Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Ferry II de Vaudémont ou Ferry II de Lorraine

Ferry II de Vaudémont ou Ferry II de Lorraine

mercredi 19 juillet 2017, par ljallamion

Ferry II de Vaudémont ou Ferry II de Lorraine (vers 1417-1470)

Comte de Vaudémont et sire de Joinville de 1458 à 1470

Armoirie des comtes de Lorraine-VaudémontFils d’Antoine de Lorraine, comte de Vaudémont [1] et sire de Joinville [2] et de Marie d’Harcourt, comtesse d’Aumale [3] et baronne d’Elbeuf [4].

Il épousa à Nancy en 1445 sa cousine Yolande d’Anjou fille de René 1er d’Anjou, roi de Naples, duc d’Anjou, de Bar et de Lorraine, comte de Provence, et d’Isabelle, duchesse de Lorraine. Cette union fut bénie par l’évêque de Toul, Louis d’Haraucourt , en la collégiale Saint-Georges de Nancy [5]. Ce mariage mettait fin au litige qui existait entre les pères des deux époux, à propos de la succession du duché de Lorraine.

Son beau-père le comblera d’honneurs et, en 1453, il commande les troupes que celui-ci envoie au dauphin Louis pour l’aider à combattre le duc de Savoie Louis 1er de Savoie .

En 1456 René lui confie le gouvernement du duché de Bar [6], puis en 1459 la charge honorifique de lieutenant général de Sicile.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Georges Poull, La Maison ducale de Lorraine, Nancy, Presses Universitaires de Nancy,‎ 1991

Notes

[1] Le comté de Vaudémont fut donné à Gérard 1er de Vaudémont en 1070, afin que celui-ci favorise la succession de son frère Thierry II au duché de Lorraine. Les comtes de Vaudémont furent des vassaux des ducs de Lorraine.

[2] Joinville est une commune française située dans le département de la Haute-Marne. Au Moyen Âge, il était le siège d’une importante seigneurie dans le comté de Champagne. Son château fort médiéval , qui a donné aux membres de la maison de Guise leur titre de prince de Joinville , a été démoli pendant la Révolution de 1789.

[3] En 1194, Philippe II Auguste, roi de France, confisque Aumale à Guillaume des Forts. Il confie le comté en 1204 à Renaud de Dammartin, ancien comte de Boulogne. Le système de pairie d’Angleterre continuera à attribuer des titres de comte et duc liés à Aumale, mais en utilisant sa forme latine : Albemarle. Les « honneurs d’Aumale », un ensemble de terres dans le Yorkshire anciennement associé au titre normand, constituera le fief des comtes et ducs anglais.

[4] Elbeuf fut érigée en comté par Philippe VI en 1338 pour Jean IV d’Harcourt ; elle échut à la maison de Lorraine, et fut dès lors érigée en marquisat : René II d’Elbeuf, fils de Claude de Lorraine, duc de Guise, prit le 1er le titre de marquis d’Elbeuf et fut la tige de cette nouvelle maison : il mourut en 1566. Le marquisat fut érigé en duché-pairie pour son fils Charles 1er de Lorraine en 1582. Le fils de celui-ci, Charles II, épousa en 1619 une fille légitimée de Henri IV et de Gabrielle d’Estrées, et prit part à des intrigues qui le firent disgracier.

[5] Construite en 1339, elle reçoit le statut de nécropole dynastique des ducs de Lorraine. Charles le Téméraire y est inhumé après la bataille de Nancy dans un tombeau commandé à Jean Crocq (sculpteur) : son corps y reste jusqu’en 1550 avant d’être transféré à l’église Notre-Dame de Bruges à la demande Marie de Habsbourg, gouvernante des Pays-Bas.

[6] Relevant à la fois du Saint Empire romain germanique mais aussi du domaine royal de France (partie du duché située à l’ouest de la Meuse), le comté, puis duché de Bar, fut formé au 10ème siècle par Ferry d’Ardennes, frère de l’évêque de Metz Adalbéron. Il fut annexé par la France en 1766. Ses villes principales étaient Bar-le-Duc, la capitale, Pont-à-Mousson sur la Moselle, au pied du château de Mousson, Briey et Longwy. Ses frontières bordaient le comté de Champagne, la principauté épiscopale de Verdun, le comté puis duché de Luxembourg, la principauté épiscopale de Metz, le duché de Lorraine et la principauté épiscopale de Toul.