Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 2ème siècle > Calvisius Ruso dit Iulius Frontinus

Calvisius Ruso dit Iulius Frontinus

dimanche 14 février 2016, par ljallamion

Calvisius Ruso dit Iulius Frontinus (consul suffect en 79)

Proconsul d’Asie en 92/93

Emblème de la République romaine, puis par tradition de l'Empire romain.Gouverneur impérial [1] de Cappadoce Galatie [2]]] entre 104 et 107. Si la présence de Ruso en Cappadoce [3] est attestée en 104/105, il est possible que son mandat ait commencé en 103, à la suite de Quintus Orfitasius Aufidius Umber . Il reste en poste probablement jusqu’en 107/108, quand il est vraisemblablement remplacé par Caius Iulius Quadratus Bassus.

Il est triumvir monetalis [4]. Il commande ensuite une turme [5] de chevaliers romains puis est tribun militaire dans une légion.

Il est fait patricien avant même d’entrer au Sénat par la questure, sous Vespasien, en 69/70 ou lors de la censure conjointe de l’empereur et de son fils Titus en 73/74 selon la datation haute, et il entre au Sénat seulement en 95 ou 96 sous Domitien selon la datation basse, et c’est sa famille qui est fait patricienne sous Vespasien.

Il est ensuite curateur d’une voie romaine, poste inhabituelle pour un consulaire et réservée plutôt à un prétorien, mais il peut s’agir d’une mission exceptionnelle ou d’une disgrâce partielle sous les nouveaux empereurs Titus et Domitien selon la datation basse. Selon la datation haute, cette curatelle est à dater de 99, avant le consulat.

Il intègre les quindecemviri sacris faciundis [6] ainsi que les Sodales Augustales [7], soit sous Domitien, soit sous Trajan. Il occupe vers la fin de sa carrière le poste de la curatelle des lieux sacrés et des édifices publics.

Il épouse Domitia Lucilla Maior, la fille naturelle de Cnaeus Domitius Curvius Lucanus et adoptée par son frère Cnaeus Domitius Curvius Tullus. Cette manœuvre a pour but de capter un héritage. Lucanus est décédé vers 93/94 et Domitia Lucilla est veuve d’un premier mariage dans les années 80, dont elle a eu plusieurs enfants. Ce second mariage de Domitia Lucilla a vraisemblablement lieu en 103 au plus tard.

Il est consul éponyme en 109 sous le nom de Publius Calvisius Ruso Tullus, le rajout de Tullus dans le nom ferait suite à l’héritage. En effet, Cnaeus Domitius Curvius Tullus vient de décéder et de léguer une très importante fortune à sa fille adoptive

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Ginette Di Vita-Évrard, Mélanges de l’Ecole française de Rome. Antiquité, 1987

Notes

[1] légat d’Auguste propréteur

[2] [[La Galatie est une région historique d’Anatolie (autour de l’actuelle Ankara), dont le nom vient de Gaulois (en grec Galates), peuple celte qui, dans l’Antiquité, après 279 av. jc y a migré. Géographiquement, elle est délimitée par le royaume du Pont et la Paphlagonie au nord, la Cappadoce à l’est, le royaume de Pergame au sud et la Bithynie à l’ouest.

[3] La région historique de Cappadoce se trouve au centre de l’Anatolie, en Turquie.

[4] c’est-à-dire un des « trois chargé de la frappe des monnaies », le plus important des quatre postes du vigintivirat, le premier échelon d’une carrière sénatoriale

[5] Une turme ou tourme (mot latin pour « escadron ») est un escadron de cavalerie dans l’armée romaine durant la période de la République et de l’Empire. Sous l’Empire byzantin, il s’applique à la plus large division administrative et militaire d’un thème.

[6] Les viri sacris faciundis formaient l’un des quatre collèges majeurs de prêtres de Rome. Leur nombre et leur nom évoluèrent au cours de l’histoire. Créés d’après la légende par Tarquin le superbe, ce collège, tout d’abord composé de deux membres, est appelé duumviri sacris faciundis jusqu’à ce que le nombre de membres soit porté à dix en 367 av. jc (on les appelle alors decemviri sacris faciundis) puis porté à quinze (quindecimviri sacris faciundis) au 1er siècle av. jc. Ils gardèrent ce dernier nom après que leur nombre augmente encore, porté à seize, peu avant le début de l’empire. Ils forment un collège de prêtres chargés de conserver et de consulter les Livres sibyllins. À travers leurs interventions durant les différentes crises religieuses de la République, ils jouèrent un rôle important dans l’introduction officielle de cultes étrangers (Sacra peregrina), comme celui d’Esculape ou de Cybèle, ainsi que dans l’introduction de rituels nouveaux tel que les lectisternes et les jeux (ludi) dans le culte officiel de Rome. Sous l’empire, leur rôle change et ils sont chargés de l’organisation des jeux séculaires et du contrôle des cultes étrangers.

[7] Les Sodales Augustales étaient une sodalité créée par l’empereur Tibère pour présider au culte d’Auguste divinisé et prendre la succession de la gens Julia dans les sacrifices qu’elle avait à célébrer.