Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > María Fernandez Coronel dite María de Jesús de Ágreda

María Fernandez Coronel dite María de Jesús de Ágreda

samedi 26 mars 2016

María Fernandez Coronel dite María de Jesús de Ágreda (1602-1665)

Religieuse espagnole

Née à Ágreda [1] en Vieille Castille [2], fille de de Francisco Coronel et de Catalina Arana. Elle prit l’habit dans la maison paternelle transformée en couvent et entra dans l’Ordre de l’Immaculée Conception [3] le 13 janvier 1619 avec sa mère et sa sœur, alors que son père et ses frères entrèrent dans les frères du Saint-Sacrement. C’est d’ailleurs devant son père, devenu frère franciscain, qu’elle prononça ses vœux le 2 février 1620.

À partir de 1620, elle aurait vécu une série de visions extatiques du Saint-Esprit, de la passion du Christ, de la Pentecôte, de l’Enfant Jésus et de la Reine des anges. Elle tombait en ravissement devant le Saint-Sacrement et semblait avoir un don de lévitation. Elle dut toutefois subir des assauts occultes.

Choisie comme abbesse en 1627, elle aurait reçu des apparitions de la Sainte Vierge la même année, qui l’aurait chargée de la mission d’écrire l’histoire de sa vie. Elle dut reconstituer ses notes face aux réticences de son premier confesseur face à ses propres inquiétudes.

Elle sera réélue jusqu’à sa mort, à l’exception des trois années 1652/1655, à sa demande. Durant son gouvernement de trente-cinq ans, elle maintient la vie et l’observance régulières et fait prospérer les biens de la communauté. Elle construit un nouveau couvent inauguré en 1633 ; en même temps elle augmente notablement les revenus, au point de pouvoir faire vivre trente-trois religieuses, au lieu des douze qu’elle dirigeait au début de son abbatiat.

Décédée en 1665, sa cause en béatification fut introduite en 1671 et elle fut déclarée vénérable huit années plus tard par décret du Pape Clément X le 2 septembre 1679. Il introduisit sa cause de béatification (canonisation) peu après.

Son œuvre principale est “La Cité mystique”. Ce livre fut au départ l’objet d’une controverse, ayant été critiqué par Bossuet, mais il fut réexaminé sur l’ordre de Benoît XIV et réédité en 1862 et 1926.

Son œuvre fut une des plus amples polémiques religieuses de la fin du 17ème siècle et dura jusqu’au milieu du 18ème siècle. Compte tenu des polémiques soulevées, son procès en canonisation resta en suspens.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia María de Ágreda/ Portail du christianisme/ Religieuse espagnole

Notes

[1] Ágreda est une commune espagnole située dans la province de Soria dans la communauté autonome de Castille-et-León. Le roi Don Alphonse 1er d’Aragon la reconquête aux Arabes en 1119, et par la suite elle fut annexée au royaume de Castille en 1135. Durant le Moyen Âge et jusqu’au 16ème siècle, Ágreda devient une important place militaire et politique. La ville, où ont vécu en harmonie après la reconquête chrétienne les chrétiens, les juifs et les musulmans, est d’ailleurs surnommée la « ville des trois cultures » (« La villa de las tres culturas »).

[2] La Vieille-Castille est le nom d’une région historique espagnole située dans le nord du Royaume de Castille, au nord du système central. Par définition, elle serait constituée des provinces de Santander (la Cantabrie depuis 1982), Logroño (La Rioja depuis 1980), de Burgos, de Palencia, Valladolid, Soria, Ségovie et Ávila. Ces provinces sont répertoriées comme appartenant à la région de la Vieille Castille dans la division territoriale de l’Espagne de 1833 (formant les provinces), bien que les régions définies dans cette division n’ont aucune fonction juridictionnelle ou administrative ; en effet, il n’existait aucun niveau administratif supérieur à celui de la province.

[3] conceptionnistes déchaussées, placées sous la juridiction des Frères Mineurs