Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Jean 1er d’Alençon dit le Sage

Jean 1er d’Alençon dit le Sage

samedi 16 juillet 2016

Jean 1er d’Alençon dit le Sage (1385-1415)

Comte puis duc d’Alençon-Comte de Perche

Fils de Pierre II d’Alençon et de Marie Chamaillard . Il fut le premier de la lignée à porter le titre de duc.

Il succéda jeune à son père et vécut dans une période de confusion, au milieu des factions qui divisaient l’entourage de Charles VI.

Il soutint Louis d’Orléans et ravagea les terres de partisans des Bourguignons dans le Vermandois, puis participa aux prises de Saint-Denis et Saint-Cloud.

Charles VI, alors qu’il assiégeait les ducs de Berry et de Bourbon à Bourges, envoya Louis d’Anjou contre Jean d’Alençon, qui dut faire sa soumission au roi, et l’accompagna aux sièges de Compiègne, Noyon, Soissons, Bapaume et Arras. Le roi l’arma chevalier devant Bapaume et érigea Alençon en duché-pairie en 1414.

Il fait sceller, le 25 août 1414, de son sceau armorié un aveu de sa baronnie de Château-Gontier [1] que Jean Dosdefer, son procureur, présenta le 16 mars suivant aux assises d’Angers.

Henri V d’Angleterre envahit la France, et la rencontre des deux armées se fit à la bataille d’Azincourt [2] ou il mourut.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Jean Ier d’Alençon/ Portail du royaume de France/ comte d’Alençon et du Perche

Notes

[1] La baronnie de Château-Gontier, est une ancienne baronnie médiévale, érigée en marquisat en 1656. Elle offre cette particularité historiquement intéressante que sa limite nord était comme indécise entre le comté de Laval, le comté du Maine et l’Anjou. L’autorité civile et féodale du comte d’Anjou avait empiété par droit de conquête sur le territoire du Maine, avant le 11ème siècle, mais à une époque où les paroisses étaient déjà constituées. Aussi l’évêque du Mans avait-il maintenu sa juridiction sur l’étendue de son diocèse. C’est ainsi, du moins, que l’abbé Angot croit devoir comprendre et expliquer ce phénomène anormal.

[2] La bataille d’Azincourt (Artois) se déroule le vendredi 25 octobre 1415 pendant la guerre de Cent Ans. Les troupes françaises, fortes de quelque 18 000 hommes, tentent de barrer la route à l’armée du roi d’Angleterre Henri V, forte d’environ 6 000 hommes et qui tente de regagner Calais, devenue anglaise depuis 1347, et donc par là même l’Angleterre.