Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > L’Histoire du 4ème siècle

L’Histoire du 4ème siècle

mardi 21 août 2012

L’Histoire du 4ème siècle

Papyrus Copte du 4ème siècle

En 325, tandis que le christianisme commence à étendre son emprise sur l’empire romain, l’empereur ne veut pas que des querelles théologiques divisent les fidèles et affaiblissent la cohésion de l’empire. En effet, vers 320, un prêtre d’Alexandrie nommé Arius s’est mis à prêcher une doctrine Hétérodoxe [1]. Il met en cause l’un des fondements de la religion chrétienne, à savoir l’union indivisible de trois personnes en une seule au sein de la Trinité.

L’évêque d’Alexandrie, Athanase, s’élève contre Arius. Il est excommunié par l’évêque mais n’en continue pas moins sa prédication.

L’empereur Constantin 1er craint un schisme au sein de la nouvelle religion dominante qui mettrait à mal l’unité de l’empire. Pour l’éviter, il convoque un concile à Nicée le 20 mai 325. Il donne lieu à des affrontements de très haute tenue philosophique entre Orientaux (Grecs) et Occidentaux (Latins). Comme les Romains forment la majorité au concile, c’est à eux que l’empereur accorde la victoire. Il ordonne l’exil d’Arius en Illyrie. La défaite de l’arianisme n’est pas définitive. Constantin lui-même se fait baptiser par l’évêque arien Eusèbe de Nicomédie sur son lit de mort, en 337. Ses successeurs Constance et Valens se rallient à la doctrine d’Arius de même que la plupart des Barbares implantés dans l’empire romain.

La doctrine du concile de Nicée triomphe pour sa part dans les populations romanisées de l’Occident romain, sous l’impulsion de Hilaire de Poitiers. C’est seulement en 380, au concile de Constantinople, que l’empereur Théodose établit le catholicisme comme religion d’État.

C’est le 11 mai 330 que Constantinople devient officiellement la nouvelle capitale de l’empire romain, en remplacement de Rome.

L’empire romain avait atteint ses plus grandes dimensions au siècle précédent. Il était devenu ingouvernable et résistait mal à la pression des Barbares. En 293, l’empereur Dioclétien déplaça le siège du gouvernement dans 4 villes proches des frontières les plus exposées, Milan, Nicomédie, Sirmium et Trèves. Il instaura un gouvernement collégial pour mieux tenir les frontières mais sa tentative fit long feu.

Son successeur Constantin s’établit à Nicomédie, sur les bords du Bosphore, après avoir rétabli à son profit l’unité de l’empire. Il chercha un site propice à une nouvelle capitale et en 324, jeta son dévolu sur la ville de Byzance. Le choix était judicieux. Byzance avait été fondée 1000 ans plus tôt, en 667 avant notre ère, par des colons venus de Mégare, sur les détroits qui séparent l’Europe de l’Asie. L’empereur donna son propre nom à la nouvelle capitale, Constantinopolis ou Constantinople. Elle surplombe la mer de Marmara et le Bosphore et commande les passages entre l’Europe et l’Asie. Elle est également proche des frontières du Danube et de l’Euphrate.

Constantinople naît à l’époque où le christianisme s’impose dans l’empire romain et, à la différence de Rome, elle sera dépourvue de temples païens et presque exclusivement chrétienne. Les habitants reçurent les mêmes privilèges que les Romains, notamment l’exemption de l’impôt et les distributions gratuites de froment. Un Sénat fut constitué à l’image du Sénat romain. Des patriciens romains et grecs bénéficiaient de palais. Constantin lui-même résida dans la nouvelle capitale jusqu’à sa mort en 337.

En 395, avec la scission de l’empire romain entre un empire d’Orient et un empire d’Occident, elle devint la capitale de l’Orient.

Notes

[1] Qui s écarte, sur certains points, de la doctrine reçue