Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 8ème siècle > Abû al-Walîd “ar-Razî” Hichâm ben `Abd ar-Rahmân dit Hicham 1er

Abû al-Walîd “ar-Razî” Hichâm ben `Abd ar-Rahmân dit Hicham 1er

dimanche 20 août 2017

Abû al-Walîd “ar-Razî” Hichâm ben `Abd ar-Rahmân dit Hicham 1er (757-796)

Fils d’Abd el-Rahmann 1er fondateur de la dynastie des émirs omeyyades de Cordoue [1]. Il succède à son père en 788.

Selon une légende Abd al-Rahman 1er aurait hésité entre ses deux fils Suleiman et Hisham pour désigner son successeur. Après une discrète enquête, il aurait rejeté Suleiman, entouré de flatteurs et de débauchés, pour choisir Hisham, beaucoup mieux entouré. Que cette légende soit véridique ou non, il est certain que Suleiman n’accepta pas d’être écarté du trône et se révolta dès l’avènement d’Hicham 1er.

La rencontre entre les deux armées eut lieu près de Jaén [2] et Suleiman, battu, se replia à Tolède [3], d’où Hicham le délogea, l’exilant en Afrique du Nord. Ce fut la seule révolte d’importance de son règne.

Hicham profita du calme intérieur pour lancer plusieurs guerres saintes contre les chrétiens : en 791 contre le roi Bermude 1er des Asturies , qu’il bat à Burbia [4]. En 793 contre le duc franc Guillaume de Gellone, qu’il bat sur les rives de l’Orbieu [5] près de Narbonne. En 794, en 795 et en 796, par plusieurs expéditions de pillage dans le royaume des Asturies [6].

Ce sont en fait des actions de guérilla où chacun cherche à épuiser économiquement son adversaire, et à rapporter du butin.

Durant son règne, les musulmans andalous adoptèrent le malékisme [7].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de André Clot, L’Espagne musulmane (viiie xve siècle), Paris, Perrin,‎ 1999 (réimpr. 1999), (ISBN 2-262-01425-6)

Notes

[1] Les Omeyyades d’Espagne, ou Omeyyades de Cordoue sont d’abord à la tête d’un émirat en 756 dans al-Andalus, puis fondent une dynastie califale en 929. Le dernier calife de cette dynastie qui régna à Cordoue, Hicham III, fut déposé en 1031.

[2] Jaén est une ville espagnole ainsi qu’un municipio, capitale de la province du même nom au nord-est de l’Andalousie. La ville de Jaén se dresse au pied de la Colline Sainte-Catherine, et reste très marquée par l’urbanisme médiéval : placettes et ruelles au tracé irrégulier s’adaptant au caractère fortement pentu du site définissent l’aspect du centre historique. La cité est d’ailleurs dominée par la silhouette de la forteresse médiévale fondé par Mohammed ben Nazar bâtie au sommet de la colline. Jaén se situe par ailleurs au sein d’une région aux terres fertiles, traversées par le fleuve Guadalquivir.

[3] Tolède est une ville qui se trouve dans le centre de l’Espagne, capitale de la province du même nom et de la communauté autonome de Castille-La Manche. Lors des Grandes invasions du 5ème siècle qui ravagèrent un Empire romain d’Occident déclinant, Tolède est pillée à plusieurs reprises par les Barbares (Vandales, Suèves et Alains) qui ont envahi la péninsule Ibérique à partir de l’an 409. À partir du milieu du 6ème siècle, Tolède devient la capitale des Wisigoths, devenus les nouveaux maîtres d’une grande partie de la péninsule. Au début du 8ème siècle, lors de la conquête musulmane de l’Espagne, le dernier souverain wisigoth, Rodrigue, est battu par le conquérant arabe Tariq ibn Ziyad à la bataille de Guadalete en 711. Tolède tombe aux mains des musulmans en 712. À partir de là, la ville fait partie du Califat omeyyade, puis de l’Émirat de Cordoue (755–929), et enfin du Califat de Cordoue. Le 25 mai 1085, en pleine Reconquista, les chrétiens dirigés par le roi Alphonse VI de Castille reprennent Tolède aux musulmans.

[4] La bataille de Burbia s’est déroulée près de la rivière Burbia, dans le Bierzo en 791, peut-être sur le territoire actuel de Villafranca del Bierzo.

[5] L’Orbieu est une rivière française qui coule dans le département de l’Aude, affluent droit de l’Aude. Guillaume de Gellone est vaincu en 793 sur les rives de l’Orbieu près de Narbonne face à une armée maure. Cet épisode donnera naissance à la Chanson de Guillaume.

[6] Le royaume des Asturies fut la première entité politique chrétienne établie sur la Péninsule Ibérique après la chute du Royaume wisigoth (qui suivit la mort du Roi Rodrigue à la Bataille de Guadalete) et la Conquête musulmane de l’Hispanie. Le royaume perdura de 718 à 925, lorsque Fruela II accéda au trône du Royaume de León.

[7] Le malikisme ou malékisme est l’une des quatre madhhab, écoles classiques du droit musulman sunnite. Il est fondé sur l’enseignement de l’imam Mālik ibn Anas, théologien et législateur qui naquit à Médine. Cette école est majoritaire en Afrique du Nord et Afrique de l’Ouest ; on la retrouve par ailleurs en Égypte, au Soudan et dans certains pays du golfe Persique (Koweït, Émirats arabes unis, Qatar, Bahreïn). Suivie par environ 20 % des musulmans, c’est la troisième école en nombre de pratiquants ; en France, elle est la première.