Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Shapur III ou Châhpûhr dit Sapor III

Shapur III ou Châhpûhr dit Sapor III

lundi 8 août 2016

Shapur III ou Châhpûhr dit Sapor III

Roi sassanide de Perse ayant régné de 383 à 388

Selon Agathias le Scholastique , il est le fils du roi Ardachîr II et père de Vahram IV. Selon plusieurs auteurs modernes qui s’appuient sur les historiens orientaux dont Al-Mas’ûdî , il est fils de Shapur II. Cependant, Touraj Daryaee le mentionne dans un même ouvrage tantôt comme un fils d’Ardachîr II, tantôt comme un fils de Shapur II.

Durant son règne, la Perse demeure en paix avec l’Empire romain. Les relations avec Théodose sont pacifiques depuis 379 et un traité est conclu en 384 qui abandonne une grande partie de l’Arménie aux Sassanides ; la ligne de démarcation entre les deux empires court en effet de Karin [1] au nord à Amida [2] dans le sud et inclut dans la zone d’influence iranienne les provinces du nord et nord-ouest aux frontières de l’Ibérie [3] et de la Colchide [4].

Les Perses ont donc les mains libres sur leurs autres frontières où les tribus des Huns Hephtalites [5] s’agitent. Le roi est toutefois en but à l’hostilité de la noblesse qui finit par l’assassiner. Cependant, selon une tradition, il serait mort pendant une chasse lors de la destruction de sa tente par un ouragan, cet accident étant sans doute invoqué pour masquer son meurtre.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Touraj Daryaee, Sasanian Persia. The rise and fall of an empire, I. B. Tauris, Londres, 2013/

Notes

[1] Erzurum ou Erzéroum est une ville d’Anatolie orientale (ancienne Arménie occidentale), en Turquie. Située à 1 945 mètres d’altitude sur le haut plateau arménien, cette ville du nord-est de la Turquie est une des plus hautes de la région.

[2] Diyarbakır est une ville du sud-est de la Turquie. Elle était également appelée Amida sous l’Empire romain. Les Kurdes constituant la majeure partie de la population de la ville la considèrent comme la capitale du Kurdistan turc, dans le sud-est anatolien. Appelée Amida dans l’Antiquité, ce qui lui vaut son nom de Kara Amid, la « Noire Amida », elle fut la capitale du royaume araméen de Bet-Zamani à partir du 13ème siècle av. jc, puis d’un royaume arménien appelé Cordyène ou Cardyène. La région devint par la suite une province de l’Empire romain ; Amida était au 4ème siècle la principale place forte de Mésopotamie, dans la haute vallée du Tigre. Amida fut un centre religieux lié au patriarcat syriaque-orthodoxe d’Antioche. De cette époque, jusqu’au génocide arménien de 1915, la région est fortement peuplée d’Arméniens. La région comportait également une minorité chaldéenne. La ville d’Amida fut le siège du patriarcat chaldéen de 1681 à 1828.

[3] L’Ibérie aussi connue sous le nom d’Ivérie, est le nom donné par les Grecs et les Romains à l’ancien royaume de Karthlie et correspondant approximativement aux parties méridionale et orientale de l’actuelle République de Géorgie.

[4] Dans l’ancienne géographie, la Colchide, Colchis ou Kolchis est un ancien État, royaume puis région géorgienne, qui a joué un rôle important dans la formation de la culture ethnique du peuple géorgien et de ses sous-groupes. Le royaume de Colchide a contribué au développement de l’État géorgien médiéval, à la suite de son unification avec le royaume d’Ibérie, ou Karthli. Le terme « Colchide » est utilisé pour désigner l’ensemble des anciennes tribus qui vivaient sur la côte orientale de la mer Noire. Sa puissance et ses structures étatiques, déjà vers le 2ème millénaire av.jc, jouent un rôle actif en Asie Mineure.

[5] Les Huns blancs, sont un peuple nomade, nommé Hephthalites par les Grecs. On les rattache généralement aux autres peuples appelés Huns. Ils ont joué un rôle important dans l’histoire de l’Asie centrale, de la Perse et de l’Inde. Les Chinois les ont mentionnés pour la première fois en 125 comme vivant au sud de la Dzoungarie, sous le nom de Hua. Ils franchirent le Syr-Daria avant 450 et envahirent la Transoxiane (habitée par les Sogdiens), la Bactriane et le Khorasan, au Nord-Est de la Perse. Un historien arménien du 5ème siècle, Elishe Vardapet, a mentionné une bataille entre l’empereur sassanide Yazdgard II et les Hephthalites en 442. Plus tard, vers l’an 500, ils prirent possession des oasis du bassin du Tarim, qui était pourtant beaucoup plus proche que la Transoxiane de leur territoire d’origine.