Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Phraatès II

dimanche 31 juillet 2016

Phraatès II

Roi des Parthes de 135 à 128

Fils de Mithridate 1er. Phraatès II est attaqué dès le début de son règne par les Séleucides [1] emmenés par Antiochos VII, le frère de Démétrios II Nicator retenu prisonnier chez les Parthes [2] depuis sa capture, qui, à la tête d’une forte armée, lui reprend la Babylonie [3] et la Médie [4], il doit faire appel à des mercenaires Sakas [5].

Il tente de négocier avec Antiochos VII pour gagner du temps mais ce dernier rejette ses propositions. Le roi parthe décide alors de libérer son prisonnier Démétrios II Nicator qui était devenu son beau-père car il avait épousé Laodicé, une fille du roi capturée avec lui et son beau-frère l’époux de sa sœur Rhodogune.

Phraatès II envoie Démétrios II Nicator en Syrie avec des troupes afin qu’il reprenne le trône à son frère. Pendant ce temps, Antiochos VII est attaqué et vaincu par l’armée parthe et il se donne la mort en 129.

Une partie de ses soldats capturés est incorporée dans l’armée parthe. Il s’agit de la dernière tentative de la dynastie séleucide pour recouvrer les provinces orientales de son ancien empire.

Phraatès II envisage alors une offensive en Syrie mais il doit se retourner contre les auxiliaires Sakas enfin arrivés et qui, frustrés de leur solde, ravagent l’est des territoires parthes. Phraatès meurt à la tête de ses troupes à la suite de la défection des soldats grecs capturés pendant la campagne précédente, qui se retournent contre les Parthes au moment décisif de la bataille.

À sa mort, son oncle Artaban II lui succède.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de André Verstandig, Histoire de l’Empire parthe (-250 à 227), Bruxelles, Le Cri Histoire édition,‎ 2001

Notes

[1] Les Séleucides sont une dynastie hellénistique issue de Séleucos, l’un des diadoques d’Alexandre le Grand, qui constitue un empire syro iranien formé de la majeure partie des territoires orientaux conquis par Alexandre, allant de la Syrie à l’Indus. Le cœur politique de l’empire se situe en Syrie antique. Les Séleucides règnent jusqu’au 2ème siècle av. jc sur la Babylonie et la Mésopotamie, dans la continuité des Perses achéménides. Après avoir été satrape de Babylone à l’issue des guerres des diadoques en 312 av. jc Séleucos fonde la dynastie séleucide qui régna de 305 à 64 av. jc.

[2] L’Empire parthe (247 av. jc-224 après jc), également appelé Empire arsacide est une importante puissance politique et culturelle iranienne dans la Perse antique. Son deuxième nom vient d’Arsace 1er qui en tant que chef des Parni, une tribu scythe d’Asie centrale, le fonde au milieu du 3ème siècle av. jc lorsqu’il conquiert la Parthie dans le nord-est de l’Iran, alors une satrapie (province) en rébellion contre l’Empire séleucide. Mithridate 1er agrandit l’empire en prenant la Médie et la Mésopotamie aux Séleucides. À son apogée, l’empire parthe s’étend des sources de l’Euphrate, dans ce qui est aujourd’hui le sud-est de la Turquie, jusqu’à l’est de l’Iran. L’empire, situé sur la Route de la Soie reliant l’Empire romain dans le bassin méditerranéen à l’Empire Han en Chine, devient un carrefour culturel et commercial.

[3] Le royaume de Babylone s’est épanoui en Mésopotamie du sud du début du 2ème millénaire av. jc jusqu’en 539 av. jc, date de la prise de sa capitale par le roi Cyrus II de Perse. Cet État s’affirme à partir de la cité de Babylone dans le courant du 18ème siècle av. jc, sous l’impulsion du plus grand roi de sa première dynastie, Hammurabi. Après son pillage par les Hittites en 1595 av. jc, Babylone passe sous l’autorité d’une dynastie d’origine kassite qui stabilise ce royaume pendant plus de 4 siècles. Cette période marque le début de la rivalité avec le royaume voisin situé au nord, l’Assyrie, qui marque les siècles suivants. Après plusieurs siècles d’instabilité entre 1100 et 800 av. jc, la Babylonie passe sous la coupe de l’Assyrie pendant plus d’un siècle (728-626 av. jc), avant d’initier une réaction qui aboutit à la destruction de l’Assyrie et à la formation de l’empire néo-babylonien (626-539 av. jc) par Nabopolassar et Nabuchodonosor II. Cette dernière phase de l’histoire du royaume de Babylone est brève, s’achevant en 539 av. jc par sa conquête par le roi perse Cyrus II.

[4] Les Mèdes sont un peuple de l’Iran ancien, voisin des Perses, avec lesquels ils ont souvent été confondus dans les témoignages antiques. Durant le 1er millénaire av. jc, ils occupaient un territoire recouvrant le Nord-Ouest de l’actuel Iran, dans le Zagros occidental, autour de leur capitale Ecbatane (Hamadan de nos jours). Bien qu’une place importante dans l’histoire du Moyen-Orient antique lui soit généralement reconnue, ce peuple n’a laissé aucune source textuelle permettant de reconstituer son histoire.

[5] Les Sakas ou Saces sont un ensemble mal délimité de peuples indo-européens qui vivaient dans l’Antiquité en Asie centrale, dans une région couvrant le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, l’Afghanistan, et une partie du Pakistan et de l’Iran, et parfois étendue jusqu’aux monts Altaï et à la Sibérie méridionale en Russie selon les auteurs. Il s’agit des branches orientales des peuples Scythes, ceux qui sont le plus souvent mentionnés dans les sources perses sous le terme "saka". Les Scythes étaient un vaste ensemble de peuples indo-européens d’Eurasie centrale parlant des langues iraniennes