Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 18ème siècle en France > Personnages du 18ème siècle > Sophie-Dorothée de Brunswick-Lunebourg ou Sophie-Dorothée de Brunswick-Zelle

Sophie-Dorothée de Brunswick-Lunebourg ou Sophie-Dorothée de Brunswick-Zelle

mardi 25 juillet 2017, par ljallamion

Sophie-Dorothée de Brunswick-Lunebourg ou Sophie-Dorothée de Brunswick-Zelle (1666-1726)

Sophie Dorothée de Brunswick Lunebourg princesse de Hanovre, avec ses enfants Georg (le roi George II de Grande-Bretagne) et Sophie Dorothée (la reine Sophie Dorothée de Prusse)Fille et héritière de Georges-Guillaume de Brunswick-Lunebourg , chevalier de l’ordre de la Jarretière [1] et d’ Éléonore Desmier d’Olbreuse .

Elle se marie le 21 novembre 1682 à Celle [2] avec le prince George de Hanovre, alors héritier de l’électorat.

Depuis l’enfance, elle est éprise du colonel de dragons suédois Philippe-Christophe de Kœnigsmark , et une fois mariée, elle poursuit une correspondance enflammée avec lui.

Les amants sont découverts le 1er juillet 1694 et, tandis que Kœnigsmark est aussitôt assassiné à Hanovre dans des conditions demeurées inconnues pour tentative d’enlèvement de la princesse, le futur George 1er fait interner à vie son épouse au château-forteresse d’Ahlden [3] où elle demeure durant 32 ans jusqu’à sa mort. Le divorce est prononcé par le consistoire de Hanovre le 28 décembre 1694.

En 1714, son ex-époux accède au trône de Grande-Bretagne sous le nom de George 1er.

Elle meurt en captivité le 2 novembre 1726 à 23 heures au château d’Ahlden.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Sagas, Les Hanovre de Philippe Delorme

Notes

[1] Le très noble ordre de la Jarretière est le plus élevé des ordres de chevalerie britanniques, fondé le 23 avril 1348 le jour de la Saint Georges, en pleine guerre de Cent Ans, par le roi Édouard III. Cet ordre de chevalerie, le plus ancien qui subsiste encore au 21ème siècle, rassemblait autour du souverain 25 chevaliers, membres à part entière. Les hommes sont appelés « chevaliers compagnons ». Des femmes ont été associées à l’ordre, mais n’ont jamais été membres avant le règne d’Édouard VII. Elles sont alors nommées « dames de la Jarretière ».

[2] Celle est une ville de Basse-Saxe (Allemagne), à 40 km au Nord-Est de Hanovre. Elle est connue dans la région pour son centre-ville pittoresque (nombreuses maisons à colombages restaurées), son château et ses commerces et connue internationalement pour son haras national. Elle est l’ancienne résidence des ducs de Brunswick-Lunebourg, et a donné son nom à plusieurs branches de cette maison. Un traité y fut conclu en 1679 entre la France et la Suède d’une part, et les ducs de Brunswick et de Wolfenbüttel de l’autre : ce traité complétait celui de Nimègue. Après la révocation de l’édit de Nantes, en France en 1685, de nombreux réfugiés huguenots s’installèrent à Celle où existe encore une Église française réformée. La reine du Danemark, Caroline Mathilde vécut au château de Celle de 1772 à sa mort en 1775, après son bannissement du royaume et sa répudiation.

[3] Le château d’Ahlden est un château situé dans la commune d’Ahlden, dans le Land de Basse-Saxe en Allemagne. Il a été le lieu de bannissement de la princesse Sophie-Dorothée de Brunswick-Lunebourg, l’épouse du futur roi d’Angleterre, George 1er pendant 32 ans. Elle y meurt, toujours en captivité, le 2 novembre 1726 à 23 heures.