la Turquie, Thrace orientale.

[8] La Bithynie est un ancien royaume au nord-ouest de l’Asie Mineure, actuellement situé en Turquie. Située au bord du Pont-Euxin, elle était limitée par la Paphlagonie à l’est, la Galatie et la Phrygie au sud, la Propontide et la Mysie à l’ouest. Les Bithyniens sont, selon Hérodote et Xénophon, d’origine thrace. Ils forment d’abord un État indépendant avant d’être annexés par Crésus, qui ajoute leur territoire à la Lydie. Ils passent ensuite sous domination perse, où la Bithynie est incluse dans la satrapie de Phrygie. Mais dès avant Alexandre le Grand, la Bithynie retrouve son indépendance. Nicomède 1er est le premier à se proclamer roi. Durant son long règne de 278 à 243av jc, le royaume connaît la prospérité et jouit d’une position respectée parmi les petits royaumes d’Asie Mineure. Cependant, le dernier roi, Nicomède IV, échoue à contenir le roi Mithridate VI du Pont. Restauré sur le trône par l’Empire romain, il lègue par testament son royaume à Rome en 74 av jc. La Bithynie devient alors province romaine. Sous Auguste elle devient province sénatoriale en 27av jc puis province impériale en 135.

[9] Thyateira est le nom antique de la ville turque contemporaine d’Akhisar. Dans l’Antiquité, la ville se tenait à la frontière entre la Lydie et la Mysie. Elle était renommée pour son activité de teinturerie, comme l’attestent un passage des Actes des Apôtres et des inscriptions relatives à la corporation des teinturiers.