Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 13ème siècle > Harald de l’île de Man

Harald de l’île de Man

dimanche 10 juillet 2016

Harald de l’île de Man (1223-1248)

Roi de l’île de Man

Fils aîné de Olaf II. Il arrive au pouvoir après la mort de son père, en 1237 à l’âge de 14 ans. L’empire dont il hérite est d’une étendue remarquable, car il comprenait de nombreuses îles. Harald mène une politique pacifique sur toute l’étendue de son royaume toutefois le domaine de Harald était sous le double suzeraineté de la Norvège et de l’Angleterre et le roi dut manœuvrer en permanence entre ces deux puissances.

Une fois son trône assuré, Harald aurait décidé de faire une tournée dans son royaume des Îles et il nomma son cousin Laglan régent en son absence de l’Île de Man [1].

Au retour de Harald, Laglan s’enfuit de Man avec Godred le frère cadet de Harald vers le Pays de Galles mais il moururent noyés tous deux pendant la traversée en 1238.

En 1239 Harald refuse dans un premier temps de se reconnaître vassal de la Norvège. Le roi Håkon IV de Norvège lui envoie deux émissaires nommés Cospatric et Gillechrist Mac Muircherthach qui percoivent les tribus et le ramène rapidement à la raison.

Harald doit se rendre à la cour de Håkon IV de Norvège où il prête hommage et y séjourne jusqu’en 1241. À son retour le roi Henri III d’Angleterre de son côté le fait chevalier en 1246.

Harald doit alors se rendre en Norvège pour assurer le roi de sa fidélité. Il meurt en octobre ou novembre 1248 lors d’un naufrage au large des îles Shetland [2], au retour d’un nouveau voyage à Bergen, où il avait épousé une fille du roi Håkon IV de Norvège. Son frère Ragnald II de Man lui succéda.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Jean Renaud Les Vikings et les Celtes Ouest-France Université Rennes (1992)

Notes

[1] L’île de Man, est un territoire formé d’une île principale et de quelques îlots situés en mer d’Irlande, au centre des îles Britanniques. L’île de Man forme une dépendance de la Couronne britannique, c’est-à-dire que l’île n’appartient ni au Royaume-Uni ni à l’Union européenne mais relève directement de la propriété du souverain britannique, actuellement la reine Élisabeth II, qui agit en qualité de « seigneur de Man ». Ce statut n’en fait pas un État reconnu indépendant, mais l’île dispose d’une large autonomie politique et économique. L’île de Man est une terre celte depuis la protohistoire, puis devient un royaume viking au Moyen Âge, soumis à l’influence anglo-saxonne. Les dominateurs scandinaves y ont fondé un système politique basé sur le principe des « citoyens libres » et s’organisant autour du Tynwald qui serait le plus ancien parlement en fonctionnement continu du monde.

[2] Les Shetland, sont des îles britanniques situées en Écosse. Elles forment un archipel subarctique, au nord des Orcades, au sud-est des îles Féroé et à l’ouest de la Norvège. L’archipel constitue une limite conventionnelle et naturelle entre l’océan Atlantique à l’ouest et la mer du Nord à l’est. La délimitation place ainsi les détroits nord-sud de Yell et de Colgrave en mer du Nord, la côte occidentale de Mainland et les îles de Muckle Roe, Papa Stour, Foula et Burra (Burra Ouest et Burra Est) dans l’Atlantique. En ce qui concerne l’île d’Yell, est uniquement tributaire de l’océan la côte comprise entre le cap Gloup (Gloup Ness), au nord, et le cap Graveland (Graveland Ness), une pointe située plus au sud au débouché du détroit de Yell. Pour l’île d’Unst, seule la côte comprise entre la pointe nord de l’île (Herma Ness) et le cap Spoo (Spoo Ness), au sud-ouest, baigne l’océan Atlantique. Les îles orientales (Fetlar, Out Skerries, Whalsay, Bressay et Mousa) sont entièrement en mer du Nord. Quant aux îles baignant les deux espaces maritimes (Unst, Yell et Mainland), leur territoire est aussi inclus dans le périmètre de la mer du Nord. La situation des Shetland sur l’itinéraire de la dérive nord atlantique vaut à ces dernières un climat océanique très prononcé.